Coraline-dessin-animé-horreur
|

Coraline : dessin animé ou film d’horreur ? Nos théories

Accueil » Actualités » Autour du cinéma » Coraline : dessin animé ou film d’horreur ? Nos théories

Coraline est un film d’animation en volume américain, réalisé par Henry Selick, sorti en 2009. Il s’agit d’une adaptation du roman éponyme de Neil Gaiman, publié en 2002.

Le film raconte l’histoire d’une jeune fille aventureuse nommée Coraline trouvant un monde parallèle idéalisé derrière une porte secrète dans sa nouvelle maison, ignorant que le monde alternatif contient un secret sombre et sinistre.

Un dessin animé pour les grands et les petits

Le monde magique de Tim Burton…ou pas

La technique du stop motion (image par image), utilisée pour l’animation, nous rappelle fortement certains films de Tim Burton tels que “L’étrange Noël de Monsieur Jack” ou “Noces funèbres”. Cependant, bien que nombreux d’entre vous soient persuadés que Coraline soit signé Tim Burton, la réalité est toute autre. Ce graphisme si particulier, si Burtonien et si gothique ne semble toutefois pas anodin. Henry Selick, était la main droite de Tim Burton.

Un monde parallèle

Notre imagination et notre âme d’enfant semblent gâter devant un visuel et une fantaisie si travaillée. L’ intrigue nous rappelle fortement d’autres histoires telles que le “Magicien d’Oz” ou “Alice au pays des merveilles”. Des fillettes qui surgissent dans des aventures bizarres où elles doivent faire face à leurs plus grandes peurs afin d’atteindre la sagesse et la maturité.

Les parents de Coraline ne pensent qu’à leur travail. Ils ne s’occupent que très peu d’elle. Comme Alice, elle découvrira un nouveau monde secret, un monde merveilleux qui petit à petit deviendra obscur

Des théories effrayantes

Quand le rêve vire au cauchemar

Coraline fait la découverte d’un autre monde qui semble parfait à la première impression. Repas alléchants, jardin et décoration féériques sont au rendez-vous, c’est tout ce dont elle rêvait. Néanmoins, ce rêve a un coût: la petite fille doit se coudre des boutons à la place des yeux. Auquel cas, elle deviendra fantôme comme trois autres enfants déjà ! Cela nous rappelle la scène de “Pinocchio”, lorsque le petit garçon manque d’être pris au piège lors d’un spectacle et de se transformer en âne. De quoi nous traumatiser dès le plus jeune âge…

La théorie des morts

Coraline sympathise avec les enfants fantôme mais il semblerait que d’autres personnages aient rejoint le monde des morts sans que nous le sachions. En effet, de nombreux indices nous laissent penser que son voisin ne fasse plus partie du monde des vivants. Sa couleur de peau, le courrier entassé en sont des exemples. Aussi, les deux autres voisines empaillent, tout au long du film, leurs animaux de compagnie. Un film où il n’y a que des morts ressemble à un film d’horreur n’est-ce pas ?

Coraline..une sorcière ?

Les allusions au monde des sorcières sont nombreuses. Au début du film, Coraline cherche de l’eau avec une baguette de sourcier. Elle se retrouve sur un puits entouré de champignons formant un cercle. Coïncidence ou rond des sorcières ? Dans la version originale, le surnom de Coraline, donné par son père, n’est autre que “Witchy”, sorcière en anglais. La jeune fille porte une barrette-libellule dans les cheveux, symbole celtique des fées. Enfin, Coraline est accompagnée par un chat noir tout le long. Un monde de magie oui, mais sûrement de magie noire.. 

★★★★★

A lire également