queenpins-review-3462633-1111368-jpg

Coupon Coupure Les criminels font beaucoup rire

Actualités > Coupon Coupure Les criminels font beaucoup rire

La coupure de coupons mène à une fraude de plusieurs millions de dollars dans une comédie d’ensemble plus drôle que prévu avec beaucoup de cœur. Librement inspiré d’une histoire vraie, Queenpins a deux femmes de Phoenix en difficulté qui transforment leur dépendance à l’épargne en crime organisé à gros sous. Kristen Bell fait face à un casting talentueux de vétérans d’Hollywood. Ils élèvent le matériel écrit avec leurs performances. Queenpins offre des rires importants, mais dure beaucoup trop longtemps. Le film arrive à une heure et cinquante minutes alors qu’il aurait facilement pu être plus maigre.

Connie Kaminski (Kristen Bell) vit dans une banlieue de la classe moyenne de Phoenix avec son mari terne et auditeur de l’IRS (Joel McHale). Ancienne championne olympique de marche, Connie a récemment fait une fausse couche après avoir accumulé une dette considérable dans les traitements de fertilité. Elle canalise son chagrin en coupant des coupons et en transformant sa pépinière en un entrepôt à domicile. Kirby Howell-Baptiste joue le rôle de JoJo Johnson, la voisine d’à côté de Connie, la future star de YouTube et un vendeur de cosmétiques raté. Qui est aussi devenu accro aux coupons.

Un bol fatidique de Wheaties rassis oblige Connie à écrire à General Mills une lettre de plainte sévère. Un stratagème diabolique se produit pour Connie lorsqu’elle reçoit un coupon de remplacement gratuit. Quelques mois plus tard, Ken Miller (Paul Walter Hauser), un agent de prévention des pertes à rétention anale pour une chaîne de supermarchés, remarque une invasion de coupons frauduleux. Le FBI ne le prend pas au sérieux, mais le service postal américain le prend. Un inspecteur des postes (Vince Vaughn) est chargé d’enquêter avec Ken en tant que tagalong.

Queenpins fonctionne comme une évasion légère. J’ai regardé ce film après une journée d’ouragans, d’incendies de forêt, d’Afghanistan et d’actualités pandémiques. Il n’y a pas d’antagoniste ou de méchant ici. Les femmes obtiennent leur comeuppance, mais d’une manière positive. Le film se concentre sur l’autonomisation des femmes sans être moralisateur ou moralisateur. Chaque personnage est sympathique. Vous les encouragez à réussir et à tirer la leçon de leurs crimes.

Paul Walter Hauser vole la vedette. Il est hilarant en tant que collant enragé à la chasse aux méchants. Sa plaisanterie avec Vince Vaughn est la meilleure partie du film. Vaughn joue l’hétéro tandis que le personnage de Hauser réalise son fantasme de flic. Leur timing comique est superbe. Une scène de surveillance m’a presque fait rire aux larmes. Hauser a la capacité d’avoir l’air idiot sans être un clown. Vous finissez par l’aimer au fur et à mesure que l’histoire avance. Hauser était fantastique dans son interprétation du suspect à la bombe aux Jeux olympiques d’été de 1996, faussement accusé, Richard Jewell. Il oscille entre le drame et la comédie. Paul Walter Hauser construit tranquillement un CV fantastique.

Les quilles doivent être plus courtes de vingt minutes. Les cinéastes tentent une intrigue secondaire dramatique avec les efforts de grossesse de Connie. Il sent la saccharine et nuit au ton fantaisiste. Je comprends la nécessité de montrer la croissance du protagoniste. Elle veut avoir un enfant et le fera à sa guise. C’est entendu, mais le swing dramatique tempère inutilement l’humour du film. Queenpins est une agréable surprise. J’ai ri constamment tout au long. Queenpins est produit par AGC Studios, Red Hour Productions et Marquee Entertainment. Il sortira en salles le 10 septembre chez STX Films.

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

★★★★★

A lire également