carnivalofsouls-4156838-9593339-jpg

Carnaval des âmes (1962)

Actualités > Carnaval des âmes (1962)

Publié à l’origine : 12 octobre 2019

Carnival of Souls est la pierre de touche à partir de laquelle des réalisateurs comme George Romero ont fait leurs meilleures œuvres. Je cite Romero surtout parce que regarder Carnival of Souls vous fera facilement penser à Night of the Living Dead car les deux ont une esthétique similaire dans leur composition en noir et blanc et la représentation des morts (les zombies de Night empruntent beaucoup aux goules de ce film). Avec ce réalisateur Herk Harvey, dans son seul long métrage de réalisateur, créez un film où le malaise saigne de chaque cadre créant des moments troublants. J’irais jusqu’à comparer cela à Eraserhead sous certains aspects, en particulier les effets de maquillage bizarres des morts-vivants et la façon dont les frayeurs surviennent. Carnival of Souls est un film qui vous mettra mal à l’aise, longtemps après l’avoir terminé.

Mary Henry (Candace Hilligoss) est la seule survivante d’un accident de voiture. Elle s’enfuit dans une petite ville de l’Utah où elle s’est installée avec un travail. Alors qu’elle essaie de se reconstruire, elle remarque un homme bizarre (Herk Harvey) qui la suit. Les motivations de l’Homme ne sont pas connues mais la santé mentale de Mary est de plus en plus menacée.

J’ai mentionné que Carnival of Souls est similaire à Night of the Living Dead. Il est cité sur IMDb que George Romero a été inspiré par ce film, et bien que je ne sois pas sûr de l’étendue, c’est évident. Les deux films mettent en scène une douce blonde à la merci des morts-vivants et tous deux utilisent les mêmes effets de maquillage pour les morts (visage blanc avec un maquillage des yeux foncé). En analysant l’horreur des deux films, j’ai donné l’avantage à ce film. Je suis troublé par les regards et les visages aux yeux morts et garçon, ces personnages ont-ils l’air macabres. Le réalisateur Herk Harvey joue l’homme qui suit Mary tout au long du film et le garçon est troublant à regarder (n’en déplaise à M. Harvey). Nous le voyons pour la première fois dans la fenêtre du passager de Mary et je dois croire que David Lynch s’est inspiré de ce film car dans cette première scène, j’ai eu un look similaire à celui du personnage principal de Lynch, Henry dans Eraserhead. Après cela, l’homme prend un air inquiétant et mort. L’Homme est le personnage principal secondaire à côté de Mary et il n’a jamais l’air moins que troublant. Dans une scène, Marie se réfugie dans une église et bien qu’il y ait une belle iconographie religieuse, tout est gâché par l’apparition de cette apparition fantomatique. L’utilisation de la musique d’orgue tout au long du film renforce le malaise aux côtés de The Man parce que vous vous sentez constamment comme si vous étiez à un enterrement.

Le film avait un budget estimé à 30 000 dollars et cela se voit, en particulier dans les images d’ouverture. Vous ne savez pas à quoi vous attendre quand ce film commence et il commence comme un film de série B merdique avec la pire course de dragsters de tous les temps. Je dis cela avec sarcasme étant donné que la course se termine avec Mary et ses amis qui quittent un pont. Bien sûr, Mary survit et cela devrait vous dire comment le film se termine (vous pouvez voir où d’innombrables films ont puisé leur inspiration). La scène d’ouverture avec les policiers traînant le lac vers la voiture semble avoir été doublée ou du moins mal doublée, car les garçons de l’autre voiture et les policiers parlent trop vite pour le dialogue enregistré. Vous avez également des scènes au début où un personnage ne quittera le cadre que pour faire jouer son dialogue. Je suppose que ces scènes d’ouverture ont été refaites car elles ne se répètent pas dans le film par la suite, mais cela ajoute à cette qualité à petit budget.

Après un saut brusque impliquant Mary mettant ses clés dans le contact, nous sommes jetés dans Mary jouant de l’orgue. Candace Hilligoss est une jolie fille au look similaire à Judith O’Dea de Night of the Living Dead. Hilligoss évalue ses réactions aux événements de manière appropriée et ne se présente pas comme un acteur terrible comme on le voit dans les films d’horreur standard. Vous êtes témoin de la détérioration de son esprit, mais vous comprenez aussi qu’elle est une femme aux bonnes mœurs dans un monde où cela n’est pas respecté. Bien que lorsque nous la rencontrons pour la première fois, elle se montre un peu sèche, en particulier lorsqu’elle dit à son ancien patron « merci mais je ne reviendrai jamais » dans son ancienne ville natale. Après cela, bien que vous regardiez les gens, en particulier les hommes, la traiter durement.

J’ai vraiment détesté le personnage de John Linden (Sidney Berger), le voisin de Mary. Il est pervers pour commencer, ouvrant sa porte et essayant de charger pendant qu’elle se douche. Elle va se changer et il commence à la regarder à travers la porte. Linden veut sortir avec elle, la trouvant classe, mais devient frustrée quand elle ne répond pas comme une femme « normale ». Il l’emmène dîner et devient visiblement en colère lorsqu’elle refuse de boire. Tout le monde ne boit pas mec, ce n’est pas une raison pour se déformer. Il y a beaucoup de choses qu’il ne semble pas aimer chez Mary et pourtant il la poursuit quand même. Je voulais vraiment que ce gars finisse par rencontrer The Man et qu’il meure horriblement.

J’ai mentionné que la fin est assez prévisible, surtout si vous avez vu un film important avec Bruce Willis que je ne mentionnerai pas. Des personnages se présentent commodément pour aider Mary comme le psychiatre dont elle se jette littéralement dans les bras. Ledit psychiatre qui dit plus tard qu’il n’en est pas un, déclare que Mary est hystérique après lui avoir parlé pendant trente secondes. Lorsque Mary commence à enquêter sur le carnaval lui-même, vous remarquerez que la fille dans l’annonce de tire derrière elle ressemble à elle. La danse rapide des goules dans le carnaval est un autre moment troublant. À la fin, vous devriez savoir ce que Marie veut dire quand elle dit qu’elle n’est pas faite pour ce monde. C’est un indice littéral de la fin, mais juste dans ses interactions avec les autres, vous pouvez dire qu’elle est trop réservée et trop guindée pour les années 1960 qui seront bientôt hédonistes.

Carnival of Souls est un film clé pour les amateurs d’horreur car il a inspiré d’innombrables réalisateurs. Il y a des moments troublants et le jeu d’acteur est correct mais l’histoire est prévisible, surtout si vous avez vu lesdits films réalisés par ceux qui idolâtrent ce film. L’Homme est effrayant et le sentiment de malaise est bien fait. La récente projection de Rifftrax est un excellent moyen de s’impliquer en regardant cela. Mike Nelson, Bill Corbett et Kevin Murphy décomposent le jeu d’acteur de Candace Hilligoss et se moquent de manière hilarante des différents habitants de l’Utah dont elle est entourée. Si vous l’avez manqué, vous avez une chance de plus le soir d’Halloween. Les détails peuvent être trouvés sur Fathom Events.

Note de Ronnie :

★★★★★

A lire également