Anka Malatynska, directrice de la photographie du péché originel de Pretty Little Liars

Actualités > Anka Malatynska, directrice de la photographie du péché originel de Pretty Little Liars

Jeff Ames de ComingSoon a eu l’occasion de s’asseoir et de parler avec la directrice de la photographie Anka Malatynska de son travail sur Pretty Little Liars: Original Sin de HBO. La série est actuellement diffusée sur HBO Max.

Jeff Ames : Qu’est-ce qui vous a amené à devenir directeur de la photographie ?

Anka Malatynska : Curiosité et condition humaine.

Y avait-il des individus spécifiques dans le domaine qui ont influencé votre style ?

Oui. Laszlo Kovacs, Vilmos Zsigmond. Un de mes mentors, Jim Chressanthis, qui a également été encadré par Vilmos Zsigmond. Il y a une approche très spécifique de l’éclairage Rembrant, de l’utilisation du contre-jour, qui pour moi était la plus évidente dans la Nouvelle Vague américaine. Quand on regarde Rencontres du troisième type, c’est la plus belle façon d’aborder la lumière, cette lumière peut être beaucoup plus douce et beaucoup plus dure. Ce style peut avoir de nombreuses itérations différentes. En général, je n’aime pas l’éclairage plat, j’aime l’éclairage épique. J’aime les choses qui même quand elles sont laides, elles chantent avec leur beauté. Quand je vais au cinéma, je vais pour me divertir et pour moi, cela fait partie de la capacité à suspendre l’incrédulité dans un monde qui, même quand il est moche, est beau. Qu’il y a de la poésie là-dedans. Ce sont les personnes spécifiques qui, selon moi, m’ont influencé.

J’ai l’impression qu’au début j’ai été vraiment inspiré par Anthony Dod Mantle. Lui utilisant dix millions de caméras partout. J’avais l’impression que Slumdog Millionaire avait beaucoup de cadrage énergétique amusant et inventif. Je suis toujours à la recherche de différentes façons d’encadrer les choses.

Comment ta technique/style a-t-il évolué au fil des années ?

J’ai l’impression qu’en ce moment je me lève du travail d’être au milieu d’une révolution de mon style et de ma technique. L’énorme évolution de mon style et de ma technique est qu’au cours des trois dernières années, le volume de travail et le nombre d’heures que j’ai travaillées ont été immenses. Cela signifie que je vis, mange, respire la cinématographie. La cinématographie est mon église et mon pain quotidien. C’est ce que mon cerveau fait plus qu’autre chose. Cela m’a permis de prendre des décisions très rapides. J’aime que Roger Deakins ait dit un jour que le travail d’un directeur de la photographie est de pouvoir prévoir où il aurait des ennuis s’il prenait une certaine décision. Par exemple, j’aurai des problèmes avec la lumière si je tire mes plans larges en dernier et ma couverture en premier. Qu’est-ce qui sera mieux pour l’angle du soleil? Des choses de cette nature. Où dois-je mettre la lumière, pour que je n’aie plus jamais à me déplacer et qu’elle puisse faire le plus de travail possible pour moi ?

Encore une fois, toute mon évolution et ce qui me passionne, c’est d’être capable d’exploiter la technologie, d’exploiter les outils, tout en étant capable de donner le décor aux acteurs et à l’énergie de l’histoire, à ce non-dit éthéré du moment où nous voir des films et ils touchent vraiment profondément nos cœurs. Comment exploiter ces outils pour ne pas submerger, mais aider à apporter cela au produit final. Mon évolution vers mon style s’est faite au fil des années de pratique de mon métier, je suis à l’aise avec mes outils techniques, suffisamment pour ensuite poser des questions plus profondes sur ce que nous faisons. Ne pas avoir peur d’essayer quelque chose de nouveau ou d’aborder la scène de manière plus compliquée car j’ai un emploi du temps qui se profile devant moi. Mais malgré tout ce stress, restez engagé dans la magie.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de travailler dessus dans Pretty Little Liars : Original Sin ?

Les images fixes quotidiennes que j’ai vues du pilote. J’ai pensé, wow c’est quelque chose de vraiment spécial. J’ai lu le script, j’ai rencontré l’équipe. J’avais l’impression d’avoir une excellente connexion avec l’équipe et j’ai été vraiment bien accueillie par eux. Je me souviens qu’un de nos assistants de production a dit : « Je savais quand on t’a parlé au téléphone que ce serait toi ». Je ressentais la même chose pour eux. Ensuite, nous sommes allés au cœur des ténèbres, dans la sombre forêt des Catskills, dans les bois froids de l’hiver et avons fait une belle chose.

Quel a été l’aspect le plus difficile de Pretty Little Liars et comment l’avez-vous surmonté ?

La météo était l’un des aspects les plus difficiles. De plus, la vague Covid de janvier a été très difficile. Nous l’avons surmonté en augmentant notre horaire de près de deux mois. Nous avons eu des tempêtes de verglas qui ont coupé le courant pendant plus de trois jours à un moment donné. Les gens ont dû être déplacés de leurs locations vers des hôtels en ville car il n’y avait ni électricité ni chauffage. Je vivais dans une cabane dans les bois qui avait un générateur de secours, donc ça allait. Nous avions un endroit très difficile qui était un lycée en attente de démolition. Cet endroit avait des problèmes de chauves-souris et de chaleur. Nous avions des routes de glace dans les bois. Nous avons eu des tempêtes de neige. Ils ont été vaincus par la patience et nos producteurs ont fait le choix de nous protéger plutôt que de travailler à certains moments. C’est un grand bravo à eux.

Avez-vous des histoires amusantes sur les coulisses de la création de Pretty Little Liars que vous pourriez partager ?

Eh bien, nous nous sommes beaucoup amusés tous les jours. Même au milieu du stress et du froid, nous avons réussi à avoir une bonne énergie sur le plateau. Je ne peux pas penser à des histoires sur le dessus de ma tête.

Comment s’est déroulée votre collaboration avec les différents réalisateurs de la série ? À quel point leur vision globale était-elle difficile ?

J’ai eu des collaborations vraiment merveilleuses sur le spectacle. Nous avions un directeur pilote incroyable qui avait une vision très forte et spécifique. Elle a tourné les premier et deuxième épisodes, puis je suis arrivée avec Maggie Kiley. Nous avons regardé les épisodes de Lisa et nous devions continuer le travail, ce que nous avons fait. Bien sûr, chaque réalisateur apporte un peu plus de son propre point de vue. Je me souviens quand le réalisateur de l’épisode sept est arrivé, il a dit qu’il ne pouvait vraiment pas voir de changement par rapport aux premières équipes. J’ai l’impression que Maggie et moi avons fait un travail formidable en regardant le travail de Lisa et en nous appuyant dessus. J’ai de nouveau travaillé avec Lisa sur les épisodes 4 et 5. Lisa est une réalisatrice très excitante et stimulante avec qui travailler. Je pense que parce qu’elle vient de l’animation et dans l’animation, vous pouvez prendre la caméra et la déplacer n’importe où. Elle avait aussi des idées de clichés incroyables. Elle s’est vraiment battue pour préserver ces plans dans les montages. J’ai envie de travailler avec elle sur les épisodes 4 et 5, j’ai appris à connaître la série plus en profondeur. C’est là que j’ai commencé à adopter des angles encore plus bas. Lorsque nous nous sommes réunis, nous avons ouvert la porte à ces objectifs super grand angle. Puis Lisa est partie et elle allait revenir pour la finale et je devais porter le flambeau du look de cette émission. Je peux fièrement dire que j’ai fait et mené à bien ces choses, tout en ayant mon propre parcours et en incorporant les visions du réalisateur entrant. Je me souviens que Lisa était très attachée aux objectifs grand angle autant que possible.

Quand j’ai travaillé avec Alex Pillai sur l’épisode 7, nous avons eu quelques très longues scènes d’assemblage. Je me souviens qu’Alex m’a dit : « Je vais devoir utiliser des objectifs grand angle et les isoler. Je me souviens d’avoir eu cette conversation dans ma tête de préserver l’apparence du spectacle. Je pense à la fin, alors même que nous osculons l’utilisation de certaines focales tout au long de la durée de vie de la série. Le même langage suivant la même histoire, il conserve toujours l’aspect du spectacle. Donc, chaque réalisateur est différent et je crois que chaque réalisateur est là pour inclure, dans la série, ce que son œil aime et comment ce sont ses yeux en tant que conteur. J’ai pu travailler avec les personnes les plus spectaculaires. Cierra Glaude, Megan Griffiths qui a réalisé l’épisode 8. Chacune de ces collaborations était très différente et c’est la partie excitante du tournage d’une série et parfois la partie stressante. J’appelle ça des rencontres créatives à l’aveugle pour les réalisateurs et les DP. Vous ne savez jamais si vous allez vous entendre ou dire la même chose. Maggie Kylie et moi avions des instincts vraiment similaires, donc c’était vraiment facile d’entrer dans le monde de Pretty Little Liars dans l’épisode 3.

Vous avez également travaillé aux côtés de Joe Collins et Teodoro Maniaci… est-ce difficile de fusionner vos styles ou est-ce que chacun fait son truc ? (En d’autres termes, quelle est l’importance de la cohérence ?)

Je pense que la cohérence est vraiment importante. J’ai vraiment respecté la vision que Joe a établie dans les épisodes 1 et 2. J’ai trouvé ça excitant et culotté. C’est l’une des choses qui m’a donné envie de participer à la série. Alors bien sûr, je vais honorer cette vision et poursuivre cette vision. En même temps, je suis un être humain et ce monde à travers mes yeux aura sa propre empreinte un peu différente de celle de Joe.

J’ai travaillé pour Teo en tant que chargeur sur le premier film indépendant sur lequel j’ai travaillé à NYU quand j’avais 19 ans. Je me souviens de le voir travailler et de la beauté de son éclairage. Je me souviens à quel point il était magistral. Quand nous avions besoin d’un DP en tandem, car finalement, vous avez toujours besoin d’un DP en tandem sur une série aussi complexe. Je dois repérer pendant que quelqu’un tire. Il avait travaillé sur Katy Keene pour Roberto et il a été suggéré comme DP en tandem. Il est venu et était si aimable et a fait un si beau travail. Il avait également un très haut niveau d’attention aux détails de la façon dont nous éclairons, etc. Je pense que Teo a pris ce que j’ai fait et l’a affiné encore plus. Il y a des choses que j’ai faites qui ont embelli une partie de l’approche de ce que faisait Joe. J’ai utilisé plus de lumières oculaires et parfois je suis allé plus doux avec la lumière. Je pense que Teo l’a aussi embelli encore plus. Je pense que c’était cette expérience incroyable d’avoir ce DP que j’avais admiré, d’entrer et de travailler en tandem sur une série que je tournais. Il était si aimable et gentil. Il aurait pu entrer et marcher sur mes orteils parce qu’il a de nombreuses années d’expérience sur moi. Ce fut une expérience super spéciale dans le monde de la cinématographie et cela m’a beaucoup appris sur le fait d’entrer et d’être respectueux et de faire un effort pour garder le look cohérent si jamais je suis un tandem DP.

CONNEXES: Annonce de la suite du film Tokyo Revengers Live-Action

Y a-t-il des choses que vous avez apprises en travaillant sur Pretty Little Liars que vous êtes impatient d’appliquer à de futurs projets ?

Autant de choses que j’ai déjà appliquées sur de futurs projets. J’ai vraiment commencé à travailler avec les lampes Titan et Helio. Ce sont des ampoules RVB de type Astera qui sont des lumières simples. Ils sont un type de lumière qui, fondamentalement, les Helios sont très petits et nous pourrions les cacher derrière des meubles. Je les avais un peu utilisées sur I Know What You Did Last Summer, mais elles sont devenues un outil principal sur Pretty Little Liars. C’était l’une des raisons pour lesquelles nous pouvions les utiliser et conserver un certain aspect doux, car nous utilisions tellement de fumée que la fumée agirait comme une diffusion sur la lumière. J’adore cacher ces petites lumières à différents endroits. Ils sont très pratiques et rapides.

Avez-vous d’autres projets à venir dont vous pourriez nous faire part ?

Oui, j’ai récemment tourné deux épisodes d’une série appelée Kindred qui sort sur Fox et FX. Je suis vraiment excité par le travail que j’ai à faire sur cette série. J’ai aussi un film qui s’appelle The Listener, avec Tessa Thompson et que Steve Buscemi a réalisé. C’était une collaboration incroyable. Vraiment excité à l’idée de partager ce film.

★★★★★

A lire également