1000xResist n'est pas seulement une science-fiction hallucinante, c'est aussi une allégorie de la diaspora

1000xResist n'est pas seulement une science-fiction hallucinante, c'est aussi une allégorie de la diaspora

Image : visiteur au coucher du soleil 斜陽過客/Fellow Traveler

Spoilers à venir : le personnage principal, Iris, hérite des souvenirs de ses parents immigrés, puis les transmet à ses clones.

Visiteur au coucher du soleil 1000xRésistance – un jeu d'aventure de science-fiction sorti le 9 mai – frappe au cœur de l'expérience de la naissance d'un enfant d'immigrés, en utilisant des générations de clones pour raconter comment nous héritons des souvenirs de nos parents et devons décider quoi en faire. eux.

Le récit est centré sur un groupe de clones identiques (sauf pour leurs uniformes brillants inspirés des dessins animés) vivant dans une société sous-marine quasi utopique 1 000 ans après la disparition de l'humanité aux mains d'une mystérieuse force extraterrestre connue sous le nom d'Occupants. Tous ces clones proviennent d'une seule source : Iris, qui a trouvé l'immortalité lorsqu'elle était adolescente et a vécu cachée pendant la majeure partie du millénaire, à l'exception de ses souvenirs, qu'elle transmet à ses clones. Cela inclut le principal protagoniste du jeu, Watcher, dont le rôle est d'observer et d'enregistrer l'histoire d'Iris pour cette nouvelle génération clonée.

Image : visiteur au coucher du soleil 斜陽過客/Fellow Traveler

L'histoire d'Iris commence par ses souvenirs de vie à la maison avec ses parents, tous deux immigrés qui ont fui Hong Kong après la fin des manifestations en faveur de la démocratie auxquelles ils ont participé en 2019. Ils ont quitté la maison à la recherche de sécurité et d'une nouvelle vie. à l’abri de la persécution politique, de la violence sanctionnée par l’État et de l’emprisonnement.

Iris répète et reproduit ces souvenirs, les ramenant au présent, 1 000 ans plus tard. Elle les transmet à ses nombreux clones, qui ont été produits dans le but de créer une colonie de survivants potentiellement immunisés contre les occupants. Vous passez le jeu à plonger et à explorer les souvenirs d'Iris (d'abord en tant que Watcher, puis plus tard en tant qu'un autre clone nommé Blue), dont beaucoup impliquent ses impressions sur les expériences de ses parents et ses récits de la vie en tant que réfugiés politiques et immigrants dans un monde nouveau et inconnu. pays.

Dans une scène de flash-back au cours du jeu, nous voyons les parents d'Iris réfléchir à leur passé au milieu de la dévastation causée par les occupants. Sa mère se demande si le coût en valait la peine. « A quoi ça sert ? » elle demande. « Il ne s'agissait pas seulement de gagner », répond son père. « Si nous gardions le silence, si nous ne nous défendions pas, ils diraient que c'est comme ça que ça a toujours été… c'est ce que les gens voulaient. Non, ils ne peuvent pas dire ça. Parce que c’est entré dans l’histoire que nous avons résisté farouchement. Que nous nous sommes battus pour un avenir différent, jusqu'à ce que nous n'y parvenions pas. Cet héritage vit en nous.

(Éd. note: Le reste de cet article contient spoilers complets pour la fin de 1000xRésistance.)

La colonie de clones d'Iris vit dans un vaisseau géant caché au fond de l'océan. Ces clones n’ont jamais vu la surface, ni aucun autre humain vivant. Pourtant, ils héritent encore du souvenir de Hong Kong, de l’affection qu’on lui porte, de la question de savoir si quitter son pays était le bon choix. Ils héritent des rêves fragmentés d'Iris, de ses propres pensées sur son foyer, sur ses parents, sur ses origines.

Il est finalement révélé que l'apocalypse s'est produite lorsque les occupants – une espèce extraterrestre attirée par notre tristesse et nos traumatismes – ont tenté d'enregistrer et d'immortaliser des souvenirs humains pour les utiliser comme moyen de subsistance. Ils ont inconsciemment consommé l'humanité dans le processus : lorsque les occupants exposent leur traumatisme, les humains se mettent à pleurer et ne peuvent pas s'arrêter. Leurs corps meurent, creux et desséchés – mais leurs souvenirs perdurent chez les occupants. Ces souvenirs éternels, sous forme de rêves sans fin, se font au détriment de notre monde vivant.

Grandir avec des parents immigrés signifie vivre dans une étreinte difficile de vieux rêves et de souvenirs plus anciens. Lorsque ces parents quittent le pays où ils sont nés, ils laissent souvent quelque chose derrière eux. Souvent, ils s'éloignent de leur famille, de leurs propres parents, des foyers dans lesquels ils ont grandi, des quartiers qu'ils connaissaient, de leurs systèmes de signification, de leur religion, de leurs dieux.

Leurs enfants vivent alors ces souvenirs de perte de manière indirecte, comme les souvenirs d'un souvenir. Ces souvenirs ne nous appartiennent pas nécessairement, en tant qu'enfants d'immigrés, mais nous ne pouvons nous empêcher de les garder à l'esprit. Nous parcourons des albums de photos de famille, nous regardons des vidéos personnelles de rues et d’horizons familiers ; nous reconnaissons en eux un sentiment d’appartenance, rendu légèrement étrange par notre distance.

Dans le placard de ma mère se trouvent des rangées de vieilles cassettes VHS de réunions de famille dans son pays d'origine, la Tunisie. Ce sont des lieux de souvenir et d'émotion, mais ils sont suspendus dans le temps et déconnectés de la vie que nous vivons aujourd'hui et de ce que nous devons planifier pour l'avenir. Voir les personnages dans 1000xRésistance s'engager dans l'héritage profondément imbriqué de ceux qui les ont précédés évoque le sentiment que j'éprouve en pensant à ces bandes stockées dans ce vieux placard poussiéreux.

Alors que les parents d'Iris quittent Hong Kong et tout ce qu'ils savent, Iris choisit de quitter sa maison, se séparant de ses parents autoritaires pour rejoindre les soldats du gouvernement et les scientifiques qui l'emmèneront au laboratoire sous-marin où elle pourra être étudiée et éventuellement clonée. . Finalement, elle court à nouveau, volontairement dans les bras des occupants extraterrestres, qui promettent de lui donner le pouvoir de se démarquer de ses parents, mais ils lui enlèveront également quelque chose. Elle vivra, mais dans une éternité de traumatisme non traité, dans une sorte d’animation suspendue – sans grandir, sans avancer, mais en regardant en arrière, pour toujours.

Nous finissons tous par répéter au moins certaines des erreurs de nos parents. C'est une fatalité. Nous grandissons à peu près de la même manière, avec bon nombre des mêmes modèles, et pourtant nous pensons que, cette fois-ci, nous ferons les choses différemment. Comme le lui dit le père d’Iris : « Nous ne choisissons pas ce dont nous héritons. »

Image : visiteur au coucher du soleil 斜陽過客/Fellow Traveler

Nous voyons cela se manifester dans les décisions prises par Iris. Elle punit le premier Observateur pour avoir désobéi à avoir pris sa propre initiative et créé son propre clone, tout comme la mère d'Iris l'a punie pour avoir voulu faire les choses à sa manière. Iris se cache alors, s'éloignant de la difficile tâche d'être parent, tout comme le faisait souvent son rêveur de père, laissant la tâche de discipliner aux autres.

Il y a une certaine mesure dans laquelle les souvenirs et les comportements dont nous héritons, surtout lorsque nous évitons de les traiter ou d'y voir notre propre rôle, peuvent être abrutissants. Iris et ses clones vivent dans l'ombre colossale d'un monde qui n'existe plus, parcourant de vieux souvenirs douloureux dans une boucle compulsive, fuyant et étant attirés sans cesse.

Le jeu nous enseigne que pour vraiment grandir, pour devenir quelque chose de séparé et de nouveau, nous devons laisser nos souvenirs dans le passé. Iris, tenue dans l'étreinte intemporelle des occupants, ne peut pas sortir de son passé, ne peut pas sortir de ses rêves. Elle est hantée par des souvenirs non traités, tout comme ses clones. Elle propage la hantise comme une infection. Les souvenirs deviennent vestigiaux, cancéreux, grandissent et se multiplient, alourdissant leurs hôtes.

Les occupants n'agissent pas par sentiment d'hostilité. Ils détruisent par inadvertance les humains en les séparant de leurs souvenirs, qui perdurent dans une stase immortelle. Mais la mémoire, comme la vie des mortels, est censée disparaître. Il est rendu plus riche parce que c'est quelque chose que nous devons activement saisir, comme les fils éphémères d'un rêve qui s'échappent de notre esprit lorsque nous quittons notre lit. La vie est précieuse car elle est momentanée et éphémère.

Au bout du 1000xRésistance, Secrétaire, un élément séparé de l'occupant d'origine, rejoint son hôte d'origine après 1 000 ans avec les clones. Au cours de ce millénaire, le secrétaire apprend beaucoup de choses de l'humanité, notamment la nature temporaire de la vie et l'inévitabilité de la mort. Il en vient à comprendre que cette éternité décolorée et imparfaite dans laquelle Iris et ses clones ont été piégés a depuis longtemps dépassé sa date d'expiration et doit connaître une fin miséricordieuse.

Le choix est fait de risquer de s'aventurer sur la surface inconnue, plutôt que de rester avec les fantômes enfouis en contrebas. Ces clones restants, libérés des souvenirs éclipsants d'Iris, doivent apprendre à laisser le passé derrière eux, tout en continuant à le chérir et à en tirer des leçons. Les enfants doivent apprendre à créer leurs propres souvenirs, tout en emportant avec eux les dures leçons apprises par leurs parents.

1000xRésistance situe le noyau d’espoir dans un avenir plein de compromis et d’échecs. Cela nous montre à quel point les mouvements de protestation peuvent échouer, comment le capitalisme et le pouvoir d’État feront de leur mieux pour nous écraser. Mais cela nous montre aussi que s’enfuir, s’échapper dans un fantasme, enveloppé dans les bras d’un passé éternel et irréel, n’est pas une façon de vivre. Nous devons accepter le passé comme étant révolu, tout en comprenant que nous en emporterons toujours une partie avec nous alors que nous avançons vers un avenir incertain.

Publications similaires