Cannes 2021: The Souvenir Part II, After Yang, Ahed’s Knee, Lingui | Festivals & Awards

Actualités > Cannes 2021: The Souvenir Part II, After Yang, Ahed’s Knee, Lingui | Festivals & Awards

Contrairement à Hogg, il est peu probable que le cinéaste Kogonada fasse une suite à « Columbus », son premier long métrage de 2017. Une partie de l’originalité de ce film tient à son emplacement inhabituel : Columbus, Indiana, une petite ville devenue une oasis d’architecture moderniste. Le cadre pourrait être réutilisé, mais dans un sens pratique, « Columbus » était une expérience unique, une expérience qui ne peut pas être reproduite.

Et à son actif, Kogonada n’a pas peur d’aller loin dans une autre direction avec son deuxième long métrage, « Après Yang », qui est de la science-fiction. Certains plans sont clairement l’œuvre du même cinéaste, et ses personnages se retrouvent à nouveau à réfléchir à des questions philosophiques sur la nature du temps, disons, et ce qui distingue le quelque chose du néant. Mais c’est un film beaucoup plus narratif.

Colin Farrell et Jodie Turner-Smith incarnent Jake et Kyra, les parents d’une fille nommée Mika (Malea Emma Tjandrawidjaja). Lorsqu’ils l’ont adoptée, pour la garder en contact avec son héritage chinois, ils ont acheté ce que le film appelle un « techno sapien »: un humain artificiel nommé Yang (Justin H. Min), qu’ils ont élevé comme le frère aîné de Mika. Mais maintenant, Yang s’est effondré et il semble que les réparations ne soient pas possibles. Il commencera à se décomposer bientôt s’il n’est pas réparé. (De toute évidence, ces techno sapiens sont quelque chose comme les Terminators originaux – des machines entourées de tissus vivants.)

Mais les tentatives pour faire revivre Yang soulèvent des questions sur sa vraie nature. Espionnait-il la famille ? Quels souvenirs ses circuits jugeaient-ils dignes de préserver ? Avait-il des capacités émotionnelles et des secrets que le reste de la famille n’avait jamais connus ?

Les critiques élogieuses semblent proliférer pour « After Yang », qui a été présenté ce soir à Un Certain Regard. Mais j’avoue, en tant que personne désarmée et fascinée par « Columbus », trouver le nouveau film décevant. Kogonada utilise de nombreuses stratégies formelles voyantes pour déguiser des éléments familiers de la prémisse centrale. Il garde la caméra en plan long, modifie les proportions pour différencier les perspectives et trouve des cadrages qui mettent l’accent sur les décors encombrés – qui, dans le futur cadre du film, sont probablement qualifiés de rétro-modernistes et ressemblent certainement à des rappels du paysage de Columbus, Indiana. (La merveilleuse conception de la production est d’Alexandra Schaller.) La musique du thème de Ryuichi Sakamoto est apaisante sans être trop sirupeuse.

★★★★★

A lire également