5 grands films basés sur des propriétés de jouets comme Barbie

5 grands films basés sur des propriétés de jouets comme Barbie

Barbie a frappé les théâtres ce week-end avec toute la force d’une bombe H, ce qui signifie que le public affluera vers les théâtres pour une IP familière tant que les résultats offrent un divertissement de qualité – et Ryan Gosling.

Cela dit, après avoir regardé Barbie, j’ai pensé que les spectateurs pourraient être d’humeur pour plus de films basés sur des jouets et j’ai décidé de compiler une liste des cinq meilleurs films basés sur les propriétés des jouets. Jetez un coup d’œil aux entrées ci-dessous et faites-nous savoir vos films préférés basés sur les jouets dans les commentaires.

Transformateurs (2007)

Non, cette liste n’est pas classée dans un ordre particulier, mais si c’était le cas, Transformers de Michael Bay se classerait en tête, du moins pour moi. La fonctionnalité colossale, incroyablement divertissante et bourrée d’action est un bel exemple d’un gros blockbuster d’été bruyant et stupide avec des effets spéciaux incroyables, des performances gagnantes de Shia LaBeouf et Megan Fox et des décors fantastiques.

Basé sur la gamme de jouets Hasbro, ce morceau d’évasion passionnant a lancé une franchise massive qui se poursuit (pour le meilleur ou pour le pire) à ce jour, bien que les entrées suivantes n’aient pas réussi à dépasser le premier chapitre explosif de Bay.

Histoire de jouets 3 (2010)

Toy Story est une triche car elle n’est pas techniquement basée sur une ligne de jouets. Pourtant, la franchise propose de nombreux jouets familiers, notamment M. Potato Head, Slinky Dog et ces petits soldats de l’armée que tout le monde avait au fond de son coffre à jouets.

La troisième entrée de la série populaire mettait également en vedette Barbie et Ken (parfaitement exprimés par Michael Keaton) et explorait de manière hilarante la curieuse dynamique entre la célèbre figurine et son accessoire masculin. Cet aspect, ainsi que le scénario plein d’esprit de Michael Arndt et une pléthore de belles animations Pixar, font de Toy Story 3 le meilleur de la franchise, même s’il prend un virage sombre sur l’avenue existentielle dans son troisième acte.

Le film LEGO (2014)

De même, la marque LEGO n’a jamais vraiment décollé après le succès surprise de The LEGO Movie en 2014. Peu importe, cette comédie spirituelle dirigée par Chris Pratt combine habilement la marque de comédie loufoque excentrique et infusée de sucre de Phil Lord et Chris Miller avec une histoire sincère conçue autour de notre amour pour les blocs de construction titulaires.

Des gags visuels et une dose étonnamment solide d’action visuellement captivante abondent, ce qui est presque suffisant pour obliger quelqu’un à déposer 100 $ sur un ensemble de jouets LEGO Batman. Presque.

Attaques martiennes ! (1996)

Les attaques de Mars de Tim Burton ! n’est pas exactement basé sur une ligne de jouets, mais plutôt sur une série de cartes des années 1960 créée par Len Brown – assez proche car cela nous évite d’avoir à recommander un film affreux de GI Joe à la place. Bien que cette extravagance d’effets spéciaux de 1996 ait échoué au box-office à la suite du Jour de l’Indépendance, elle mérite plus de reconnaissance en tant qu’envoi parsemé d’étoiles et gonflé (par conception) de films catastrophes / monstres des années 50.

Recherchez Jack Nicholson dans le double rôle de président des États-Unis et de propriétaire de casino Slimeball, et émerveillez-vous devant le refus de Burton de se soucier de l’un des personnages du film. Au moment où la Première Dame de Glenn Close sera écrasée par un lustre, vous serez trop occupé à rire de l’absurdité pour déplorer l’absence d’un véritable scénario.

Maîtres de l’univers (1987)

À quel point est-il étrange que nous n’ayons eu qu’une seule interprétation de He-Man sur grand écran? Mis à part cette horrible série Netflix, on pourrait penser que quelqu’un à Hollywood pourrait extraire quelque chose de valable de la populaire ligne de jouets / dessin animé des années 80 de Mattel. Hélas, les fans du héros d’Eternia peuvent au moins se tourner vers Masters of the Universe, le film campy mais très divertissant de 1987 mettant en vedette un post-Rocky IV Dolph Lundgren dans le rôle-titre et Frank Langella dans le rôle de son ennemi juré Skeletor.

Tout ne fonctionne pas, remarquez. La conception de la production et les effets spéciaux étaient déjà datés lors de sa sortie, mais une poignée de performances solides, quelques décors sympas et la partition énergique de Bill Conti valent le détour.

Plus de recommandations

Dans Ghosted, Chris Pratt Pine Evans découvre que sa petite amie Ana de Armas est un agent secret. Cette révélation jette un…

Avec Creed III en salles et ayant déjà terminé notre classement de la franchise Rocky, j’ai pensé que ce serait amusant…

Le dernier film de Tom Hanks, A Man Called Otto, divertit actuellement les spectateurs avec son charme courageux et son histoire géniale…

Publications similaires