Critique « Né hier » – William Holden (L’été sous les étoiles #9)

Actualités > Critique « Né hier » – William Holden (L’été sous les étoiles #9)

Pensées sur Guillaume :

J’ai vu quelques-uns de ses films (Sunset Boulevard, Sabrina et The Towering Inferno) et honnêtement, je n’ai pas vraiment été touché par lui en tant qu’acteur. Je ne sais pas vraiment pourquoi, il est très charmant, mais il ne m’attire tout simplement pas.

Horaire des films TCM :

  • Notre ville
  • Rencontrez les Stewarts
  • Force des armes
  • Évadez-vous de Fort Bravo
  • Rachel et l’étranger
  • Le père est célibataire
  • Né hier
  • Suite exécutive
  • Boulevard du coucher du soleil
  • Chère Ruth
  • Réseau
  • Routiers sauvages
  • Rayures invisibles

Critique cinématographique:

Billie (Judy Holliday), la fiancée de Harry, un millionnaire (Broderick Crawford), commence à prendre des cours auprès de Paul, un journaliste (William Holden), afin de la rendre plus présentable au public.

Je ne vais pas mentir, je n’ai aimé aucun des films de Cukor que j’ai vus, et celui-ci n’était pas différent. Il aborde ses histoires de la manière la plus ennuyeuse possible et ne donne pas grand-chose aux acteurs avec lesquels travailler. Ce film était basé sur une pièce de théâtre, ce qui ajoutait à la progression lente de l’intrigue et à la cinématographie fade.

Je n’ai jamais vu de films de Judy Holliday auparavant, mais elle m’a tellement ennuyé là-dedans. Sa voix nasillarde et grinçante était presque insupportable. Cela me dérangeait davantage parce que je voulais aimer son personnage. J’ai été surpris d’apprendre qu’elle a remporté un Oscar pour sa performance, en particulier sur Bette Davis et Gloria Swanson.

Cela n’a pas aidé que la majorité du film ne soit que des scènes d’elle et Harry se criant dessus dans le jeu le plus dramatique que j’aie jamais vu. Harry n’était pas un méchant intéressant ou complexe, ce qui a retardé le film à bien des égards.

William Holden est d’accord là-dedans, il joue un type de personnage différent de celui auquel je suis habitué, ce qui était intéressant au début. Malheureusement, son personnage était plutôt fade et monotone. Lui et Holliday n’avaient pas de chimie entre eux, ce qui rendait la romance au rythme rapide contre nature.

Ce film est apparemment vendu comme une comédie, mais je n’ai pas ri une seule fois. Il est autoritaire dans ses représentations de la violence domestique. Beaucoup trop d’attention a été accordée à Harry et je n’ai jamais eu l’impression que le film condamnait son comportement, à part l’habituel « oh non, il l’a giflée ! facteur de choc.

Le dialogue est maladroit, et aggravé par la livraison guindée. Tout dans ce film était si gênant et aucun des acteurs ne semblait à l’aise avec le matériel.

Au fur et à mesure que le film progresse et que Billie et Paul commencent à tomber amoureux, il n’y avait aucun lien entre leurs personnages. Holliday joue trop le rôle de la blonde idiote, et Holden est à peu près juste là pour lui expliquer la politique, ce que je n’ai pas trouvé intéressant. Ils ne se sont pas transformés en acteurs ou en personnages.

J’apprécie que le film ne critique pas Billie pour vouloir en savoir plus et devenir une meilleure personne, mais nous ne voyons jamais son personnage progresser. Elle est présentée dès le départ comme ayant l’état d’esprit d’un enfant de cinq ans. Billie est également beaucoup trop dépendante des personnages masculins, qui la traitent terriblement et se conforment à leurs idées sur ce qu’ils veulent qu’elle soit.

Je comprends que cela a été fait en 1950, mais il n’y a tout simplement pas de récompense. L’impression que j’en ai tirée est que Billie ne peut apprendre des choses que si un homme intelligent et «patient» lui dit essentiellement ces choses. Elle n’avait pas vraiment d’agence.

Son personnage se transforme à peine et les hommes ne paient pas leurs actions. C’est frustrant et c’est la raison pour laquelle j’ai du mal avec certains films de cette époque. La politique de genre peut être incroyablement foirée.

L’intrigue est déjà assez mince, mais étirée sur près de 2 heures la rend presque insupportable. Cela penche aussi beaucoup trop dans la propagande patriotique qui m’a fait rouler les yeux à plusieurs reprises.

Superlatifs :

  • Scène préférée : « Qui a voté pour lui ? »
  • Personnage préféré : Aucun.
  • Citation préférée : « Un monde plein d’ignorants est trop dangereux pour y vivre. »
  • Performance de Holden : Il allait bien, son personnage n’était pas très mémorable. Je donnerais à sa performance un 2/5.
  • Est-ce que je recommanderais? Non, c’était une corvée à traverser et rien de remarquable.

Note globale :

★★★★★

A lire également