TheEstateCast

David Duchovny et Rosemarie DeWitt jouent le sale dans The Estate

David Duchovny et Rosemarie DeWitt vous feront mourir de rire en tant que frères et sœurs méprisables luttant contre leurs cousins ​​pour l’héritage d’une tante cruelle. The Estate met en vedette Toni Collette et Anna Faris en tant que sœurs qui apprennent que leur vile mais riche tante Hilda (Kathleen Turner) est proche de la mort. Ils veulent réclamer sa fortune et sauver leur café en difficulté de la Nouvelle-Orléans. La complaisance d’Hilda tourne mal quand les cousins ​​Richard (Duchovny) et Beatrice (DeWitt) ont le même plan.

Le réalisateur/scénariste Dean Craig (Death at a Funeral) rassemble un casting de vétérans pour sa comédie torride. Le film est chargé de jurons et de manigances sauvages. Richard est un sleazebag qui convoite le personnage de Collette, Macey. Béatrice suinte le dégoût en tant que narcissique débridée prête à tout pour l’argent d’Hilda. Les querelles familiales deviennent ridiculement laides alors que chaque stratagème fou se retourne contre lui.

Duchovny et DeWitt discutent des avantages d’une distribution d’ensemble lors de notre entretien. Personne n’a à assumer le fardeau de porter tout le film. Leur expérience collective a rendu l’humour pointu sans effort avec des éloges particuliers pour la co-star Keyla Monterroso Mejia. Elle joue une autre cousine obsédée par Donjons et Dragons. Ils discutent également d’une scène amusante renversante d’essayer d’amener un délinquant sexuel involontaire à s’exposer.

Timing comique dans le domaine

Films emblématiques

Le film a un si bon timing comique. Avez-vous passé beaucoup de temps à répéter ensemble ? Ou êtes-vous tous de grands acteurs ?

David Duchovny : Ouais… le deuxième !

Rosemarie DeWitt : Oui, nous sommes si bons (rires).

David Duchovny : Nous n’avons pas beaucoup répété. Nous avons eu une lecture puis sur le plateau au préalable. Sans dire que nous sommes si bons, nous sommes des professionnels de longue date.

Rosemarie DeWitt : Nous sommes vieux !

David Duchovny : Oui mais nous en sommes capables. Nous pensons savoir ce qui est drôle. Nous travaillons ensemble dans ce domaine. Ce n’est qu’un acte de foi pour nous tous. Immédiatement, j’ai travaillé un jour ou deux avec Rosemarie, et j’avais travaillé avec Toni [Collette] avant Anna [Faris] Je ne l’avais pas fait, chaque personne était juste vraiment drôle d’une manière très différente. C’est remarquable en fait.

Rosemarie DeWitt : Keyla [Monterroso Mejia] était drôle d’une autre manière de planète. C’était souvent que nous ne pouvions tout simplement pas comprendre ses scènes. Je ne pouvais même pas la regarder en jouant. Je ne pouvais pas garder un visage impassible.

David Duchovny : Vous pourriez avoir un film entier de Keyla et ce serait un bon film.

Le meilleur et le pire jour sur le domaine

Films emblématiques

Quelle a été la meilleure et la pire journée sur le plateau de The Estate ? Y a-t-il eu des temps d’arrêt ?

David Duchovny : Il y a toujours des mauvais moments quand on tourne un film. Vous êtes sur le plateau un peu plus longtemps que vous ne le souhaitez. Il y a eu un jour où nous avons eu des éclairs et un orage. C’était un vendredi. Tout le monde voulait se rendre à son week-end, et nous avons été retardés de trois ou quatre heures. Vous êtes comme, qu’est-ce qu’un petit éclair va faire? Ce fut une journée tendue. Le meilleur jour… tous les jours pour moi étaient amusants. Là encore, dans un ensemble, vous n’êtes pas surmené, c’est une sorte de concert parfait.

Rosemarie DeWitt : Oui, la pression n’est pas seulement sur vous. Les premiers jours sont généralement terribles pour moi. Celui-ci était particulièrement horrible. Le personnage que je joue, Dean Craig a commencé pour moi au milieu de sa scène ivre. C’était mon premier jour, je me saoulais vraiment avec Bill [Danny Vinson]. J’étais comme, vraiment? On commence là ? Mais alors ça ne peut que monter. Vous éliminez cette terrible journée et cela ne peut que s’améliorer. Comme l’a dit David, quand c’est un film d’ensemble, vous avez tellement de joueurs de balle avec vous. Vous n’assumez jamais tout. Toni a beaucoup épaulé. Elle était le battement de cœur émotionnel. Être la boussole morale est un travail plus difficile car il faut justifier les choses. Quand vous êtes narcissique et noueux, vous devenez juste horrible.

Filmer la scène flasher scandaleuse

La scène avec le flasher est absolument hilarante. Rosemarie est saoule et essaie de lui faire sortir son commerce. Était-ce amusant ou difficile à filmer ?

David Duchovny : C’est en fait beaucoup de montage. Le timing de cela … chapeau à Dean [Craig] et l’éditeur pour mettre cela ensemble. Pour nous, on s’est amusé avec ça. Il y avait ce faux pénis avec lequel nous jouions.

Rosemarie DeWitt : Non… c’était réel (rires). Pour moi, cette scène devrait simplement s’intituler croustilles. Vous ne devriez jamais manger dans une scène comme celle-là. J’en ai mangé des sacs et des sacs. C’est tout ce dont je me souviens. Je ne suis pas sûr de pouvoir les manger à nouveau. Ce n’est pas vrai… J’en mange encore (rires).

The Estate ouvre en salles le 4 novembre.

A lire également