10 meilleures références de films à Seinfeld

Actualités > 10 meilleures références de films à Seinfeld

Aux côtés de Friends, Seinfeld est l’un des éléments les plus importants de la culture pop, non seulement des années 1990, mais de tous les temps. Cependant, il était connu en soi pour viser la culture pop (alors actuelle). Pour la plupart, Larry David, Jerry Seinfeld et l’équipe ont mis le doigt sur la tête à chaque fois.

La sitcom a toujours eu un moyen de faire référence à quelque chose sans que ce soit choquant ou exagéré. Même lorsque la série incorporerait fortement un morceau de culture pop dans son récit, notamment dans « The English Patient » de la saison 8, cela a été fait de manière intelligente. Seinfeld n’a jamais été paresseux, et cela s’étend au meilleur de ses références cinématographiques pleines d’esprit.

10/10 Un tramway nommé Désir (1951)

Dans « The Pen » (saison 3, épisode 3), une Elaine droguée cite A Streetcar Named Desire d’une manière qui impressionnerait même Marlon Brando lui-même. « The Pen » est l’un des moments forts des premières années, du stylo astronaute de Jack Klompus à l’évasion de Jerry avec ses parents et leurs commérages, il y a quelque chose qui pourrait sonner vrai à quiconque a rendu visite à un parent en Floride.

La réplique survient lorsqu’Elaine, tombée sous le charme des relaxants musculaires, est présentée à l’oncle Leo et à sa femme, Stella. Elaine lève les mains, plisse les yeux et crie « Stella! » (l’une des meilleures citations d’Elaine) alors que l’oncle Leo parle inévitablement du cousin de Jerry, Jeffrey. Julia Louis-Dreyfus donne le ton en lisant tout, et c’est inoubliable.

9/10 Cowboy de minuit (1969)

La scène de clôture de « The Mom & Pop Store » (saison 6, épisode 8) a recréé la finale de Midnight Cowboy plan pour plan. Il y a aussi une apparition de l’une des stars du film : Jon Voight. George a acheté ce qui était censé être la vieille voiture de Voight (en réalité, c’était celle de « John » Voight). Kramer, repérant Voight dans la rue, tente de lui poser des questions sur la voiture, seulement pour se faire mordre le bras.

Kramer a également été victime de saignements de nez constants. La scène finale de l’épisode a une résurgence de cela, et alors que Jerry berce Kramer, assis dans le bus en route pour récupérer des chaussures volées, le spectateur a le sentiment le plus fort de Midnight Cowboy déjà vu, lorsque Joe Buck de Voight a bercé le défunt « Ratso » de Dustin Hoffman.  » Rizzo.

8/10Patton (1970)

Dans Patton, mettant en vedette George C. Scott, le légendaire général militaire prononce : « Rommel, espèce de bâtard magnifique. J’ai lu votre livre ! une fois que Patton sent qu’il a le dessus sur Rommel au combat. Seinfeld a eu quelques jeux en jeu. Tout d’abord, dans « The Bottle Deposit » (saison 7, épisode 21) lorsque Newman découvre que lui et Kramer peuvent utiliser un camion postal pour économiser de l’essence lorsqu’ils transportent des bouteilles à travers les frontières de l’État (afin qu’ils puissent obtenir quelques centimes supplémentaires par boîte) .

Le morceau de dialogue est à nouveau référencé dans « The Millennium » (saison 8, épisode 20) lorsque Jerry se parle à lui-même et s’exclame joyeusement, « Seinfeld, espèce de bâtard magnifique! » Ce n’est qu’un exemple d’un morceau emblématique de dialogue cinématographique prenant un nouveau sens non seulement dans un genre différent, mais dans une forme différente de narration.

7/10 Le Parrain (1972)

Le parrain a reçu beaucoup d’amour de Seinfeld au fil des ans. Par exemple, dans « The Andrea Doria » (saison 8, épisode 10), Jerry y fait référence lorsqu’il décrit sa dernière querelle avec Newman : « Ma maison, Elaine ! Où je dors. Où je viens jouer avec mes jouets. » La ligne est une référence assez directe à un dialogue prononcé par nul autre que Michael Corleone d’Al Pacino dans The Godfather Part II.

Plus tôt dans la série (« The Bris » de la saison 5), Kramer devient littéralement un parrain. Naturellement, la partition emblématique du film joue sur la scène alors que Kramer et les deux nouveaux parents ferment lentement la porte de son appartement, regardant Jerry et Elaine tout le temps.

Chauffeur de taxi 6/10 (1976)

Dans « The Shower Head » (saison 7, épisode 16), la série fait une référence assez directe à l’une des nombreuses scènes notables de Taxi Driver de Martin Scorsese. Dans le film, Travis Bickle de Robert De Niro prend une réunion sommaire avec le vendeur d’armes « Easy Andy ». C’est une scène brutalement tendue parce que le public sait que « Andy » est loin d’agir dans le cadre de la loi, mais les intentions de Bickle sont pires. Et il regarde un certain nombre d’instruments qui pourraient le rendre extrêmement mortel.

Seinfeld parle moins des pistolets que des pommes de douche à faible débit. C’est une parodie parfaite, et l’impact de la scène est amplifié par l’apparence aux cheveux ébouriffés des remplaçants de Bickle : Kramer, Jerry et Newman.

5/10 Apocalypse maintenant (1979)

Dans « The Chicken Roaster » de la saison 8, le patron d’Elaine, J. Peterman, livre l’une de ses meilleures citations. « L’horreur, l’horreur » fait référence à Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, peut-être le plus grand film de guerre jamais réalisé. Dans le film, le colonel Kurtz de Marlon Brando prononce la célèbre réplique (entre autres, que Peterman cite également) au capitaine Benjamin L. Willard de Martin Sheen.

Seinfeld incorpore même l’apparence sale et fatiguée de Kurtz dans l’épisode, lui conférant une authenticité excitante pour les fans du film. Même le concept central de Peterman étant un homme qui a abandonné la société est au cœur d’Apocalypse. Les références cinématographiques de Seinfeld se démarquent, surtout lorsqu’elles sont superposées.

4/10 Un cri dans le noir (1988)

Dans « The Stranded » (saison 3, épisode 10), Elaine prononce la phrase désormais emblématique « Peut-être que le dingo a mangé votre bébé » avec un fort accent australien. L’émission a popularisé l’expression, mais il s’agissait en fait d’une référence à une réplique prononcée par une Meryl Streep paniquée dans le drame de l’Outback A Cry in the Dark.

Le film n’est pas destiné aux parents timides, car le récit est centré sur les efforts de Streep et Sam Neill pour effacer leurs noms après que leur enfant a été arraché par un dingo. L’opinion publique les croit coupables, et le stress de leur perte mélangé aux commérages de personnes ennuyées et cruelles peut s’avérer aussi accablant pour le public que pour le couple.

3/10JFK (1991)

Dans « The Boyfriend » de la saison 3, Seinfeld a méticuleusement recréé l’une des scènes de cour les plus mémorables du classique JFK d’Oliver Stone. Le fait que l’interprète de Newman Wayne Knight ait également été présenté dans la scène même que Seinfeld fait la satire accroît encore l’impact de la récréation.

Avec une performance mémorable de Keith Hernandez (comme lui-même), le niveau de méta de l’épisode est particulièrement en avance sur son temps. Tout cela contribue à étayer l’argument selon lequel Seinfeld est l’une des meilleures sitcoms de tous les temps. De plus, « The Boyfriend » est un favori des fans, et sa vision de JFK en est une grande raison. Assimiler la balle qui a tué John F. Kennedy à un loogie jarret est à la fois grossier et ingénieux, et c’est la marque de fabrique de Larry David.

2/10 Instinct de base (1992)

Basic Instinct de Paul Verhoeven est un autre film de premier plan savamment satirisé par la sitcom et, comme JFK, le thriller érotique de Verhoeven avait un rôle pour Wayne Knight. Knight s’est moqué de son bref rôle de Basic Instinct lors de l’avant-dernière saison de Seinfeld dans « The Package » (saison 8, épisode 5).

Cependant, au lieu d’interroger Catherine Tramell de Sharon Stone, il interroge Jerry pour fraude postale. Newman se pousse plus loin vers la lumière, qui est inexplicablement pointée vers lui-même au lieu de Jerry, et essaie de faire admettre à sa cible qu’il a enfreint la loi. Mais sa cible est confortablement installée dans son fauteuil, un soda à la main, aucune lumière crue n’éclairant son visage.

1/10 Parfum de femme (1992)

L’un des épisodes les plus célèbres de Seinfeld, « The Soup Nazi » (saison 7, épisode 6), est cité d’un bout à l’autre. Il existe même plusieurs références cinématographiques, comme l’un des deux voleurs d’armoires prononçant l’emblématique « Tu me parles? » ligne.

Mais le meilleur vient quand Elaine rencontre pour la première fois « le nazi de la soupe », qu’elle informe de sa ressemblance physique avec Al Pacino. Elle poursuit ensuite la comparaison avec la ligne récurrente « Hoo-ah » de Pacino dans Scent of a Woman. Au début, « la soupe nazie » joue avec un sourire. Mais ensuite, il aboie sur Elaine et lui ordonne de quitter les lieux. « Pas de soupe pour toi ! Ensuite ! » pourrait très bien être la meilleure ligne de dialogue de toute la série, mais l’impression de Pacino par Julia Louis-Dreyfus est également très bonne.

★★★★★

A lire également