Adelaide Clemens sur les accents et le pot de jurons

Actualités > Adelaide Clemens sur les accents et le pot de jurons

La rédactrice en chef de ComingSoon, Spencer Legacy, s’est entretenue avec Adelaide Clemens de son rôle dans le drame récemment sorti The Swearing Jar. Clemens a parlé d’utiliser différents accents et de jouer un célèbre personnage de Silent Hill.

PLUS: Interview de Last Light: Matthew Fox et Joanne Froggatt parlent de la série Peacock

« The Swearing Jar est l’histoire de Carey », lit-on dans le synopsis du film. « Une professeur de musique au lycée qui organise un concert d’anniversaire pour son mari, Simon, qui ravive les réminiscences de leur passé. À travers la comédie, la musique et la mémoire, nous suivons l’histoire de la relation entre Carey et Simon, la naissance de leur enfant… et le mensonge qui menace de tout foutre en l’air !

Spencer Legacy : Qu’est-ce qui vous a attiré dans The Swearing Jar ?

Adelaide Clemens : J’ai lu le script et j’ai été époustouflé. Kate Hewlett, l’écrivain, est tellement incroyable. L’écriture forte est en quelque sorte mon baromètre pour le travail, mais ensuite ce qu’elle a fait avec la structure et comment elle joue avec le temps et la structure. J’étais vraiment impressionné. Je n’avais jamais vu de structure utilisée d’une manière qui informe l’état d’esprit du personnage. Je ne veux pas en dire trop parce que je pense qu’il est vraiment important que le public fasse l’expérience du film comme je l’ai vécu quand je l’ai lu et, espérons-le, comme les gens à la première hier soir l’ont vécu, car il y a une révélation. Je pense que c’est une partie importante du point de vue d’un public.

Était-ce difficile de filmer deux chronologies différentes ?

Ouais, je devais juste être vraiment organisé. J’ai juste lu le script encore et encore et encore, et j’ai créé deux chronologies : une chronologie du point de vue de Carey, et ensuite… ce que nous faisons dans l’histoire, parce que Lindsay [MacKay], le réalisateur, avait en tête des plans très précis et magnifiques. Coupes fracassantes et des choses comme ça – des techniques cinématographiques qu’elle voulait utiliser. J’avais donc besoin de savoir ce qu’elle essayait de réaliser cinématographiquement, et j’avais aussi besoin de savoir où en était mon personnage, dans l’histoire.

Y a-t-il une leçon que vous espérez que les gens retiennent après avoir regardé The Swearing Jar ?

Ouais, je pense que c’est une pièce qui fait réfléchir. Je pense que c’est un dilemme moral qui est vraiment intéressant [that] patrick [J. Adams]Le personnage passe à travers. Et puis je pense que c’est un commentaire sur… je ne veux pas dire le thème le plus important, mais sur la trahison, sur le déni, sur la façon dont le déni peut en quelque sorte nous faire stagner dans le temps — nous n’avançons vraiment nulle part. C’est un excellent mécanisme d’adaptation, mais ce n’est pas nécessairement le plus sain

Qu’avez-vous pensé du tournage au Canada?

Oh, j’adore filmer ici. Je l’aime. L’année dernière a été une année très chargée pour le Canada pour moi. J’étais à Hamilton pour tourner The Swearing Jar, puis aussi à Calgary pour Under the Banner of Heaven.

En parlant de Under the Banner of Heaven, vous avez joué la femme du personnage d’Andrew Garfield. Quel travail avez-vous fait pour établir une sorte de chimie ?

Nous sommes sortis dîner. Nous avons traîné autant que possible. Il a une éthique de travail incroyable et j’aime ça aussi. J’adore courir les lignes. C’était merveilleux d’avoir quelqu’un qui voulait consommer le matériel autant que possible.

Vous avez également fait un peu de doublage dans Voltron. Seriez-vous intéressé par plus de travail vocal à l’avenir ?

Oh, j’adore le travail vocal ! Voltron était drôle. Mon accent est quelque chose que j’essaie toujours de… ils voulaient mon accent à Voltron et mon accent est plutôt… ce n’est pas tout à fait australien et ce n’est pas tout à fait britannique, parce que j’ai grandi à Hong Kong et je suis allé dans une école internationale britannique. Alors quand j’avais huit ans, j’avais un accent très britannique. Je pense que le défi avec le travail vocal est qu’ils veulent souvent que vous fassiez ce qui est le plus naturel, mais c’est difficile à situer pour les gens. Je peux faire beaucoup d’accents, donc j’aimerais faire plus de travail vocal.

Le fait de grandir dans tous ces endroits vous a-t-il aidé à faire des accents plus naturellement ?

Je suis né en Australie, mais ensuite nous avons déménagé au Japon. J’y suis resté deux ans. Je ne m’en souviens pas, mais ensuite nous étions à Cognac dans le sud de la France. Le français était ma première langue. Ensuite, nous sommes restés à Hong Kong pendant cinq ans, puis, finalement, nous sommes retournés en Australie. Je pense donc qu’en tant qu’enfant, lorsque vous vous déplacez beaucoup, et surtout lorsque vous entrez et sortez des écoles – je suis allé dans 11 écoles avant l’âge de huit ans – vous devez y entrer très rapidement , comprendre ce qui se passe et le sens de l’humour, vous savez ? Je pense que ça lui donne… ça t’apprend une oreille, ouais.

Vous avez également travaillé sur The Great Gatsby. Quelle a été votre expérience de travail avec Baz Luhrmann ?

Oh mon Dieu. C’était comme si mon plus grand rêve se réalisait. En fait, quand je vivais à Hong Kong, il y avait un magasin de vidéos qui n’avait que quelques vidéos en anglais que j’étais autorisé à voir. Roméo + Juliette était l’un d’entre eux. Il a donc toujours été l’une de mes idoles absolues. J’aime aussi Shakespeare et j’ai toujours pensé que c’était une si brillante adaptation de Roméo et Juliette. Il est si excitant de travailler avec lui. Il y a tellement d’énergie et il vous met vraiment au défi et vous fait confiance… en quelque sorte vous lance des stimuli, ce qui était tellement amusant.

Vous avez joué Heather Mason dans Silent Hill : Revelation. Comment était-ce de représenter un personnage aussi aimé d’une série déjà établie?

C’était beaucoup de pression. C’est beaucoup de pression. Le monde du jeu vidéo, pour lequel j’ai beaucoup de respect, mais c’était vraiment amusant. Je suis Australien, [and] beaucoup d’entre nous sont très sportifs, j’ai donc adoré le côté physique du rôle. J’ai passé un bon moment. En fait, je viens de tomber sur Malcolm McDowell, qui était également dans ce film avec moi. Et ça a été tourné ici à Toronto.

★★★★★

A lire également