Andor Saison 1 Episode 6 Récapitulation, théories et pensées

Actualités > Andor Saison 1 Episode 6 Récapitulation, théories et pensées

J’attendais avec impatience l’épisode d’Andor de cette semaine, qui marque la première fois depuis longtemps que j’étais enthousiasmé par Star Wars. La semaine dernière, nos héros ont continué à planifier le vol d’un avant-poste impérial sur la lointaine planète Aldhani. Nous en avons appris plus sur le groupe sauvage et avons même vu Cassian prononcer un discours d’encouragement qui était plus un vomi honnête qu’un cri de ralliement rah-rah. Au moins maintenant tout le monde sait qu’il n’est là que pour l’argent.

Nous avons également appris qu’il existe une cérémonie mystérieuse appelée l’Œil d’Aldhani qui, espérons-le, sera suffisamment distrayante pour permettre à notre équipe d’infiltrer la base rebelle et de s’enfuir avec les documents nécessaires sans trop de problèmes. Naturellement, puisque c’est Star Wars, je m’attends à ce que tout frappe le ventilateur, mais arrêtons de perdre du temps et voyons par nous-mêmes ce qu’il advient de notre mauvais lot dans l’épisode 6, « The Eye ».

Que se passe-t-il à Andor Saison 1 Episode 6

Nous ouvrons avec Andor habillé comme s’il était sur le point d’envahir la Russie. Nos héros se sont installés au sommet d’une montagne par une matinée particulièrement brumeuse. Karis arrive avec du café Star Wars et une longue liste de soucis. Il croit en cette cause, alors pourquoi a-t-il si peur ? Cassian, en revanche, s’est reposé une nuit complète et est apparemment calme, cool et recueilli. Karis a passé la nuit à écrire une autre dissertation sur la nature de la rébellion.

« L’Empire ne respecte pas les règles », grogne Cassian. « Vous ne signifiez rien pour eux. »

« Alors, vous pensez que c’est sans espoir », demande Karis. « Vous pensez que nous devrions simplement nous soumettre, être reconnaissants et céder? »

« Est-ce que j’ai l’air reconnaissant envers toi? » Cassia répond avec un air renfrogné. Le dialogue sur ce spectacle est le feu. « Ne vous inquiétez pas. Ça ira. Tu dormiras quand ce sera fait.

Nous passons à un groupe de commandants impériaux (dont l’agent double Lieutenant Gorn) discutant des Dhanis (qui ressemblent à des extras de Willow) – une simple race d’êtres qui ne peuvent pas déduire quand ils sont joués pour des imbéciles. « Si vous leur donnez suffisamment de choix, ils ne pourront pas dire que vous ne leur avez rien donné du tout », ricane l’un des hommes. À titre d’exemple, il note que l’Empire a installé des abris et des tavernes le long du long trajet que les Dhanis traversent pour atteindre la cérémonie de l’Œil. Ainsi, les 500 pèlerins qui ont commencé le voyage sont tombés à 60 (ce qui est également un moyen astucieux pour les showrunners de limiter le nombre supplémentaire).

Bien sûr, le plus gros problème des Dhanis est leur fierté. Ils préfèrent souffrir que se soumettre.

L’Empire prévoit de construire une toute nouvelle installation géniale dans la vallée sacrée de Dhalis, c’est pourquoi ils se sont donné beaucoup de mal pour les distraire de la cérémonie des yeux. Apparemment, 12 000 Dhalis se présenteraient pour l’événement dans le bon vieux temps, mais l’intérêt a diminué car ils ont été initiés aux plaisirs modernes.

À proximité, l’équipage de Cassian tâtonne avec une radio impériale et verrouille le signal de Vel. (Elle est coincée avec Cinta plus près de la base militaire.) Nous apprenons que Taramyn était un Stormtrooper. C’est du moins ce que dit Arvel à Cassian. (Cependant, étant donné qu’il s’agit d’un homme blanc dans une émission Disney + Star Wars, j’ai des doutes à son sujet.) « Vous auriez dû être ici quand Cinta l’a découvert », dit Arvel. « Ils ont massacré toute sa famille. »

Une lumière jaillit du ciel, marquant le début du spectacle à venir. Les Dhanis arrivent et les officiers impériaux se renfrognent à leur arrivée. Le groupe de Cassian se glisse derrière les figurants hétéroclites avec Taramyn aboyant des ordres. « Souviens-toi, » dit-il, « nous appartenons ici. »

Ailleurs, Jayhold, l’un des plus anciens impériaux de haut rang, se bat avec sa femme et son enfant « toujours malade ». Elle veut quitter la planète, le gamin aussi. En tant que tel, il a besoin que la cérémonie des yeux se déroule parfaitement pour plaire au colonel Petigar – celui qui décide quelles familles doivent quitter cette planète puante. (Ces morceaux nous montrent les deux côtés de la médaille. L’armée impériale est composée de vraies personnes, pas seulement de méchants unidimensionnels, vous voyez ? Nous comprenons également les motivations de Jayhold, qui entreront sûrement en jeu plus tard dans l’épisode.)

D’autres lumières traversent le ciel.

Gorn ordonne à ses hommes de bien jouer avec les Dhanis. Ordonne ensuite à la petite unité de Cassian de le suivre jusqu’à la base. Tout se passe bien jusqu’à présent. En fait, Vel et Cinta sont à l’eau et avancent sans problème. Ils apparaissent à côté de l’installation, et Vel attache un doohickey à un autre doohickey et retourne à Cinta. Maintenant, elle n’a plus qu’à donner l’ordre de partir. Sauf qu’elle hésite.

À l’extérieur des murs de la base, Jayhord échange des peaux de chèvre malodorantes avec les Dhanis dans le cadre de la cérémonie tandis que l’équipage de Taramyn et Cassian s’attarde à proximité déguisé en escorte. Taramyn devient nerveux. Vel est en retard.

Après plus de décrochage, Vel donne enfin le feu vert pour poursuivre la mission. (J’adore les rythmes de personnages comme celui-ci. Ce sont de vraies personnes qui mettent leur vie en jeu pour une cause. Pourquoi ne devraient-elles pas avoir peur?) Elle et Cinta Goldeneye sur le côté de la base.

Jayhord, fini avec le non-sens rituel, retourne à l’intérieur pour regarder le spectacle. Gorn ordonne à Taramyn et à ses hommes de le suivre. Ils entrent dans une pièce gardée par un seul officier, et la mission commence. Cassian verrouille la porte extérieure. Tout le monde sort une arme. Jayhord est indigné – sa femme et son enfant sont également là. Petigar sort son arme de poing et ordonne à Cassian de laisser partir le jeune garçon. Les choses deviennent tendues, mais Cinta arrive et tue Petigar sur place. Elle est toute l’affaire tout le temps.

« Qu’est-ce que tu fais », demande Jayhord. « Où allons-nous? »

« Le coffre-fort de la paie », clame Vel.

Jayhord insiste sur le fait qu’il ne peut pas ouvrir le coffre. C’est contrôlé à distance, mais ils savent que ce sont des conneries. « Un chemin, faites votre choix », ordonne Vel alors que les autres lient la femme et l’enfant de Jayhord. (Ce sont les niveaux de bien de Rogue One ici.)

Dehors, Gorn ordonne aux derniers hommes restants de descendre dans la vallée. « Profitez de la cérémonie », dit-il avec un sourire narquois.

A proximité, le doohickey Vel attaché à l’autre doohickey commence à biper. Apparemment, cela signifie que l’appareil brouille les communications.

Cassian, Taramyn, Vel, Cinta, Arvel et Karis infiltrent la base avec Jayhord et sa famille comme otages. « Si vous ne nous aidez pas, votre famille mourra », lance Vel.

« Vous nous tuerez de toute façon », rétorque Jayhord.

« Parce que c’est ce que tu ferais, n’est-ce pas », dit Vel. « Non. Si nous obtenons notre merde, tout le monde s’en va.

Cinta reste derrière tandis que les autres se dirigent vers le coffre-fort. Un groupe de soldats joue au poker Star Wars, mais notre équipe les écarte facilement. Jayhord ordonne aux hommes de coopérer puis utilise sa main pour ouvrir le coffre-fort. Les explosifs font le reste. L’équipe de Cassian commence à charger le moola sur le chalutier.

Dehors, un opérateur de communication radio plutôt déterminé tente de réparer le dysfonctionnement des communications. Il surprend le groupe de Vel discuter sur les ondes. Merde. Il rassemble des hommes – « Mais l’Œil va nous manquer ! » – et se dirige vers le coffre-fort.

Cinta éteint les lumières.

Ailleurs, les Dhanis sont jusqu’au cou dans leur cérémonie mais s’arrêtent alors que d’autres lumières apparaissent au-dessus de leur tête.

Gorn rejoint l’équipage dans le coffre-fort. « Tu? » Jayhord gémit quand il voit le lieutenant. « Tu vas pendre pour ça. »

« Sept ans à vous servir », répond Gorn, « je mérite pire que ça. »

Nous passons brièvement au commandement aérien d’Alkenzi, où des chasseurs de liaison sont assemblés pour une contre-attaque. Merde.

À l’intérieur du coffre-fort, l’ennuyeux opérateur de communication radio arrive et demande à savoir ce qui se passe. Gorn lui ordonne de partir, mais Jayhord tombe et l’enfer se déchaîne. Le feu laser éclate. Gorn est touché. Cassian entre dans le vaisseau d’évasion mais ses efforts sont contrecarrés par un soldat impérial. Les deux hommes se battent jusqu’à ce que Karis tire de loin sur le méchant. Taramyn est également touché.

Le groupe restant est monté à bord de l’engin. Cassian le frappe. La poussée fait tomber ses amis (et les gros contenants d’argent) de leurs pieds. Karis est écrasé. Vel s’occupe de lui. Cassian est du genre : « Où diable vais-je ? J’ai besoin d’une trajectoire de vol !

Les chasseurs de cravate arrivent et ouvrent le feu, mais la cérémonie de l’œil perturbe leur suivi; leurs minuscules vaisseaux sont trop faibles pour supporter les différents météores qui passent à toute allure. C’est un spectacle magnifique.

« Grimpe », crie Karis. « Grimpe maintenant ! »

Dans un acte de foi, Cassian retire les commandes et le vaisseau plane à travers la pluie de météorites colorées et parvient à atteindre la sécurité de l’espace.

Cinta reste sur la planète et fait de son mieux pour se fondre dans les Dhanis.

Alors que Maz Kanata à quatre bras opère sur Karis, Cassian et Arvel regardent le butin. «Il y a 80 millions de crédits là-dedans, plus ou moins. Quarante millions chacun. Ne me dites pas que vous n’y avez pas pensé. Je ne peux pas piloter le chalutier, mais je connais un bon endroit où nous pouvons nous cacher.

« Alors, pas de rébellion pour vous », demande Cassian.

« Oh, je suis un rebelle, c’est juste moi contre tout le monde », répond Arvel. « Oh, et je n’ai pas de frère. » Choquant.

« Alors, laissez-les ici », dit Cassian.

« Nous sommes tous les deux nés dans un trou et savons que la seule façon de survivre est de ramper sur quelqu’un d’autre. Alors, allez, partons, partageons les gains – »

Cassian fait exploser Arvel avec son arme de poing. Un peu impulsif, mais je comprends sa raison de le faire.

À proximité, Maz Kanata à quatre bras couvre le cadavre de Karis avec un drap. « J’ai fait tout ce que j’ai pu. » Condamner. Tout le monde vient de mourir ! Cassian apparaît, pistolet dégainé. Vel est comme, « WTF? »

« Je ne prends que ma part de l’argent et je vous laisse le cargo », dit Cassian. « J’ai fait ma part et maintenant j’ai fini. » Il remet le cristal Kyber. « Rends ça à ton ami. »

« Attendez, » dit-elle. « Manifeste de Karis. Il a dit de te donner ça.

Cassian, confus, prend le document et s’en va.

Pendant ce temps, sur Coruscant, le major Partagaz ordonne à son équipage de se préparer pour une présentation plus tard dans la nuit.

Nous passons à la Chambre du Sénat Galactique et voyons Mon Mothma prononcer un discours. Elle est cependant interrompue par l’affrètement des autres délégués. Elle prend son iPad et voit les nouvelles.

Ailleurs, Luthen entend également la nouvelle : « Grande attaque rebelle contre Aldhani ». Il se dirige vers l’arrière de sa boutique et rit.

Réflexions finales sur Andor Saison 1 Episode 6

Merde, cet épisode était incroyable! Hormis la trahison prévisible d’Arvel, j’ai été sur le bord de mon siège du début à la fin. C’est du bon Star Wars, les gens. C’est comme ça que ça se passe et j’espère que suffisamment de gens se connectent pour que nous puissions avoir plus de ce type d’émissions à l’avenir.

Nous sommes officiellement à mi-parcours de la première saison et je suis complètement investi. De toute évidence, Cassian doit revenir pour aider la rébellion, mais personne ne sait comment sa quête se déroulera. C’est un héros intéressant – un mercenaire robuste avec les idéaux de Han Solo, plongé dans une situation précaire bien plus grande qu’il ne l’aurait jamais imaginé. Il y a deux règles de pensée dans cet univers : gardez la tête baissée et espérez que l’ennemi ne vous voit pas ou ne riposte pas. Jusqu’à présent, Cassian a fait le premier avec plaisir, mais le succès de cette mission le convaincra, espérons-le, que des mesures drastiques sont nécessaires.

Ce qui est fou, c’est la façon dont les personnages de soutien bien établis sont envoyés sans trop réfléchir. Karis, Arvel, Taramyn et Gorn meurent plutôt sans héroïsme en tant que simples soldats plutôt qu’en tant que légendes de la République. Je trouve cela intéressant à moins que tout cela ne soit une ruse et que la série envisage de les ramener dans de futurs épisodes.

En tout cas, je creuse vraiment Andor. Avec seulement six épisodes de plus, il reste beaucoup de temps pour que la série touche le fond, mais les premiers chapitres d’une demi-douzaine ont été incroyables.

★★★★★

A lire également