Ethan Hawke and Julie Delpy in Before Sunrise

12 films qui ressemblent à des romans

Actualités > 12 films qui ressemblent à des romans

Les films et les romans peuvent être des supports très distincts, mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de domaines qui se chevauchent. Certains films ont une certaine qualité picturale qui leur donne l’impression d’être écrits sur la page. De plus, les films qui parviennent à construire de nouveaux mondes détaillés prennent souvent le sentiment d’un roman fantastique tentaculaire. C’est dans les petits détails que les films peuvent prendre une qualité littéraire, car les romans ont tellement plus d’espace et de temps pour décrire leur environnement. De même, il y a beaucoup de croisements dans les genres qui incluent des éléments fantastiques comme la magie. Bien que les films et les romans utilisent un vocabulaire différent pour décrire ces choses, ils peuvent souvent fournir le même genre de sentiment.

Ce n’est pas seulement le cadre d’un film qui peut lui donner une qualité livresque ; cela peut également se produire lorsque le film donne à ses spectateurs une idée très claire de ce qui se passe dans la tête de ses personnages. Encore une fois, les romans ont une arène beaucoup plus vaste pour fournir des détails minutieux sur les pensées et les sentiments du protagoniste. Bien sûr, ce n’est pas le cas pour tous les livres, mais la majorité contiendra des détails plus spécifiques dans ce département qu’un film. Si vous cherchez un film qui ressemble à la lecture d’un roman, ne cherchez pas plus loin – voici 12 films qui ressemblent à des romans.

12/12 Portrait d’une dame en feu (2019)

Film de caméra

L’exquise histoire d’amour de la scénariste et réalisatrice Céline Sciamma, Portrait d’une dame en feu, a une vraie qualité littéraire. Son histoire suit deux femmes, l’une qui doit peindre l’autre, alors qu’elles tombent amoureuses. Sciamma et son équipe ont pris soin de faire en sorte que leur éclairage imite l’effet de la lumière naturelle du soleil. Elle dit à Vox que « chaque scène était très bien éclairée ». Le but de cela était peut-être de contourner les restrictions de l’endroit où ils ont filmé, mais son effet est beaucoup plus important. L’utilisation de la lumière naturelle donne l’impression que les images que nous voyons ont presque été peintes. Ceci, à son tour, donne au film une qualité très tactile, comme si vous pouviez le tenir entre vos mains comme un roman.

11/12 Le cinquième élément (1997)

Buena Vista International

Dans ce jeu de science-fiction campy, un chauffeur de taxi du 23e siècle s’implique involontairement dans la course pour sauver le monde du mal. Cette version simplifiée de la prémisse de The Fifth Element ne montre pas exactement à quel point elle est impliquée. C’est souvent le cas lorsqu’un film a été adapté d’un roman, car il reste beaucoup plus de temps pour développer une intrigue sur environ 400 pages. Mais, ce film donne simplement cette impression tout en étant un concept complètement original. Le monde riche et détaillé qu’il dépeint rappelle ceux construits dans les épopées fantastiques et est tout aussi amusant.

10/12 La Trilogie Avant (1995-2013)

Warner Indépendant

La trilogie Before est composée de Before Sunrise, Before Sunset et Before Midnight. Son premier épisode trouve deux inconnus se rencontrant dans un train qui passent la nuit à se promener dans Vienne et à parler. Les épisodes suivants les retrouvent à différents moments de leur vie, suivant le même type de structure. Contrairement au Cinquième élément, c’est la simplicité de la trilogie Avant qui lui donne un côté romanesque. Il n’est pas courant de voir un film dont toute l’intrigue est juste deux personnes qui ont une conversation. Ce genre de chose est beaucoup plus réalisable dans les romans où il y a moins de demande de stimulation visuelle.

9/12 Une femme fantastique (2017)

Sony Pictures Classiques

A Fantastic Woman suit le voyage de Marina dont le petit ami plus âgé rencontre une fin prématurée. La famille du petit ami n’apprécie pas sa position dans sa vie et se méfie de tout, de son implication dans sa mort à son identité de femme trans. C’est l’utilisation du réalisme magique par A Fantastic Woman qui apporte une qualité littéraire à ce film. Cette technique peut être difficile à réaliser à l’écran, mais elle est utilisée avec succès avec une main très légère. Les moments où cela est introduit rendent le film encore plus absorbant et spécial en attirant le public dans son monde.

8/12 Une plus grande éclaboussure (2015)

Images de projecteur

Le film A Bigger Splash de Luca Guadagnino suit une rockstar et son petit ami alors qu’ils prennent des vacances en Italie, mais sont interrompus par de vieux amis. Tilda Swinton joue la rockstar en question, qui est au repos vocal et ne peut pas parler au-dessus d’un coassement. Ce manque de parole de sa part est intrigant et ajoute une couche d’introspection au film. Il y a beaucoup de tension qui bouillonne sous des apparences de politesse et de civilité. Le casting fait un si excellent travail pour exprimer des sentiments enfouis sans rien dire qu’on a presque l’impression d’avoir accès à leurs pensées. A Bigger Splash donne la priorité aux choses qui sont importantes dans les romans en mettant cette profondeur et cette introspection au premier plan.

7/12 La forme de l’eau (2017)

Renard du vingtième siècle

Dans La Forme de l’eau, comme dans beaucoup de ses films, la fascination du réalisateur Guillermo del Toro pour les contes de fées est évidente. Cette histoire trouve une concierge solitaire et sourde, Elisa, qui tombe amoureuse d’une créature marine semi-anthropomorphe qui est gardée dans son centre de recherche. La connaissance d’Elisa de la langue des signes lui permet de communiquer avec la créature, ce qui permet à leur lien de se former. C’est tellement touchant que tout choc que vous pourriez vous attendre à ressentir à l’idée de la prémisse est emporté. Le sentiment de magie et de singularité du film donne fortement l’impression que vous lisez un conte de fées.

6/12 La pire personne du monde (2021)

Studios SF

La pire personne du monde suit la protagoniste, Julie, une jeune femme sans but alors qu’elle essaie de trouver ce qu’elle veut faire et qui elle veut être. Le sujet du film d’une femme d’une vingtaine d’années perdue dans la vie et son style de sarcasme silencieux rappellent fortement le travail de Sally Rooney. Dans une interview pour Roger Ebert, le réalisateur Joachim Trier dit que le film pose des questions comme : « Qui êtes-vous ? Quelles sont vos difficultés ? Que recherchez-vous ? Quelles sont vos lacunes ? » Regarder ce film évoque à peu près les mêmes questions et sentiments que la lecture de Conversations With Friends, par exemple. Malgré les différences de décor et de médium, les deux forment un merveilleux duo.

5/12 Huitième année (2018)

A24

La huitième année de Bo Burnham suit une adolescente timide dans sa dernière semaine de huitième année. Dans une autre comparaison plus spécifique, regarder ce film ressemble tellement à la lecture d’un roman captivant pour jeunes adultes. Sa star Elsie Fisher fait un travail formidable pour transmettre la solitude à travers ses expressions tandis que son dialogue est celui d’un adolescent typiquement inarticulé. Le contraste entre ce qu’elle est capable de dire et ce que vous pouvez voir qu’elle ressent est si frappant que c’est presque douloureux à regarder car cela ramène l’esprit à cet âge. En nous donnant une impression aussi forte de la vie intérieure du personnage principal, Eighth Grade a le sentiment qu’il pourrait facilement s’agir d’une adaptation d’un roman.

4/12 Fil fantôme (2017)

Caractéristiques de mise au point

Dans ce qui pourrait être le dernier rôle de Daniel Day-Lewis, Phantom Thread met en vedette Lewis dans le rôle du couturier Reynolds Woodcock, aux côtés d’Alma de Vicky Krieps, sa muse. Les deux sont profondément têtus et les deux développent une relation incroyablement complexe. Chaque scène semble être soigneusement conçue et bien qu’elle se déroule dans un monde de luxe, le design est épuré afin qu’il n’y ait rien de superflu dans le cadre. L’attention portée aux détails ici, combinée à des performances délicieusement refoulées, construit un monde qui semble presque séparé de notre réalité. Bien que ce film ne puisse pas être plus différent de The Fifth Element, c’est ce même sens de la construction du monde qui donne à Phantom Thread un sentiment littéraire.

3/12 copains à boire (2013)

Photos de Magnolia

Ne vous laissez pas tromper par le titre, Drinking Buddies n’est pas une comédie paillarde à la The Hangover. Il suit deux collègues d’une brasserie qui boivent et flirtent ensemble, bien qu’ils aient tous deux des partenaires. Eux et leurs partenaires partent ensuite en week-end ensemble et les eaux sont testées. Le film est beaucoup plus subtil qu’il n’y paraît au premier coup d’œil, même s’il est également drôle. Significativement, le dialogue est entièrement improvisé autour d’une intrigue précise, et c’est ce qui le rend si unique. Il y a un tel naturalisme dans le discours et les performances contrairement à la plupart des films. Cet élément clé est ce qui l’aligne sur les goûts de la trilogie Avant en termes de dialogue littéraire.

2/12 La fille de personne Haewon (2013)

Fin de l’amer

De l’écrivain et réalisateur Hong Sang-soo vient Nobody’s Daughter Haewon, un film sur une étudiante universitaire qui a une relation secrète avec son professeur. Bien que la prémisse puisse sembler avoir été faite auparavant, ce film se distingue. Il y a une certaine qualité étrange, entraînée par plusieurs scènes où nous voyons le personnage principal, Haewon, s’endormir dans des lieux publics. Le public est obligé de se demander ce qui se passe dans la réalité et ce qui se passe dans ses rêves. Ces moments créent également des divisions claires dans le récit, presque comme des chapitres dans un livre. C’est un film qui laisse perplexe et qui ressemble à une énigme à résoudre.

1/12 Métropolitain (1990)

Cinéma nouvelle ligne

Dans une comédie sur un jeune groupe d’amis de l’échelon supérieur de Manhattan, nous voyons un étranger tenter de rejoindre leurs rangs, ce qui provoque une perturbation. Metropolitan se déroule principalement dans des pièces, les amis discutant de problèmes sociaux d’une manière prévisible irritante, mais amusante. Cela ressemble presque à une adaptation moderne d’un roman de Jane Austen, avec la façon dont nous suivons les gens de la classe supérieure qui passent du temps dans les maisons les uns des autres et sont rejoints par un compagnon solitaire de la classe moyenne. Un bon esprit et un timing comique sont également présents, auxquels Austen n’est pas étranger, et pour couronner le tout, l’un des personnages, Audrey, mentionne être un grand fan d’Austen.

★★★★★

A lire également