Appât Oscar fade et prévisible

Actualités > Appât Oscar fade et prévisible

Note: 4/10Cast: Tom Hanks en tant que capitaine Jefferson Kyle KiddHelena Zengel en tant que Johanna LeonbergerMichael Covino en tant que Mark EdgefieldFred Hechinger en tant que John CalleyNeil Sandilands en tant que Wilhelm LeonbergerThomas Francis Murphy en tant que Merritt FarleyMare Winningham en tant que JaneElizabeth Marvel en tant que Ella GannettiChukwudi en tant que JaneElizabeth Marvel en tant que Ella GannettiChukwudi en tant que Charles Iwudi CJ ”KiddBill Camp comme Corey FarleyCo-écrit et réalisé par Paul Greengrass; Co-écrit par Luke DaviesNews of the World Review: L’industrie cinématographique est pleine de raretés. Des suites qui surpassent leurs prédécesseurs, des biopics qui n’édulcorent pas l’histoire vraie de ses sujets, mais l’un des plus rares est Tom Hanks dans un mauvais film, et bien que son dernier effort, News of the World, ne le soit peut-être pas. être un tout mauvais film, c’est certainement très décevant compte tenu de toutes les parties impliquées.Selon le roman du même nom de Paulette Jiles, l’histoire se déroule cinq ans après la fin de la guerre civile et se concentre sur le capitaine Jefferson Kyle Kidd (Hanks), un vétéran de trois guerres, qui se déplace de ville en ville en tant que conteur non romanesque, partageant les nouvelles des présidents et des reines, des querelles glorieuses, des catastrophes dévastatrices et des aventures captivantes des quatre coins du globe. Dans les plaines du Texas, il croise la route de Johanna (Helena Zengel), une fillette de 10 ans accueillie par les Kiowa six ans plus tôt et élevée comme l’une des leurs. Johanna, hostile à un monde qu’elle n’a jamais connu, est renvoyée contre sa tante et son oncle biologique. Kidd accepte de livrer l’enfant là où la loi dit qu’elle appartient. Alors qu’ils parcourent des centaines de kilomètres dans la nature sauvage impitoyable, les deux seront confrontés à d’énormes défis des forces humaines et naturelles alors qu’ils recherchent un endroit qui puisse se sentir chez eux.L’histoire du film offre de nombreux angles uniques jamais explorés auparavant. le genre occidental, de sa période spécifique au fait que son protagoniste était en fait du côté des confédérés pendant la guerre civile, il a souvent l’impression de ne pas tirer pleinement parti de ces éléments ou de les utiliser de manière très crédible. Les habitants de quelques-unes des villes que visitent Kidd et Johanna sont tout simplement méchants et hostiles, mais malgré l’emplacement et l’heure, ils se sentent vraiment édulcorés. Il y a peu ou pas de sentiments haineux crachés de leur bouche à l’égard des Amérindiens ou des Afro-Américains, le pire étant un chef d’établissement essayant de prétendre qu’il a réussi à lutter contre les problèmes raciaux dans sa région en dominant avec son groupe blanc et un groupe d’hommes tentant voler Johanna pour devenir une travailleuse du sexe. Ce dernier point peut sembler dégoûtant, et c’est certainement le cas, mais l’écriture donne à tout cela l’impression d’être trop fade et trop sûre d’une approche des sujets qu’elle présente qu’elle a souvent envie de vouloir être un Western aux proportions dignes d’un Oscar, comme True Grit et 3:10 pour Yuma. Ce sont aussi ces aspirations claires qui empêchent le film de décoller, le rythme ne commençant jamais vraiment et l’histoire se révélant souvent beaucoup trop prévisible pour être convaincante. Le film ne voit vraiment que deux domaines dans lesquels les choses deviennent intéressantes à regarder, une scène de poursuite entre les bandits d’esclaves sexuels (pas leurs vrais noms, mais comment les appeler, vraiment) et les 30 dernières minutes environ dans lesquelles nous apprenez enfin une histoire sur les raisons pour lesquelles Kidd s’est poussé à toujours être sur la route et à ne jamais rentrer à la maison.Bien que généralement connu pour le travail de caméra tremblant de la franchise Bourne et un autre capitaine Phillips, le co-scénariste / réalisateur Paul Greengrass affiche une meilleure adhérence , à la fois au sens propre et au figuré, sur le mélange approprié d’un travail de caméra plus stable avec les moments les plus tremblants, notamment dans l’impasse entre lesdits bandits et Kidd et Johanna. C’est un morceau d’action très bien tourné et bien exécuté qui puise dans certains des meilleurs tropes des fusillades occidentales tout en offrant également quelques rebondissements uniques dans la façon dont ils se déroulent normalement.Malgré tous ces problèmes, on pourrait espérer au moins pour voir une autre grande performance de sa star à deux reprises aux Oscars, mais malheureusement, même Hanks s’est avéré assez décevant dans le film. Quand le moment l’exigeait, il était très chaleureux et charmant, ce qui lui semble naturel, mais le reste du film donne vraiment l’impression qu’il traverse les mouvements et qu’il est plus détaché du matériau que certains des films les plus faibles. Ce n’est en aucun cas une mauvaise performance, car la dernière partie du film lui permet de montrer les côtelettes dramatiques qui font généralement de lui une merveille à regarder, mais étant donné la cohérence générale de Hanks pour la grandeur, c’est un peu basique, un peu comme le film dans son ensemble. Il y a certainement des pires occidentaux à éviter, mais il y en a certainement de meilleurs à visiter avant de se tourner vers News of the World.

★★★★★

A lire également