Boys from County Hell Avis critique du film (2021)

Actualités > Boys from County Hell Avis critique du film (2021)

Les choses ne commencent pas avec beaucoup de promesses dans «Boys from County Hell», et elles ne s’améliorent pas au fur et à mesure. Mais ce n’est pas pour essayer, car il a pratiquement deux présentations qui montrent des personnes âgées qui saignent soudainement des yeux en regardant la télévision, puis un trio de voyous irlandais faisant des farces aux touristes canadiens avec un tas de pierres inquiétant, que l’on pense être lié à un histoire qui a inspiré Bram Stoker Dracula. Les touristes sont immédiatement frustrés, mais les habitants Eugene (Jack Rowan), William (Fra Fee) et leur copain costaud SP (Michael Hough) sont satisfaits, principalement parce qu’il n’y a rien d’autre à faire dans cette partie de l’Irlande. Blaguez tout ce que vous voulez, mais cette mini-tour de roches déchiquetées est la chose la plus intrigante à propos de ce film, assis de façon inquiétante sur le terrain alors que le père d’Eugene, Francie, travaille avec sa société pour le démolir et le transformer en un contournement. Personne ne sait ce qu’il y a en dessous.

Baugh a de nombreux éléments d’histoire pliables ici, mais la réalisation du film les laisse s’effondrer – la farce d’ouverture a la liquidation comique d’une promenade dans les bois, et comme beaucoup d’autres passages, elle existe principalement pour vider l’exposition avec des tas de ADR maladroit (dialogue enregistrement pour des moments de personnages lointains ou hors caméra qui pourraient aussi bien être des voix off). La première moitié du film est un slog, et cela ne change pas trop lorsque William est soudainement tué par les rochers d’une manière bien que surprenante et horrible. Mais c’est un début, car au moins cela ramène les éléments vampires de l’histoire à la surface, après avoir été enterrés sous un tas de pierres charismatiques susmentionné il y a des siècles. La distribution mince et fade du film de travailleurs de la route (y compris l’amie et collègue d’Eugène, Pauline [Andrea Irvine]) est ensuite attaqué par une force suceuse de sang qui diverge du célèbre comte Dracula de Stoker en ce qui concerne les règles. Tout cela n’est pas le moins étrange, bien que Baugh finisse par deux moments surprenants où les choses se mettent brusquement dans le cadre. Et malgré toute la consommation d’alcool et même un acolyte costaud désigné qui semble conçu pour des blagues sur une telle nature, ce n’est tout simplement pas drôle.

Au lieu de cela, « Boys from County Hell » ressent le besoin de prouver ses qualités émotionnelles, se penchant sur l’effet de cette perte, et plus tard sur la relation tendue d’Eugene et de son père Francie (Nigel O’Neill). Il y a un grand écart entre eux, laissé par le décès de leur mère, et Francie est trop macho pour le réparer avec même un câlin. Les deux occupent une quantité considérable de pages du script, mais le développement est trop plat pour être déchirant; il en va de même lorsqu’il s’avère qu’il y a plus de douleur émotionnelle à extraire de la partie de l’histoire de William. Baugh pense que traiter un problème de morts-vivants avec un chagrin manifeste donnera plus de dimension à son histoire, mais le pivot tonal est autant un buzzkill que la lumière du jour.

★★★★★

A lire également