Critique « Girl Happy » – Elvis Presley (L’été sous les étoiles #1)

Actualités > Critique « Girl Happy » – Elvis Presley (L’été sous les étoiles #1)

Je pensais que ce serait amusant (ou peut-être tout simplement fou) de me lancer le défi de regarder un film pour chaque star présentée dans l’événement Summer Under the Stars de Turner Classic Movies ce mois-ci. J’écrirai également des critiques pour chacun des films!

Le premier acteur n’est autre qu’Elvis Presley et j’ai décidé de regarder son 17e film, Girl Happy (1965).

Réflexions sur Elvis :

J’avais des sentiments mitigés sur Elvis, j’avais certainement entendu son nom puisqu’il est l’une des plus grandes icônes de la culture pop de tous les temps, mais j’ai toujours pensé qu’il était juste un peu meh. En vieillissant, j’ai entendu toutes sortes de rumeurs et d’histoires à son sujet qui ont obscurci ma vision, alors j’ai commencé à ne pas vraiment l’aimer.

Mais les choses ont changé cet été quand je suis allé voir Elvis au cinéma et j’ai été étonné d’apprendre qu’il était très différent de ce que je pensais au départ. Cela m’a amené à vouloir regarder ses films et à en savoir plus sur qui il était.

Même si je dirais toujours qu’Elvis était une figure complexe, il compte beaucoup plus pour moi maintenant qu’il y a quelques mois à peine. Et honnêtement, il est bien meilleur acteur que je ne l’aurais pensé.

Horaire des films TCM :

  • C’est Elvis
  • Le problème avec les filles
  • Speedway
  • Double problème
  • Elvis en tournée
  • Cousins ​​qui s’embrassent
  • Fille heureuse
  • Vive Las Vegas
  • Elvis : c’est comme ça
  • C’est arrivé à l’exposition universelle
  • Délayer
  • Vivez un peu, aimez un peu

Critique cinématographique:

Le chanteur Rusty Wells (Elvis Presley) est engagé par son patron (Harold J. Stone) pour garder un œil sur sa fille, Val (Shelley Fabares), alors qu’elle est en vacances à Fort Lauderdale, en Floride. Les choses tournent mal quand Rusty commence à tomber amoureux de Val.

J’aurais probablement dû savoir dans quoi je m’embarquais avec ce film à peu près dès le départ. Le narrateur commence par dire qu’il y a beaucoup de raisons de visiter Fort Lauderdale pendant les vacances de printemps. Alors que la caméra zoome sur une femme allongée sur la plage en bikini, le narrateur dit : « de bonnes raisons, comme 36-24-36 ».

Cela prépare à peu près le terrain pour le sexisme rampant tout au long du film – objectivant le corps des femmes, les hommes disant que seuls les regards comptent pour trouver un partenaire potentiel et beaucoup de dialogues dignes de grincer des dents. Heureusement, ce genre de choses s’épuise autour de la barre des 30 minutes, mais c’est presque insupportablement daté jusque-là.

Si vous pouvez dépasser la première moitié environ, cela commence à se transformer en une comédie assez décente avec une bande-son agréable. Presley semble aussi passer un bon moment. Ce n’est pas son pire film, mais ce n’est pas non plus son meilleur. Les chansons qui se sont démarquées sont « Wolf Call » et « Puppet on a String ». Le reste de la bande-son va de l’inoubliable au bon. Ce n’est pas mon préféré, mais il a un bon mélange de ballades et de morceaux entraînants.

J’ai l’impression que cela aurait gagné à être une comédie déjantée. Quand on en a des indices, ce sont les meilleurs moments : la scène de poursuite en bateau, Elvis jouant avec un flic, Elvis essayant d’empêcher ses amours de se voir. Je n’hésite pas à admettre que je pense qu’Elvis était en fait un bon acteur comique. Il aurait pu utiliser l’entraînement, mais il avait beaucoup de potentiel là-bas. De plus, il y a une scène où il est en train de draguer et c’était quelque chose dont je n’avais jamais pensé avoir besoin jusqu’à présent.

Ce film semblait avoir une valeur de production relativement élevée, tous les costumes étaient attrayants à regarder et ils ont même pu tourner sur une plage réelle pour quelques scènes. Le travail de rétroprojection est… discutable, mais nous sommes dans les années 60 et cette technologie n’était pas encore tout à fait au point. Le décor de The Seadrift Motel est ringard, mais on s’y habitue au fur et à mesure que le film avance.

Comme avec la plupart des films d’Elvis, il n’y a pas vraiment d’intrigue, mais ce n’était pas aussi amusant et sauvage que les autres que j’ai vus. Il manquait certains éléments clés et nécessitait soit de meilleurs personnages, une intrigue plus développée, soit que la majorité du film se concentre sur la relation entre Rusty et Val. Une grande partie était consacrée à Rusty jouant avec ses camarades de groupe, ce qui n’était pas aussi drôle qu’il semblait le penser.

Selon le Monthly Film Bulletin, Girl Happy « était vraiment un véhicule Presley standard. En d’autres termes, Elvis est la seule chose vraiment intéressante à ce sujet. Dans une certaine mesure, je suis d’accord. Mais je pense que Faberas était aussi très bon ; elle a dépeint son personnage comme un jeune adulte qui a du mal à plaire à son père mais qui veut aussi être sa propre personne.

Faberas et Presley ont une grande chimie et ont fini par travailler ensemble sur deux autres films, Spinout (1966) et Clambake (1967). Ils sont devenus des amis proches dans la vraie vie, et je pense que c’est très évident dans le film parce qu’ils se sentent si naturels ensemble.

Superlatifs :

  • Chanson préférée : ‘Puppet on a String’
  • Scène préférée : « De fille en fille »
  • Personnage préféré : Val
  • Presley’s Performance : Un peu au milieu de la route. Il est capable d’être plus comique et son personnage n’est pas vraiment un imbécile comme il joue normalement. C’est amusant de le voir interpréter les chansons et il est toujours très charmant. Je donnerais 3/5 étoiles à sa performance.
  • Est-ce que je recommanderais? Si vous aimez Elvis Presley, vous aimerez probablement ce film. Sinon, je m’en passerais.

Note globale :

⭐⭐⭐

Note : 2,5 sur 5.

★★★★★

A lire également