Goku Android 13

Comment le pire film de Dragon Ball a enfreint la règle la plus importante de Super Saiyan

Actualités > Comment le pire film de Dragon Ball a enfreint la règle la plus importante de Super Saiyan

Le pire film de Dragon Ball était Dragon ball Z : L’offensive des cyborgs ! parce qu’il a détruit les traditions établies de longue date sur le pouvoir des Super Saiyans.

Le pire film de Dragon Ball de tous les temps est sans aucun doute Dragon ball Z : L’offensive des cyborgs, également connu sous le nom de Dragon Ball Z : Battle of Three Super Saiyans. Ce film est le dixième de la franchise et est d’une qualité remarquablement médiocre. Ce film est non seulement incapable de trouver des fils d’intrigue intéressants, mais enfreint également l’une des règles établies de longue date de la série en ce qui concerne les Super Saiyans et la Spirit Bomb.

Dragon ball Z : L’offensive des cyborgs est sorti en 1992 avec des critiques particulièrement médiocres. D’après les critiques, le film se déroule dans ce qui est vraisemblablement une chronologie alternative, vu que les androïdes 16, 17 et 18 n’existent pas dans ce monde ou n’ont pas réussi à s’activer. Le « complot », si on peut même l’appeler ainsi, suit Goku, Future Trunks, Vegeta et quelques autres Z-Fighters alors qu’ils combattent les androïdes 13, 14 et 15 nouvellement réveillés sur un glacier arctique. Mis à part une brève scène de centre commercial au début du film, il ne se passe rien d’autre qu’une séquence de bataille très longue qui manque désespérément de spectacle pur. Le film manque également de toute sorte de substance au-delà de ladite séquence de bataille prolongée, car il n’y a pas de parallèles ou de thèmes vraiment remarquables explorés dans les limites du film. Même le parallèle à peine voilé entre Android 13 et Cell ne va nulle part. En plus de tout cela, le film décide de briser l’une des faiblesses les plus bien établies de la transformation Super Saiyan originale pour sa finale.

Un de nos lecteurs a rajouté ceci comme commentaire afin de répondre à ces critiques :

L’auteur nous dit :  » Le film se déroule dans ce qui est vraisemblablement une chronologie alternative, vu que les androïdes 16, 17 et 18 n’existent pas dans ce monde ou n’ont pas réussi à s’active ».. Pardonnez moi mais c’est du grand n’importe quoi.. Je vais corriger ceci en vous décrivant tout simplement la PREMIERE scène du film. En effet le film commence dans un glacier où les machines du Dr Géro sont stockées et elles s’activent pour fabriquer les protagonistes du film ( C13, C14 et C15). Ces dernières s’activent par le « sang cyborg » du créateur qui coule sur le sol car il vient de se faire tuer par C17, qui est accompagné de C18…Ils sont donc présents dès les premières secondes du film !!.. Ce n’est pas une « chronologie alternative », les film Dragon ball (excepté les films super) ne sont de tout façon pas canons..

En tant que transformation, la forme originale de Super Saiyan de Dragon Ball était plus une épée à double tranchant que ne le suggérait son apparence initiale. Selon Akira Toriyama lui-même, le ki est composé de trois parties. Ce sont la force, le courage et la justesse d’esprit. Cette composition signifie que l’état émotionnel d’une personne est tout aussi primordial pour manifester le ki que son état physique. Devenir un Super Saiyan jette cet équilibre complètement décentré. Bien que la forme puisse s’accompagner d’une augmentation de 50 fois de la force brute, de la vitesse et d’autres attributs physiques, elle amplifie également son état émotionnel, transformant souvent l’utilisateur en une version impitoyable et fière de lui-même. Cet inconvénient a été mis en évidence à plusieurs reprises au cours de Dragon Ball Z, car Goku n’a jamais été en mesure d’utiliser des techniques nécessitant un contrôle ki particulièrement avancé sous la forme Super Saiyan, telles que le Kaioken ou la Spirit Bomb. En raison de la rage qui assombrissait son esprit alors qu’il était en Super Saiyan, le risque d’essayer ces techniques était trop grand pour même envisager de les utiliser au combat. La bombe spirituelle en particulier nécessite un utilisateur au cœur pur pour même commencer à manifester l’énergie vitale nécessaire à l’achèvement de la technique.

Goku ne devrait pas pouvoir utiliser Spirit Bomb en tant que Super Saiyan

Dragon ball Z : L’offensive des cyborgs, vers l’apogée du film, Goku n’a d’autre choix que de commencer à rassembler de l’énergie pour une bombe spirituelle. Comme pour toutes les autres utilisations de cette technique infâme, le processus de collecte d’énergie est un peu ardu, mais finalement Goku est capable de catalyser l’énergie vitale en une énorme bombe spirituelle. Le coup de pied vient immédiatement après ce processus, cependant, lorsque Goku parvient à absorber complètement l’énergie vitale de la bombe spirituelle sous sa forme Super Saiyan. Cette instance devrait être complètement impossible en raison du manque de cœur pur de Super Saiyan et de son incapacité à maintenir un contrôle parfait du ki.

Voici ce que notre lecteur rajouté :

Certes Il ne pourrait pas produire de « spirit bomb en super saiyen car son cœur n’est pas pur mais ce n’est pas ce qu’il se passe. Goku dans un dernier espoir parvient à rassembler du Ki pour créer cette spirit bomb mais à ce moment là il est dans sa forme normal ! Et c’est seulement lorsqu’il a finit de rassembler tout ce Ki qu’il se transforme en super saiyen ( il se sert de l’énergie accumulé et parvient même à absorber la spirit bomb un peu comme quand il utilise pour la première fois l’ultra instinct contre Jiren).
D’ailleurs il se passe quasiment la même chose à la fin de Dragon ball Z lorsque Goku achève Boo avec une spirit bomb, en super saiyen..

Le film sans intrigue de Dragon Ball, Dragon ball Z : L’offensive des cyborgs n’a pas simplement aucune raison d’exister, il détourne activement la tradition établie de Super Saiyan. Ce film a peu ou pas de moments mémorables tout au long de son exécution et, dans l’ensemble, il manque beaucoup de cœur et de charme qui ont rendu Dragon Ball attrayant au départ.

Nous remercions Clément pour ses commentaires très utiles et qui nous permettent d’analyser ce film d’un point de vue différent !

★★★★★

A lire également