creaturefromblacklagoon-5454570-8058900-jpg

Créature du lagon noir (1954) – Ticklish Business

Actualités > Créature du lagon noir (1954) – Ticklish Business

Publié à l’origine le 11 octobre 2012

Avant d’arriver à l’examen d’aujourd’hui, j’ai un jour de retard (cette critique aurait dû augmenter hier), donc je vais rattraper mon retard au cours du week-end. Désolé pour ça mais bon, il m’a fallu plus d’une semaine pour prendre du retard donc c’est un record dans mon livre.

Le film d’aujourd’hui est le film de monstres universel classique La créature du lagon noir, l’un des rares films d’horreur classiques universels que je n’ai pas vus jusqu’à présent. Je dirai que je ne pense pas que cela résiste par rapport à The Wolf Man ou au duo dynamique de Dracula et Frankenstein surtout parce que les éléments d’horreur sont forcément aussi forts les uns que les autres. J’ai adoré la conception des créatures et la photographie sous-marine qui est l’une des meilleures que j’ai vues, mais les humains compliquent définitivement trop les choses. J’ai été surpris de me retrouver à comparer cela à It Came From Out Outer Space que j’ai examiné il y a environ un mois et ce n’est pas étrange compte tenu du réalisateur Jack Arnold qui a réalisé cela. Bien qu’il soit évident que l’intérêt d’Arnold en matière de science-fiction, Creature from the Black Lagoon est un peu maladroit et inintéressant. Maudits humains !

Un groupe de scientifiques se rend en Amazonie pour enquêter sur la découverte d’une mystérieuse créature préhistorique. Lorsque divers membres de l’équipage commencent à mourir, le groupe découvre une terreur préhistorique connue uniquement sous le nom de Gill-Man les traque.

Vous pouvez facilement voir le gang de Mystery Science Theatre 3000 faire ce film en raison de la façon dont l’histoire et le jeu sont campants. La narration d’ouverture détaillant la création de la Terre et l’introduction des scientifiques eux-mêmes est assez maladroite et remplie de dialogues hilarants que Tom Servo et son équipe auraient facilement pu railler. L’intégralité du film est du fromage le plus amusant et je ne peux pas lui en vouloir. C’est un film de science-fiction des années 1950, vous devez donc vous attendre à une bonne quantité de « Darn’s » et d’autres moments où les personnages ne semblent absolument pas affectés par les événements. Lorsque le capitaine de mer hargneux dit de façon inquiétante que le Black Lagoon est un paradis mais que « personne n’est revenu pour le prouver », vous vous attendez à ce que les scientifiques aient un moment où ils mentionnent « Hé, ce n’est peut-être pas une bonne idée ». Non, tout l’équipage est enthousiaste à l’idée d’y aller ! Encore une fois, vous devez aimer et vous attendre à ce type de qualité MST3K.

Le problème que je me suis retrouvé avec ce film, que je semble avoir avec plusieurs films ces derniers temps, est la maigre histoire. Mis à part les points de se rendre au Black Lagoon, il n’y a rien d’autre pour maintenir le film à flot (jeu de mots non voulu) et cela n’aide pas que le film ne dure que 80 minutes. J’ai admis que j’ai apprécié la façon dont le film demande qu’au lieu de regarder dans l’espace, nous devrions chercher dans les profondeurs de notre propre planète une vie inconnue. J’ai aussi adoré la solitude que vous êtes censé ressentir envers la créature. Il est le dernier de son espèce et la façon dont il aspire à se connecter avec la stupide Kay (Julie Adams) est subtilement belle. La scène où il tend la main et la retire alors qu’elle nage transmet l’émotion qui manque à la distribution humaine.

En fait, j’ai apprécié la créature 100 fois plus que les humains. Lorsque vous voyez le Gill-Man pour la première fois, c’est une peur efficace car il ne saute pas et ne vous fait pas peur, il se tient simplement là. Tout au long du reste du film, il nage principalement, mais ces scènes sous-marines sont superbement tournées. Je ne connais pas de séquence sous-marine, à l’époque, qui se compare mais c’est le clou du film. La scène où Kay nage en dos crawlé avec le Gill-Man sous elle est juste une scène exquise. La façon dont il est tourné montre à quel point le Gill-Man est séparé des humains et pourtant à quel point ils sont intégrés en même temps. Vous gagnez également une sensation d’espace avec les séquences sous-marines. Je n’ai jamais pensé que ces scènes avaient été filmées dans un réservoir, et pour autant que je sache, elles auraient pu l’être, mais vous voyez l’étendue d’eau illimitée du haut, du bas et des côtés. Pour en revenir à cette scène du Gill-Man nageant avec Kay, ils ne sont pas écrasés l’un à côté de l’autre à cause des contraintes, vous sentez qu’il y a un grand espace entre eux. Félicitations au Gill-Man (dans l’eau) joué par Ricou Browning qui devait retenir son souffle à chaque fois qu’il se mettait à l’eau.

Étant donné que plusieurs scènes se déroulent sous l’eau sans dialogue, et lorsque tout le monde est à terre, le dialogue semble guindé, il n’y a rien de mémorable à propos des personnages humains. Je ne suis pas surpris que, que vous ayez vu cela ou non, vous connaissiez le Gill-Man et non les humains. La distribution humaine est ennuyeuse au-delà de toute comparaison à mon avis. Nous avons un bref triangle amoureux entre nos scientifiques en herbe Mark (Richard Denning), David (Richard Carlson) et Kay (Adams). Je ne savais pas comment nous étions censés prendre la relation entre Kay et Mark. C’est évident que Mark est un con pompeux mais je ne comprenais pas pourquoi il voulait Kay. Heureusement, ce triangle est résolu assez rapidement. Denning et Carlson sont aussi bons que l’on peut s’y attendre pour n’importe quel scientifique dans les années 1950.

Mon problème réside fermement dans le personnage de Kay. Je ne peux rien reprocher à Julie Adams en tant qu’actrice car elle est limitée dans son personnage, c’est que Kay est tellement agaçante ! Elle n’offre rien à l’histoire, à moins d’être un objet à convoiter pour le Gill-Man. A part ça, je voulais qu’elle fasse quelque chose, n’importe quoi ! L’intégralité de l’être de Kay est obsédée par la façon dont David est génial et se languit de David sur la façon dont un jour elle va faire quelque chose ! Eh bien ma belle, bouge ton cul et fais quelque chose alors ! Arrête d’attendre que David le fasse en premier. À partir de là, elle n’offre aucune idée autre que l’observation parfaite que si le groupe laisse la créature seule, « cela ne vous dérangera pas ». Merci d’avoir utilisé la mentalité d’araignée Kay (dont la mère n’a pas dit que si vous laissiez l’araignée seule, cela ne vous dérangerait pas ?). Les dix dernières minutes, Kay erre et crie les noms des gens. Les femmes dans les années 50… pas le bon moment.

Creature From the Black Lagoon est bon mais pas comparé aux autres classiques d’Universal. The Gill-Man domine l’histoire et pourtant, vous êtes coincé à suivre un groupe d’humains ennuyeux pour le reste du film. Le film est court et les scènes sous-marines sont fantastiques, donc le film vaut la peine d’être regardé.

Note de Ronnie :

★★★★★

A lire également