1638564534_maxresdefault-7353198-7327035-jpg

Blogathon What a Character : un regard sur Wally Cox

Actualités > Blogathon What a Character : un regard sur Wally Cox

Je n’envie pas les acteurs de personnages. C’est peut-être une lutte personnelle, mais l’idée d’être défini comme un seul personnage au cours d’une carrière est étouffante. On aime les personnages et on reconnaît toujours leurs visages, mais c’est rare quand on connaît leurs noms. Les acteurs de personnages ont aussi besoin d’amour !

Lorsque je suis tombé sur ce blogaton, un artiste m’est immédiatement venu à l’esprit. Wally Cox est la personnification même des luttes auxquelles est confronté un personnage. Avec une carrière de plus de vingt ans et des compétences allant de la comédie stand-up au travail dramatique sensible, Cox n’a pas pu ébranler le succès de M. Peepers, l’un de ses premiers rôles. Pendant une grande partie de sa carrière, les noms des personnages ont peut-être été différents, mais le rôle n’est pas trop éloigné de M. Peepers.

À un certain niveau, j’ai toujours été au moins un peu au courant de Wally Cox. En tant qu’enfant des années 1990, j’ai passé plus de temps que je ne devrais l’admettre à regarder les dessins animés délicieux et abondants des années 1960. Il ne m’a pas fallu longtemps pour passer de The Adventures of Rocky and Bullwinkle and Friends à Super Chicken et enfin à Underdog (où j’ai appris pour la première fois la présence indubitable de Wally Cox).

Le dessin animé a duré trois saisons pour un respectable 124 épisodes. Underdog a présenté Cox comme un cireur de chaussures canin travaillant au noir comme un super-héros. Il combat le mal sous la forme de Simon Bar Sinister tout en essayant de romancer sa meilleure fille, Polly Purebred. Oui, c’est aussi adorable que ça en a l’air.

Assis et pensant à sa carrière, Cox a dû être génial… il s’est retrouvé catalogué dans deux rôles distincts ! C’est en fait son travail sur Underdog qui l’a défini comme un interprète pour moi dans ma jeunesse. Chaque fois qu’il apparaissait à l’écran, ma tête se dirigeait immédiatement vers :

Alors que nous l’avons perdu à l’âge tragiquement jeune de 48 ans, Wally Cox a travaillé apparemment sans interruption pendant près de 20 ans. Né en 1924, sa filmographie prend vie à la fin des années 40, alors que la télévision prenait de l’importance aux États-Unis. Ses premiers rôles sont venus sur les spectacles d’anthologie de la période.

La nécrologie de Cox au Los Angeles Times (datée du 16 février 1973) décrit les premières années de l’acteur comme une lutte. « Ses deux parents étaient écrivains et déménageaient fréquemment. Il a fréquenté neuf écoles en 12 ans ». L’article poursuit en mentionnant que c’est dans l’une de ces nombreuses écoles que Cox a rencontré Marlon Brando. Les deux resteraient des amis incroyablement proches tout au long de leur vie.

En 1952, Cox a marqué le rôle qui pèsera sur lui pour le reste de sa vie. Mister Peepers a suivi Cox en tant que personnage principal, un timide professeur de lycée. La comédie a duré quatre saisons sur NBC et s’est avérée étonnamment mémorable dans la conscience de la culture pop. Même vingt ans après sa disparition, M. Peepers est régulièrement mentionné dans les profils de la carrière de Cox… à sa grande frustration. La nécrologie de Cox dans le St. Louis Post-Dispatch est citée :

Tous les dimanches soirs, les téléspectateurs du début des années 50 regardaient Robinson J. Peepers amener son génie naïf et silencieux dans la salle de classe… peut-être que cela faisait partie du problème – Wally Cox était M. Peepers, M. Peepers était Wally Cox. Personne n’a jamais oublié ça.

Fait intéressant, même les journaux de l’époque ont déployé beaucoup d’efforts pour établir une comparaison entre Cox et Mister Peepers en tant que personnage. Pour eux, ils étaient une seule et même personne. Un article du Fort Worth Star-Telegram daté du 2 février 1954 présente un titre : Wally Cox de TV in Person Looks, Talks Just Like ‘Mr. voyeurs’. Pendant ce temps, le Tacoma News Tribune du 14 février de la même année rapporte Wally Cox contre M. Peepers : la plupart des gens trouvent les couples confus.

Au cours des deux décennies suivantes, Mister Peepers a défini le personnage vedette de Cox. Qu’il s’agisse de rôles dans State Fair, Underdog ou Something’s Got to Give, ses personnages étaient souvent livresques, timides et résolument souris. Il était certainement difficile de rompre avec le casting. Même le (manque de) physicalité de Cox l’a classé dans la caricature. Sa taille, ses lunettes, et même sa voix hurle…

Au cours de sa carrière, le sens de l’humour et le timing comique de Cox sont indéniables. Il suffit de regarder jusqu’à son apparition le 28 février 1954 sur What’s My Line pour voir son talent. Même s’il est assis en silence, sa simple présence suffit à garder le public (et les autres panélistes d’ailleurs !) dans les mailles du filet.

C’est en fait la comédie qui a permis à Cox de faire ses débuts dans l’industrie. Sa nécrologie dans le St. Louis Post-Dispatch décrit comment Cox a d’abord fait son chemin en tant que comique de stand-up à Greenwich Village après avoir servi pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cox a convaincu le propriétaire d’un club de New York, « The Village Vanguard » de lui donner une chance en tant que comique de stand-up… « Ils ont tous décidé que j’étais naturellement ridicule », a déclaré un jour Cox. « J’ai donc décidé d’en faire un emploi rémunéré ».

Pendant ce temps, Cox travaillait comme orfèvre et vivait avec Marlon Brando (avec qui il partageait une passion pour les motos). C’est à peu près aussi « non-Wally Cox » que l’on peut obtenir.

Ce n’est vraiment qu’à la fin des années 1960 que Cox a régulièrement commencé à décrocher des rôles en dehors de sa caricature habituelle. En 1970, il est apparu dans un charmant rôle vedette dans le film Disney Boatniks en tant qu’homme à femmes qui dirige un yacht de fête. Quelques années auparavant, il avait découpé une figure d’une complexité fascinante jouant le rôle d’un assassin dans l’épisode 13 de la série à saison unique, The Girl from UNCLE.

Ce n’est peut-être pas un hasard si c’est également à cette période que Cox décroche le troisième rôle dans lequel les gens se souviennent le plus souvent de lui, la place en haut à gauche de Hollywood Squares. On se souvient de Cox comme d’un panéliste avec un penchant similaire à celui de la place centrale du jeu télévisé, Paul Lynde. Il est bien sûr apparu comme lui-même, mais quiconque a regardé le jeu télévisé devrait se souvenir du sentiment d’insinuations clignotantes qui pèsent sur la plupart des débats.

Comme mentionné, Wally Cox est décédé en 1973 à seulement 48 ans. Il laisse un vide en tant que non seulement l’un des plus grands acteurs d’Hollywood, mais un sacré bon acteur. Alors qu’il a lutté avec la typographie pendant une grande partie de sa carrière, il sortait de sa zone de confort, faisait des choix intéressants et faisait un travail incroyablement bon. C’est juste dommage que nous n’ayons pas pu voir où il se dirigeait.

Les acteurs de caractère sont des trésors. Ce sont les personnages dont on se souvient le plus souvent dans le cinéma et la télévision de l’ère classique. En même temps, alors que nous nous souvenons toujours du visage, leurs noms sont souvent les premières choses à glisser de nos mémoires. En tant qu’interprète, Wally Cox montre la tragédie inhérente à l’étiquette d’acteur de personnage. Le public a adoré et se souvenait de son travail sur Mister Peepers, mais il était bien plus que cela. Donnons aux acteurs l’amour et le respect qu’ils méritent.

Intéressé d’en apprendre plus sur nous??

Suivez Ticklish Business sur Twitter, Facebook, Letterboxd et Instagram. Nous avons également du contenu vidéo spécial disponible sur notre chaîne YouTube.

Intéressé à nous soutenir? Consultez notre page Patreon ! Les avantages incluent des cadeaux, un accès anticipé et du contenu bonus supplémentaire !

Nos épisodes de podcast sont disponibles partout où vous écoutez des podcasts, y compris Apple Podcasts, Spotify et Podbean.

★★★★★

A lire également