Comment "Teenage Mutant Ninja Turtles : Mutant Mayhem" a réalisé ce montage inoubliable.

Comment « Teenage Mutant Ninja Turtles : Mutant Mayhem » a réalisé ce montage inoubliable.

Magazine Jolie Bobine : Jeff Rowe raconte la scène de « No Diggity ».

Le nouveau film « Teenage Mutant Ninja Turtles« est le premier long métrage de la franchise sorti en salles depuis le film « TMNT » de 2007. Il fait suite à deux films en prises de vues réelles grandiloquents produits par Michael Bay et sortis en 2014 et 2016. Après tant de films sur les Tortues Ninja Mutantes (y compris plusieurs séries télévisées), les créateurs de « Mutant Mayhem » savaient qu’ils devaient se démarquer de leur projet par des moyens audacieux.

Tout d’abord, l’équipe, dirigée par le réalisateur Jeff Rowe (qui a coréalisé le film « The Mitchells vs. the Machine », nominé aux Oscars), a décidé d’innover.s« ) a voulu mettre l’accent sur la partie « Teenage » du titre. À cette fin, la production a engagé de vrais adolescents pour jouer les personnages et a développé un style d’animation qui imite les gribouillis que l’on trouve dans les marges d’un cahier d’écolier : Les personnages sont asymétriques, des lignes sauvages sont griffonnées à l’extérieur des formes des objets, un désordre artistique donne de la texture et de la vie aux arrière-plans et aux décors plats. Même Trent Reznor et Atticus Ross, les compositeurs oscarisés de « The Social Network » et de « Soul », ont embrassé l’adolescent qui sommeille en eux en créant une partition qui semble être l’œuvre d’un groupe de garage enthousiaste.

« Le film est bizarre à bien des égards et nous en sommes fiers », a déclaré M. Rowe. « Nous avons pris des risques sur le plan artistique, sur le plan de la narration et de certaines des techniques que nous utilisons, et nous nous sommes même écartés du canon des ‘Tortues’. C’est toujours éprouvant de prendre quelque chose d’aussi cher et de le présenter au monde entier. Mais les gens ont vraiment réagi.

S’il y a une séquence qui capture la créativité, le dynamisme débridé et sans peur de « Teenage Mutant Ninja Turtles : Mutant Mayhem », c’est un montage ingénieux des tortues qui éliminent les méchants, sur fond de « No Diggity » de Blackstreet.

Rowe attribue une grande partie du mérite à l’artiste du storyboard John Jackson. Dans le scénario, il s’agissait d’une simple description d’un montage et d’une brève ligne de dialogue du dernier bandit rencontré par les personnages. Rowe l’a tendu à Jackson et lui a dit : « Voilà, John, monte ça, ne passe pas trop de temps dessus. Cela ne représentera que 30 secondes du film au maximum. Faisons vite. » Jackson répond : « OK, je peux essayer quelque chose ? »

Il venait de voir « Everything Everywhere All At Once » et a été très inspiré par le style éditorial du découpage en allumettes », a déclaré M. Rowe. Et depuis un certain temps, nous essayons d’introduire dans le film ce combat au marteau d' »Oldboy ».

Jackson est revenu une semaine et demie plus tard avec des story-boards pour la séquence. « Il nous a présenté presque exactement ce qu’il y a dans le film et c’était à couper le souffle », a déclaré M. Rowe.

Mais tout n’était pas réglé pour autant. Il fallait aussi trouver la chanson parfaite. Ils ont étudié plusieurs options, dont « Rough Riders » de DMX et « Rosa Parks » d’Outkast. Mais le projet a vraiment pris vie lorsqu’ils ont mis « No Diggity » sur la séquence. C’était comme si « Oh, whoa, oh, c’est en train de décoller. C’est génial. Il faut que ce soit ça’. Nous avons mis la chanson là-dedans et nous n’avons jamais regardé en arrière. »

Cet article a été publié pour la première fois dans le numéro Awards Preview du magazine Jolie Bobine consacré aux récompenses. Pour en savoir plus sur l’avant-première des prix, cliquez ici.

Publications similaires