Comment The Green Knight utilise la légende arthurienne pour discuter du 21e siècle

Actualités > Comment The Green Knight utilise la légende arthurienne pour discuter du 21e siècle

Aussi fatiguée que soit la déclaration même après seulement deux courtes années, s’attendre à l’inattendu est devenu quelque peu banal dans la vie de presque tout le monde. Comme il est naturel pour les événements mondiaux, leurs effets ont tendance à se répercuter sur la culture populaire, et une pandémie mondiale ne fait clairement pas exception. Bien que personne ne puisse prédire l’avenir, le travail de certains artistes à cette époque a montré à quel point certaines idées peuvent être exceptionnellement pertinentes dans l’art, surtout quand on a l’impression que le monde s’effondre sous nos pieds.

Alors que de nombreux exemples de ce type de commentaires peuvent être trouvés tout au long du cinéma dans la «nouvelle normalité» (The Matrix: Resurrections, tick, tick… BOOM! pour n’en nommer que quelques-uns), le réalisateur David Lowery a conçu ce qui ne peut être défini que comme le ‘Modern Hero’s Journey’ avec son grand film fantastique A24, The Green Knight de 2021.

Gauvain : le mouton noir de la table ronde

A24

Le film est centré sur Sir Gawain de Dev Patel, chevalier de la table ronde et neveu du roi Arthur. Canoniquement, Gauvain et Arthur sont de proches confidents, mais cette adaptation préfère le voir comme un homme dont le titre peut dépasser ses qualifications. L’exposition initiale montre qu’il connaît peu la noblesse. Ce qu’il sait, cependant, c’est l’indulgence – il est réveillé dans un bordel, sentant encore l’alcool et les mauvaises décisions de la veille. Dans l’une de nos premières interactions avec le personnage, on nous montre son embarras lorsqu’il est incapable de présenter au roi une histoire digne d’un chevalier.

Cet embarras, ce désir de grandeur et de mécontentement face à ce que la vie a présenté à notre protagoniste avant cela, est ce qui met notre histoire en action. Après cela, Gauvain, plus que tous les autres, accepte le défi du chevalier vert : donner un coup, en recevoir un d’égale sévérité. Assez simple, non? On pourrait supposer, jusqu’à ce que Gawain coupe la tête du chevalier vert, tout en brandissant ce que le spectateur doit déduire est Excalibur. C’est alors que le spectateur observe l’ambition aveugle qui alimente notre personnage principal, et maintenant nous devons patiemment attendre comme lui pour voir où cette ambition nous mène. Gawain est un homme entouré d’hommes d’honneur, et a finalement l’opportunité de se l’approprier. C’est-à-dire s’il survit.

Le voyage d’un héros plus réaliste

A24

Comme tous les grands contes d’autrefois, le voyage de Gauvain est aussi (sinon plus) important que sa destination. Il est rencontré par des voleurs, des esprits et d’autres personnages mystérieux (sur lesquels nous reviendrons plus tard) qui cherchent tous à retarder son voyage pour rencontrer son destin. Son premier contact avec la mort, lorsqu’il est rencontré par des charognards, est l’endroit où les vraies couleurs de Gauvain sont montrées. Ces couleurs intérieures ne reflètent pas tout à fait son apparence extérieure de noblesse, comme l’affirment ceux qui le volent. Avec cela, ils prennent les possessions matérielles de Gawain, des objets qui le marquent du statut auquel il aspire mais qu’il n’a pas encore gagné. Avec cela, sa mort est reconnue mais affrontée, alors qu’il poursuit son voyage.

Au fur et à mesure que sa quête augmente en ferveur et que ses sens diminuent en intégrité, Gawain est présenté à l’esprit Winifred. Personnage célèbre de la tradition catholique, Winifred explique que le prochain défi de notre héros est de récupérer sa tête dans le lac qui se trouve à côté d’eux (vous ne pouvez pas avoir de fantaisie sans préfiguration flagrante). Alors que Gawain accomplit cela avec facilité, il demande trop rapidement un cadeau en retour (« trop ​​​​rapidement » ici signifiant qu’il demande avant même que sa tâche ne soit terminée). Tout comme il l’a fait avec les charognards, et comme il continuera à le faire jusqu’à ce que sa leçon soit réalisée, Gawain tente de sauver le butin de la gloire avant de voir comment ceux-ci doivent être gagnés.

Notre héros est toujours sur le ring avec le destin, un match dont un étranger sait qu’il ne peut être gagné, mais la nature humaine de sa nouvelle victime a trop peur pour admettre cette vérité. Maintenant que cette nouvelle tâche est terminée, nous voyons la hache du chevalier vert rendue à l’homme qui l’a remportée il y a un an. Avec cela, il s’embarque, et ses découvertes sont aussi délirantes que son esprit l’est à ce stade du voyage. Gawain est rencontré par des géants, un ajout précis à son matériel source, mais à première vue apparemment hors de propos.

Le chevalier vert reflète une nouvelle jeunesse

A24

Selon le réalisateur, les géants sont censés représenter l’ancien monde naturel, celui des légendes arthuriennes, laissant derrière lui la Terre au fur et à mesure qu’elle avance, et l’âge de l’homme voit sa conception se réaliser. Bien que vous puissiez attacher le ruban ici, il est probable que ces géants signifient plus pour Gawain qu’un simple effet secondaire de sa folie. Ces créatures qui le laissent derrière sont représentatives de sa protection (la ceinture offerte par sa mère), devenant finalement une sorte de relique pour lui. Une fois sa peur de la mortalité vaincue, il n’est pas nécessaire de brandir un bouclier de quelque forme que ce soit pour le protéger.

Gauvain finit par trouver son chemin vers un abri sûr, en compagnie d’un seigneur et d’une dame non loin de l’endroit où son voyage doit se terminer. Curieusement, la Dame en question est jouée par Alicia Vikander, avec son rôle dans le film en tant qu’Essel. Bien qu’il n’ait jamais été dit clairement, il est clair que Gawain peut voir l’extrême ressemblance entre les deux et donc notre troisième défi pour notre héros arrive. La dernière épreuve de sa jeunesse : la luxure. À la surprise de personne, il y échoue également, succombant à la tentation en dernier recours pour restaurer sa ferveur. Avec elle, cependant, nous constatons qu’il est ensuite rendu la ceinture dont il a perdu à ces voleurs dans les bois, montrant que les plaisirs temporaires accordent une évasion temporaire.

Les conséquences de l’infidélité et de l’évitement de son propre destin finiront par remonter à la source dont elles sont issues. C’est dans les couloirs de cette nouvelle maison que l’on voit également un nouveau jeu proposé, faisant écho à celui du retour imminent du Green Knight. Le Seigneur dit à Gauvain qu’il recevra le butin de sa chasse, si Gauvain doit trouver quelque chose de valable dans le château. Alors que le spectateur voit cela comme la ceinture l’a révélé plus tard, c’est soit à l’insu de Gawain, soit un fait tenu dans le déni au moment de son départ. Il repart avec la protection qui lui est accordée, ainsi que les bonnes grâces de nouveaux amis. Encore une fois, notre « héros » cherche la solution de facilité.

Les vraies couleurs du destin

A24

Enfin, Gawain et le chevalier vert se retrouvent une fois de plus, et encore une fois, face à son propre destin (la mort), Gawain évite presque la tâche qui lui a été confiée il y a si longtemps. Tout au long de ce film, The Green Knight pose la question classique : voudriez-vous savoir comment et quand vous mourrez ? Pour Gauvain, on ne lui a pas accordé son secret, et cela montre à son tour à quel point notre propre mortalité est fragile ; face à lui tel qu’il est, cela nous terrifie. Cela terrifie tellement Gawain que pendant un bref instant, il envisage de s’échapper, vivant une fausse vie loin du destin qui lui est tracé.

C’est dans ses derniers instants qu’il enlève la ceinture (le symbole de son idée juvénile de l’immortalité) et est prêt à vraiment rencontrer la fin qu’il s’est fixée. C’est à ce moment que le voyage de notre héros se réalise. Pas dans les actions qu’il a entreprises pour arriver à cet endroit, mais dans son intention finale et sa découverte de la bravoure. Dans ce dernier moment alors que la fin approche à grands pas, Gawain a gagné. Il a essayé de prendre tous les raccourcis vers la victoire jusqu’à présent, mais c’est avec une hache pointée sur son cou qu’il réalise que le destin, et même la grandeur, n’est pas généreux envers ceux qui prennent des raccourcis.

La légende arthurienne au 21e siècle

A24

Ce qui rend ce film vraiment génial, c’est sa capacité à énoncer des thèmes qui sont restés vrais dans la littérature pendant des centaines d’années, tout en permettant à un conteur moderne de planter les luttes de son public moderne dans le sol qu’il arrose tout au long de son exécution. Pour commencer, notre protagoniste est un individu pour la plupart sans direction lors de notre première rencontre avec lui. Il boit en excès, il dort et il n’a manifestement pas fait grand-chose pour prouver qu’il a une place digne à la table de son oncle.

Gauvain le reconnaît, mais au lieu de se réaliser traditionnellement, il se jette sur le premier adversaire qu’il voit, scellant finalement son destin. Cette ruée vers la grandeur emmène ensuite le protagoniste à travers des épreuves et des tribulations qui auraient très bien pu être évitées par un homme plus sage que lui.

L’héroïsme selon David Lowery

A24

Là où ce film prend vraiment forme, c’est avec son message sur les concepts d’aspiration et de but sous la légende arthurienne, et en le transformant en un commentaire sur la jeunesse et les attitudes contemporaines. Ces légendes et le matériel source de The Green Knight, une forme de narration caractérisée par son abandon des idéaux mondains en échange d’un chemin tracé pour ses héros par des architectes omniscients du destin, sont totalement abandonnés par l’interprétation de la prose par Lowery. Pour un public du XXIe siècle dont le destin dépend entièrement de lui-même, cette notion presque archaïque d’une image plus grande devient non seulement irréaliste mais décourageante.

Contrairement à nos anciens héros susmentionnés, un but est rarement accordé à ceux qui le désirent à partir d’une sainte révélation. Une réalisation exaspérante pour une génération a dit que le monde répondrait à leurs désirs, plutôt que d’avoir à accomplir des objectifs sociétaux avant les leurs. Pour Sir Gawain et la génération de héros en herbe qu’il reflète, le véritable objectif se trouve dans l’application plutôt que dans l’échelle. Qu’il s’agisse d’une prise de conscience intempestive de ce à quoi ressemble vraiment l’héroïsme ou de l’acceptation d’un sens minuscule, The Green Knight de Lowery montre finalement que le vrai dire du personnage n’est pas dans l’accomplissement, c’est dans l’attitude.

★★★★★

A lire également