C’est en nous tous

Actualités > C’est en nous tous

Les débuts d’écriture et de réalisation de l’actrice Antonia Campbell-Hughes présentent un portrait ambitieux de la répression émotionnelle masculine et des façons troublantes dont ces émotions peuvent soudainement se répandre. Au cours des cinq premières minutes du film, l’homme d’affaires londonien Hamish Considine (Cosmo Jarvis) est impliqué dans un accident de voiture, le faisant atterrir à l’hôpital et laissant un adolescent mort.

L’accident se produit alors que Hamish est en route vers la ville côtière de Donegal, en Irlande, avec l’intention de vendre une propriété que lui a laissée sa tante décédée. Bien que cette configuration narrative ait tendance à être l’incident déclencheur de nombreux films d’horreur, les fantômes qui hantent réellement le chalet en bord de mer hérité sont du type hautement symbolique et doivent être discutés avec un thérapeute.

Malgré ses blessures, l’entêté Hamish décide de sortir de l’hôpital et de poursuivre son plan initial. Jarvis offre son jeu le plus convaincant alors que Hamish tente de remettre son épaule disloquée en place et utilise de la super colle artisanale pour coudre une entaille sur son avant-bras. Après avoir trouvé un Polaroid révélateur dans la maison, il commence à chercher des réponses sur son passé, trouvant des indices chez les citadins locaux.

Dans les jours qui suivent, Hamish se lie d’amitié avec Evan (Rhys Mannion), le passager survivant de l’accident. La colère et la culpabilité commencent à faire surface à mesure que leur relation compliquée prend forme. Mannion offre une performance troublante – une représentation captivante de ce à quoi ressemble le deuil de l’inexplicable dans les limites de la masculinité. Malgré tous les efforts des acteurs, les personnages largement souscrits détournent le portrait de deuil de Campbell-Hughes. Au mieux, c’est un choix stylistique pour le spectateur de percevoir les personnages aussi fracturés qu’ils le ressentaient eux-mêmes ; au pire, c’est de l’écriture paresseuse.

L’aspect le plus agréable du film est la cinématographie maussade de Piers McGrail : des plans fixes de collines brumeuses ; une côte rocheuse; et les routes de campagne vides portent le ton effrayant du film. McGrail capitalise sur le paysage époustouflant de l’Irlande et apporte plusieurs plans dignes d’une carte postale à l’écran. Il y a une image brûlante d’une voiture accidentée en feu au bas d’une colline. Malheureusement, la cinématographie époustouflante est éclipsée par des scènes incongrues, dont une séquence de danse dans un club vide avec un éclairage rouge vif.

Evan dans un ultime effort de connexion, Hamish affirme de manière obsédante « c’est en chacun de nous et vous l’avez trouvé », en vérifiant le titre du film. Le film ne parvient pas à répondre de quoi il s’agit exactement et laisse plutôt les téléspectateurs saisir de vagues sentiments. Le film se termine brutalement, refusant de proposer une simple clôture. Ce sentiment initial de frustration est adouci par le fait que c’est en fait la première fois que nous avons l’impression d’être vraiment à la place de Hamish.

ANTICIPATION. Premier long métrage de fiction d’un acteur toujours intéressant. 3

JOUISSANCE. Inaugure un sentiment de malaise palpable, mais ce n’est pas suffisant pour porter un film. 2

EN RÉTROSPECTIVE. Son manque de fermeture est intéressant, mais seulement après coup. 3

Réalisé par Antonia Campbell-Hughes

Avec Cosmo Jarvis, Claes Bang, Rhys Mannion

Le message It Is In Us All est apparu en premier sur Little White Lies.

★★★★★

A lire également