15 février – 21 février

Que diable est-il à la télévision? C’est une question séculaire. 900 chaînes et pourtant, bien souvent, il n’y a rien. J’ai débordé sur le calendrier TCM cette semaine et heureusement, ce ne sera pas du tout un problème. Alors que le mois de février avance, nous voyons le réseau poursuivre son hommage à John Garfield. Dans le même temps, TCM nous offre l’attrait indéniable de la fantastique puissance des stars A-List, en tête de liste de films vraiment formidables. Il y en a pour tous les goûts cette semaine, comprenant non seulement des paillettes de studio de haute puissance, mais aussi un certain nombre de coupes plus profondes et de trésors méconnus, qui enrichiront à coup sûr tout compte Letterboxd. Sans plus tarder, passons aux choix! Rage in Heaven (1941) Rage in Heaven était un peu profonde lorsque je l’ai regardé pour la première fois il y a quelques années. Avec un casting qui comprend Robert Montgomery, George Sanders et Ingrid Bergman, je ne sais pas vraiment comment il n’est pas mieux connu. Je suis sûr que la plupart seraient d’accord pour dire que tout ce qui concerne George Sanders est incontournable. Le film suit Sanders et Montgomery comme deux amis qui tombent amoureux de la même fille (Bergman). Quand elle décide de se marier avec un drame (halètement!) Et les malentendus abondent. Les performances dans cette image et au-delà, la chimie entre les fils est de premier ordre. Chacun fonctionne à son apogée et fait vraiment ressortir le meilleur de l’autre. Rage in Heaven sera diffusé le 15 février à 15h30 PST. Chat sur un toit en tôle chaude (1958) Le chat sur un toit en tôle chaude est un ajout relativement nouveau à ma vie, et je ne peux pas croire que j’ai attendu aussi longtemps que je l’ai fait. L’histoire légendaire de Tennessee Williams met en vedette un casting de renommée légendaire, dont Elizabeth Taylor, Paul Newman et Burl Ives. Alors que Newman et Taylor ont connu une longue et riche carrière, Cat on a Hot Tin Roof présente les deux au sommet de leurs pouvoirs. Le film suit un jeune couple marié qui lutte pour trouver son chemin à travers des luttes personnelles et familiales, ainsi que des sentiments d’insuffisance et d’alcoolisme. Rien n’est interdit dans ce drame de personnage en sueur et sensuel, qui est d’autant plus aidé par la direction fascinante de Richard Brook. Cat on a Hot Tin Roof sera diffusé le 15 février à 22h15 PST. Humoresque (1946) Au fur et à mesure du mois de février, nous recevons beaucoup plus de Star du mois John Garfield. Bien que tous les films de l’acteur valent le coup d’œil, j’ai dû nommer Drop Humoresque. Le film s’associe à Garfield face à la toujours féroce Joan Crawford, en tant que femme du monde qui tombe amoureuse d’un violoniste classique. Humoresque contient également des talents dynamiques derrière la caméra, y compris un scénario des légendaires Clifford Odets et Zachary Gold. Jean Negulesco est crédité comme directeur. Je ne me suis pas assis pour regarder celui-ci depuis un moment, alors je pourrais aussi bien appeler cela une première montre. Cependant, je me suis retrouvé attiré par la puissance combinée de Garfield et Crawford. Ce sont deux personnalités si puissantes que la pensée de leur association est absolument dynamique. Assurez-vous de vérifier celui-ci. Humoresque sera diffusé le 16 février à 17 h 00 PST. Son Altesse et le groom (1945) Première alerte de montre! Ceux qui suivent mon travail sur les réseaux sociaux savent que j’ai un penchant pour tout ce qui concerne Robert Walker. C’était un délice et c’est l’une des plus grandes tragédies hollywoodiennes que nous n’avons pas pu voir où il allait dans sa carrière. Son Altesse et le groom présente Walker comme un groom d’hôtel qui se retrouve séduit par une princesse exotique (Hedy Lamar), au grand dam de sa petite amie (June Allyson). Alors que Robert Walker n’est crédité que sur 23 films avant son décès à l’âge de 32 ans, il a apporté tellement de vie à chacun de ses rôles. Il était vraiment une figure unique quand il était devant la caméra, et je recommanderais chacun de ses films comme choix. Son Altesse et le groom est diffusé le 17 février à 11 h 00 PST. Stage Door (1937) J’ai été étonné du temps qu’il m’a fallu pour tomber sur Stage Door. La comédie dramatique de 1937 est une merveille, surtout si l’on considère un casting qui comprend Katharine Hepburn, Ginger Rogers, Gail Patrick, Lucille Ball, Eve Arden et Ann Miller. Y a-t-il déjà eu une équipe plus délicieusement féroce de dames de premier plan à l’écran en même temps? N’oubliez pas que Stage Door est antérieur à The Women. Le film présente une intrigue assez simple, suivant un groupe d’artistes vivant dans une pension alors qu’ils luttent pour trouver du travail en tant qu’actrices. Il y a de la vie, de l’amour et du drame alors que ces femmes dynamiques traversent ce monde. La chimie entre les fils est rafraîchissante (en particulier Hepburn et Rogers) et le travail des stars en devenir Lucille Ball et Ann Miller en font une montre importante et essentielle. Stage Door sera diffusé le 18 février à 13 h 30 PST. La première page (1931) La première page est une histoire que beaucoup d’entre vous ont sans aucun doute regardée à l’écran au moins une fois. C’était peut-être la version de 1974 avec Walter Matthau et Jack Lemmon. Ou peut-être que c’était le classique de 1940 His Girl Friday. C’est la même histoire. Alors que le film a commencé sa vie comme une pièce de théâtre à Broadway en 1928 (avec Lee Tracy, pour les fans de Pre-Code), il est apparu pour la première fois sur grand écran en 1931. Le film est une comédie délicieusement accrocheuse, mettant en vedette Pat O’Brien et Adolphe Menjou, avec des apparitions d’acteurs extraordinaires comme Edward Everett Horton et Frank McHugh. Bien qu’il n’ait pas tout à fait le punch de His Girl Friday, c’est un visionnement divertissant et un incontournable pour les fans de l’ère pré-code. La première page sera diffusée le 18 février à 15 h 15 PST. Singin ‘in the Rain (1952) Singin’ in the Rain est légendaire. Heck, c’est l’une des plus grandes œuvres de l’histoire d’Hollywood. Pouvez-vous voir d’où je viens d’ici? Singin ‘in the Rain est le film responsable de mon amour pour le Hollywood classique. Et oui, je considère que c’est un film parfait. Là, je l’ai dit. Singin ‘in the Rain met en lumière Hollywood pendant l’ère délicate de la transition du cinéma muet au son synchronisé à travers les yeux des interprètes. Gene Kelly prend la tête du rôle de Don Lockwood, un Douglas Fairbanks comme un swashbuckler. Le casting derrière Kelly est tout aussi légendaire, avec Donald O’Connor, Debbie Reynolds et Jean Hagen dans des performances lumineuses. Surtout, Singin ‘in the Rain est une comédie musicale. Les chansons et les danses sont vraiment ce dont les rêves sont faits. Bien que beaucoup d’entre vous aient pu le voir dans le noir, pourquoi ne pas prendre le temps de le revoir? Singin ‘in the Rain sera diffusé le 18 février à 19h00 PST. Gun Crazy (1950) Je l’ai encore fait! J’ai trouvé un moyen d’intégrer un film noir dans cette liste. TCM continue de servir des joyaux pour ceux d’entre nous qui sont fans du mouvement, cette fois l’incontournable est Gun Crazy. Gun Crazy présente des performances absolument époustouflantes de Peggy Cummins et du charismatique John Dahl, en tant que couple de jeunes amoureux pris dans une virée criminelle comme Bonnie et Clyde. Alors que Gun Crazy est définitivement classé comme un élément essentiel du film noir, il est en même temps un peu plus profond. Cela peut être un peu plus difficile à trouver, surtout pour ceux qui se mouillent les pieds. Donc, cela étant dit, si c’est une première fois, ou même un visionnement répété, pourquoi ne pas passer à TCM et regarder Gun Crazy. Gun Crazy sera diffusé le 19 février à 17 h 00 PST. Piranha (1978) Ce choix est un super ajout de dernière minute (je viens de «regarder pour la première fois» le film moi-même cette semaine!). Le vôtre est vraiment au milieu d’une célébration du garçon d’anniversaire Kevin McCarthy et ce film d’horreur de Joe Dante est l’une des dernières œuvres de la filmographie de McCarthy, ainsi que l’une des nombreuses fois où il s’est associé au réalisateur désormais légendaire. Piranha met en vedette le méconnu (mais charmant) Bradford Dillman dans le rôle d’un homme qui se retrouve attiré lorsqu’un traceur de sauts (Heather Menzies-Urich) le contacte pour retrouver un jeune couple qui a disparu alors qu’il était maigre en train de plonger près d’une mystérieuse installation gouvernementale. Une chose en entraîne une autre et au cours de l’enquête, des hordes de piranhas mutants finissent par nager dans une rivière locale. Le film de 1978 est un décollage sur Jaws, qui est sorti en salles quelques années auparavant. Cependant, Piranha est également une étude sur l’horreur classique à petit budget. Le film apporte des performances vraiment solides et insuffle le bon mélange d’innovation cinématographique et de sang pour raconter une histoire divertissante. Piranha sera diffusé le 19 février à 23 h 00 PST. Mad Love (1935) Je suis venu à Mad Love pour Colin Clive et suis resté pour la performance absolument époustouflante de Peter Lorre. Cependant, ce travail est un autre dans la lignée apparemment interminable de films qui n’obtient pas l’amour qu’il mérite. Si vous êtes un fan d’horreur, en particulier des œuvres comme Dracula et Le cabinet du Dr Caligari, pourquoi ne pas vous arrêter et vérifier celui-ci? Le film suit Frances Drake en tant qu’actrice qui lutte pour sauver la vie et les moyens de subsistance de son mari pianiste de concert (Colin Clive) après que ses mains se sont écrasées dans un déraillement de train. Cependant, le médecin chez qui elle l’emmène est plutôt du genre chirurgien fou (Peter Lorre). La bonne nouvelle est qu’il est capable d’opérer et de réussir une greffe de main. La mauvaise nouvelle… les mains appartiennent à un tueur en série. Mad Love est vraiment une œuvre d’art, venant du réalisateur Karl Freund qui est surtout connu du public contemporain grâce à sa cinématographie sur des classiques comme Dracula et Metropolis. Mad Love sera diffusé le 20 février à 9h00 PST. Shadow of a Doubt (1943) Shadow of a Doubt est l’un de mes cinq films préférés d’Alfred Hitchcock. C’est une affirmation de taille, mais je m’en tiens à cela. C’est un peu une coupure profonde en ce qui concerne le travail du réalisateur légendaire, mais c’est tellement important. Le film suit Teresa Wright en tant que jeune femme vivant dans une petite ville de Californie. Elle est aux anges lorsque son oncle préféré (Joseph Cotten) vient rendre visite à la famille. Cependant, les choses se passent de manière appropriée… hitchcockienne… lorsque des preuves commencent à faire surface indiquant que l’homme charismatique est un tueur en série. Alors que la plupart des gens considèrent le travail d’Hitchcock à la fin des années 1950 comme sa meilleure période, il est impossible d’ignorer ce que faisait la légende dans les années 1940 et au début des années 1950. Son travail à l’époque est coloré, intéressant et montre plus qu’une allusion au sol qu’Hitchcock cassait, même à un âge relativement jeune. Hitchcock et les fans de films classiques devraient vérifier celui-ci. Shadow of a Doubt sera diffusé le 20 février à 10 h 15 PST. ** Dans quelques autres notes, il y a beaucoup d’Adolphe Menjou au programme cette semaine (dont un mini-marathon le 18 février). Les fans de comédies musicales de la MGM devraient également garder la soirée du 18 ouverte, grâce à une nuit pleine de choses essentielles. Pendant ce temps, les fans de westerns devraient passer le 19 février pour une journée pleine de programmation profonde. Il y a tellement de bonnes choses à regarder cette semaine! Il y a beaucoup de choses à faire, des joyaux essentiels comme Singin ‘in the Rain aux coupes plus profondes comme Piranha et Rage in Heaven. Il y en a vraiment pour tous les goûts cette semaine. Restez à l’écoute et amusez-vous à regarder!

Publications similaires