Critique de « La Dame de Shanghai » – Orson Welles (L’été sous les étoiles #5)

Actualités > Critique de « La Dame de Shanghai » – Orson Welles (L’été sous les étoiles #5)

Réflexions sur Orson :

J’ai une confession à faire. Je n’ai jamais vu Citizen Kane. Voilà, je l’ai dit. Sinon, j’ai vu Welles dans Tomorrow is Forever et seulement la moitié de The Long, Hot Summer, que j’ai dû abandonner car sa performance était incroyablement ennuyeuse.

Mais je suis prêt à lui donner une chance car j’ai l’impression que deux films ne suffisent pas pour me donner une opinion complète sur lui. Faites-moi savoir dans les commentaires s’il y a un de ses films que je devrais regarder!

Horaire des films TCM :

  • Les Tartares
  • L’histoire immortelle
  • Les VIP
  • Les yeux d’Orson Welles
  • Voyage dans la peur
  • L’étranger
  • M. Arkadin
  • Othello
  • Le troisième homme
  • La dame de Shanghai
  • Citoyen Kane
  • Carillons à minuit
  • Apprenez à connaître votre lapin

Critique cinématographique:

Michael O’Hara (Orson Welles) est embauché pour travailler comme marin pour le riche et prospère avocat Arthur Bannister (Everett Sloane). O’Hara sent que quelque chose ne va pas entre Bannister et son partenaire commercial, George Grisby ( Glenn Anders ) et commence à tomber sous le charme de la femme de Bannister, Elsa ( Rita Hayworth ).

Normalement, je ne suis pas du genre noir, et même si celui-ci était encore assez peint par numéros, il s’écartait suffisamment de la formule habituelle pour être plus intéressant. Le fait qu’il se déroule sur un bateau au début du film était unique et ajoute à la claustrophobie que vivent les personnages.

L’écriture est très nette et associée à la cinématographie inventive, elle donne l’impression d’être en avance sur son temps. La dernière scène dans le funhouse abandonné est définitivement remarquable; le travail de la caméra et les choix de montage ne ressemblent à rien de ce que j’ai jamais vu dans un film du vieil Hollywood.

Vers le milieu, l’intrigue commence à traîner et la narration de Welles dans son terrible accent irlandais est trop concentrée. Il commence également à retomber dans de nombreux clichés noirs autour de ce point, mais parvient à se reprendre aux 3/4 environ.

Les scènes de la salle d’audience semblaient provenir d’un film différent et avaient des aspects légèrement farfelus qui ne fonctionnaient pas. Je me lasse lentement des scènes de cour, car la majorité des vieux films semblent en avoir une. Peut-être que c’est pour un drame supplémentaire, je ne peux vraiment pas dire, mais la plupart du temps, ils ne se sentent pas à leur place.

Rita Hayworth est vraiment la star de cette photo, même si je vais être honnête – je n’aime pas les femmes fatales. Pour moi, ils ne sont qu’une autre façon de vilipender les femmes et c’est à peu près le cas dans The Lady From Shanghai. (De plus, je déteste le titre). Sans en dire trop, je pense que la fin du twist était inutile et décevante.

Hayworth joue Elsa avec tellement de profondeur et lui a donné un peu de flair en écrivant légèrement ringard. Il a fallu un certain temps pour s’habituer à elle avec des cheveux blonds décolorés, mais je pense que cela a vraiment aidé à créer un personnage complètement différent.

Hayworth souriant pour une photo après avoir fait couper et blanchir ses mèches rouges emblématiques.

Quand le film trouve ses marques, c’est assez intéressant. J’ai été pris dans les rebondissements et le suspense. Il a souffert d’essayer de faire trop de choses à la fois, probablement parce que la coupe originale du film de Welles durait près de trois heures, mais le studio l’a forcé à le réduire à 87 minutes. Le produit final semble toujours assez complet, mais certaines scènes supplémentaires auraient pu être utiles pour créer une certaine fluidité et combler les trous de l’intrigue.

Orson Welles ne fait pas grand-chose pour moi en tant qu’acteur, surtout avec ce film. Il avait l’air de ne pas vouloir être là. J’ai aimé ses choix d’écriture et de réalisation, mais peut-être qu’un acteur avec plus de gamme ou de nuance aurait été un meilleur choix. Lui et Hayworth n’avaient pas autant d’alchimie que ce à quoi je m’attendais, mais leur relation était très tendue à ce stade et ils ont divorcé peu de temps après la fin du tournage.

Des points bonus pour certaines scènes de combat amusantes – j’adore les scènes de combat dans les vieux films, elles sont tellement exagérées et tout le monde vole partout – et le tournage à Acapulco et San Francisco. Et Hayworth chante une chanson qui est vraiment belle.

Dans l’ensemble, The Lady From Shanghai est tout simplement trop confus et générique pour la plupart pour vraiment me laisser l’apprécier, mais a ses moments.

Superlatifs :

  • Scène préférée : The Funhouse
  • Personnage préféré : Elsa Bannister
  • Citation préférée : « Vous avez trop voyagé à travers le monde pour en savoir quoi que ce soit. »
  • Performance de Welles : Je n’ai pas été particulièrement impressionné par son jeu, surtout avec son accent terrible, mais il était bon dans certaines scènes. Je donnerais à sa performance un 2,5/5.
  • Est-ce que je recommanderais? Pour la plupart. C’est un noir inventif avec d’excellentes performances de Rita Hayworth et Everett Sloane, et prend suffisamment de risques sur le plan thématique et du point de vue du cinéma pour qu’il résiste à l’épreuve du temps.

Note globale :

⭐⭐⭐

Note : 3 sur 5.

★★★★★

A lire également