Bobbi Salvör Menuez & Jacqueline Castel dans Mon Animal

Bobbi Salvör Menuez & Jacqueline Castel dans Mon Animal

Actualités > Bobbi Salvör Menuez & Jacqueline Castel dans Mon Animal

Le rédacteur en chef de ComingSoon, Tyler Treese, s’est entretenu avec la réalisatrice de My Animal Jacqueline Castel et la star Bobbi Salvör Menuez à propos de la première et du tournage du drame romantique queer surnaturel à Sundance à Timmins, au Canada. Mon animal sera présenté ce dimanche au Festival du film de Sundance avec une projection à minuit.

« Heather, une adolescente paria gardienne de but, aspire à jouer dans l’équipe de hockey de sa petite ville du Nord. Elle rencontre et tombe amoureuse du nouveau venu Jonny, un patineur artistique séduisant mais tourmenté », indique le synopsis. « La relation entre les filles s’épanouit malgré les luttes de Heather avec sa mère alcoolique, son orientation sexuelle cachée et une malédiction familiale qui la transforme en loup sauvage sous la pleine lune. Le rendez-vous secret de Heather et Jonny se heurte bientôt à la conformité de leur petite communauté, exposant des vérités dangereuses et déclenchant une nuit passionnée et violente de transformation personnelle.

À l’approche de Sundance, quel est votre niveau d’excitation pour la première ? Ça doit être tellement excitant de faire partie d’un festival aussi fantastique.

Jacqueline Castel : Ouais, je veux dire, je ne sais pas si tout m’est encore arrivé, parce que je terminais le film jusqu’à mercredi dernier, donc c’est comme si nous avions notre DCT et le [quality control] fait mercredi dernier, puis j’ai immédiatement pris l’avion pour rentrer à New York depuis Toronto. Ensuite, je me suis juste préparé à me préparer à partir. Je pense que ce n’est pas le cas, je ne sais pas si ça me frappera totalement jusqu’à ce que je sois là que ça se passe. Tout semble assez surréaliste à ce stade parce que tout se passe très vite. Alors oui, je suis très, très excité. Mais je ne pense pas que ce qui se passe me touchera vraiment jusqu’à ce que je sois là à la première et que je me dise : « Oh, me voilà. Cela s’est réellement produit. Ce n’est pas comme un rêve.

Bobbi Salvör Menuez : C’est vraiment bien d’être ici. Je suis déjà allé à ce festival, mais jamais en tant que chef de projet. Je pense aussi que c’est la première année que c’est complètement de retour en personne depuis 2020, il y a juste une vraie énergie qui circule dans Main Street et tout. Il y a une si grande énergie et il y a tellement de films que j’ai hâte de voir et je me sens tellement excité d’avoir notre film à mes côtés. Et oui, je suis très excité pour la première dimanche. En fait, j’ai décidé d’attendre pour regarder le film jusqu’à la première, donc ça va être probablement comme un peu de montagnes russes émotionnelles dimanche à minuit. Le seul inconvénient est que nous n’avons pas Amandla ici, mais nous vous sentons ici en esprit.

Jacqueline, j’adore le cadre d’une petite ville. Pouvez-vous expliquer pourquoi vous êtes allé dans cette direction? Je pense que cela donne au film une sensation très distincte.

Castel : Je pense que c’était inhérent au scénario lui-même. Mais j’ai aussi grandi dans beaucoup d’endroits bizarres. Je suis américain, je suis aussi canadien, je suis aussi français, j’avais de la famille qui… nous avons en quelque sorte déménagé un peu partout. J’ai grandi dans de petites villes comme Topeka, Kansas, et Reno, Nevada. Il y a quelque chose que je sais vraiment sur ce genre de ville et ce que ça fait d’être élevé dans une ville comme ça et à quel point cela peut être difficile quand on a l’impression de ne pas s’intégrer dans ce monde. Ensuite, comment cela vous définit en tant qu’individu et comment cela vous façonne.

Je vois donc le lieu lui-même comme un personnage et j’ai été très précis dans mes repérages pour trouver un monde qui soit vraiment fidèle à ce que j’essayais de capturer dans ce genre de lieu perdu dans le temps. Je ne sais pas, je pense que c’est un point de départ très intéressant pour façonner le monde dans lequel votre personnage vit.

Bobbi, comment s’est passé le tournage à Timmins, en Ontario ?

Menuez : Vous n’aviez pas à simuler ce sentiment du genre « c’est un tout petit monde et il n’y a pas d’échappatoire ». Comme c’était, ça s’est vraiment ressenti, et l’intensité de l’hiver. Ce fut l’un des hivers les plus rigoureux jamais enregistrés depuis une ou plusieurs décennies. Je pense aussi que c’était un peu spécial que ce soit une ville dans laquelle les choses n’ont pas vraiment été filmées. Donc, c’est vraiment différent de travailler sur beaucoup ou quelque chose. Cela a vraiment aidé à rendre les choses réelles, ce qui est toujours une telle joie pour un artiste que les lieux soient si chargés et en contact avec les gens de la ville ou les habitants de l’équipe. Cela ne fait qu’ajouter à la réalité de l’expérience, ce qui est toujours un tel avantage pour les performances, je pense.

★★★★★

A lire également