bones and all review

Chalamet et Russell brillent dans Cannibal Love Story

Actualités > Chalamet et Russell brillent dans Cannibal Love Story

Il y a avant Bones and All, et il y a après Bones and All. C’est une ligne que le personnage de Michael Stuhlbarg dit dans le film, et il n’y a pas de meilleure façon de décrire cette expérience. Luca Guadagnino (Appelez-moi par votre nom, Suspiria) réalise un film visuellement magnifique, sombre, imparfait et tordu avec des performances phénoménales. Ce film mélange plusieurs genres en un seul, en commençant par un drame pour adolescents sur le passage à l’âge adulte. L’ouverture est trompeuse, apparaissant d’abord comme un film indépendant A24 complet avec la renommée de Taylor Russell of Waves.

Cependant, le film prend rapidement une tournure sombre lorsque Maren (Russell) se révèle être une cannibale. Notre drame indépendant pour adolescents se transforme en un road movie d’horreur avec Maren qui fuit pour éviter les autorités alors qu’elle rencontre l’amour, des ennemis et une personne de son passé. Une histoire à plusieurs niveaux avec un scénario de David Kajganich porte ses fruits à bien des égards, alors que Maren rencontre Lee (Timothée Chalamet), un autre cannibale avec qui elle se connecte au cours de son voyage. Leur relation est le cœur et l’âme du film, alors qu’ils se rapprochent de plus en plus tout en servant de deux vagabonds imparfaits et effrayants avec une envie que le public ne peut jamais pleinement comprendre.

Guadagnino et Kajganich racontent une sacrée histoire originale. C’est un road movie avec un côté non conventionnel et un sens de l’humour noir. Étonnamment, il s’agit parfois d’une histoire réconfortante qui, tout comme les personnages du film, peut vous arracher les tripes à tout moment. Il s’amuse avec cette prémisse sombre, mettant ces deux âmes perdues dans un monde impitoyable où elles rencontrent d’autres comme elles. Ce film dépeint la méchanceté des autres et l’amour qui peut s’épanouir entre deux personnes qui ont besoin l’une de l’autre malgré tout ce qui peut les séparer.

Russell est phénoménal dans ce film. C’est une étoile montante qui fonde le film sur la nature tragique de son personnage. Maren est un personnage multicouche qui passe une grande partie du film à chercher sa mère. Bien que le thème d’un parent perdu ressemble à la partie la plus conventionnellement écrite du film, il est traité et interprété de manière excellente. Chalamet, l’un des acteurs les plus titrés de notre génération, possède son rôle de Lee. La chimie entre Russell et Chalamet est la force qui ramène le film sur terre dans une histoire d’amour inédite entre des vagabonds cannibales.

Le problème entourant Bones and All est le squelette qui maintient les parties juteuses ensemble. Bien que le film ne soit jamais ennuyeux, les personnages n’ont pas toujours une horloge ou un objectif à atteindre. En conséquence, le film manque d’un sentiment d’urgence pendant une grande partie de la durée, rebondissant entre certains moments intéressants et d’autres moins. Cependant, le film fonctionne grâce à la conviction de l’histoire et aux excentricités troublantes de Sully (Mark Rylance) et Jake (Stuhlbarg), deux autres cannibales que le couple rencontre au cours de leur voyage. Tout est réuni dans un conte tragique dans un monde qui se sent unique en soi. Un drame d’horreur romantique sur la route du passage à l’âge adulte? C’est quelque chose qui vaut le détour.

NOTE : 7/10

Comme l’explique la politique de révision de ComingSoon, un score de 7 équivaut à « Bon ». Un divertissement réussi qui vaut le détour, mais qui ne plaira peut-être pas à tout le monde.

★★★★★

A lire également