10 films comme un homme appelé Otto

10 films comme un homme appelé Otto

Actualités > 10 films comme un homme appelé Otto

Le dernier film de Tom Hanks, A Man Called Otto, divertit actuellement les spectateurs avec son charme courageux et une histoire géniale sur un vieil homme acariâtre qui découvre lentement que la vie vaut la peine d’être vécue et d’être gentille avec les autres.

Semble familier? C’est probablement parce que de nombreux films ont utilisé cette même intrigue avec des résultats variables. Voici 10 films comme A Man Called Otto que vous pouvez regarder si vous avez envie de plus dans la même veine, et bien sûr, le film suédois A Man Called Ove est le plus similaire car il a servi de base à la version américaine.

Aussi bon que possible (1997)

La comparaison la plus évidente avec A Man Called Otto est As Good As It Gets, primé aux Oscars de James L. Brooks. Mettant en vedette Jack Nicholson, Helen Hunt et Greg Kinnear, cette comédie dramatique légère comme une plume joue le vieil homme grincheux avec une carte au cœur d’or, mais nous séduit avec son scénario intelligent, ses performances formidables et une fin qui réchauffe le cœur (et fait un an pour du pain frais). Parfait pour un rendez-vous amoureux.

Jerry Maguiré (1996)

Tom Cruise dans une comédie romantique ? Étonnamment, Cameron Crowe le fait fonctionner via un conte sur un agent sportif cynique qui développe une conscience et doit naviguer dans un monde dont il se soucie soudainement. Pour toute son influence sur la culture pop – « Montrez-moi l’argent! » – Jerry Maguire reste une histoire résolument simpliste et bon enfant sur des âmes capricieuses apprenant à apprécier les plaisirs simples de la vie.

Livre de jeu Silver Linings (2012)

Non conventionnelle et décalée, cette production de David O. Russell frappe toutes les bonnes notes et trouve le patient mental rebondissant de Bradley Cooper jetant de côté ses méfaits passés pour une romance avec une Jennifer Lawrence en deuil. Les étincelles volent – naturellement – mais la vraie joie de cette production est de savoir comment elle apprécie les réalités compliquées de la vie où les gens doivent lutter contre le courant pour atteindre le vrai bonheur.

Jour de la marmotte (1993)

Bill Murray brille dans la comédie classique des années 90 de Harold Ramis sur un météorologue grincheux coincé dans une boucle temporelle dans la ville de Punxsutawney, où il doit revivre Groundhog Day encore et encore. Naturellement, le personnage de Murray découvre un cœur caché au plus profond de son cynisme, principalement grâce au producteur sucré comme du sucre d’Andie McDowell. Plus émotif que prévu, Groundhog Day sert autant de rires que de cœur.

En haut (2009)

L’aventure animée de Pixar suit un vieil homme amer qui trace un parcours vers un lieu exotique (via des ballons attachés à sa maison, pas moins) où il prévoit de passer ses derniers jours. Un jeune scout a besoin d’un mentor pour gâcher ses plans. Naturellement, les deux forment un lien tout en traitant avec des oiseaux exotiques, des chiens qui parlent et un explorateur trop obsédé. D’une manière ou d’une autre, Pixar fait fonctionner l’intrigue folle, menant à une histoire réconfortante sur l’amour, la perte et l’espoir.

Parfum de femme (1992)

Al Pacino a remporté un Oscar pour son interprétation du lieutenant-colonel Frank Slade, un aveugle qui se lance dans un dernier hourra avant un suicide planifié. Heureusement, sa mésaventure l’associe à Charlie Simms (Chris O’Donnell), un jeune étudiant qui intervient et offre au vieil homme excentrique une perspective différente de la vie. Douce harmonie, les amis, même si les résultats sont un peu exagérés. Houah !

Homme de pluie (1988)

Tom Cruise était assez jeune lorsqu’il s’est associé à Dustin Hoffman pour cette histoire de deux frères – l’un un playboy égoïste, l’autre un homme adorable atteint d’autisme – qui partent à Las Vegas à la recherche de femmes, d’argent et de gloire. Néanmoins, les rythmes de l’histoire sont similaires à beaucoup d’autres sur cette liste, car le personnage de Cruise développe un cœur et développe lentement un amour pour son frère.

Sabrine (1995)

Un remake de la comédie dramatique classique de Billy Wilder de 1954, cet effort de 1995 trouve l’homme d’affaires bourru de Harrison Ford tomber amoureux de la fille du chauffeur insouciant de Julia Ormond avec des résultats prévisibles, bien que divertissants. Le réalisateur Sydney Pollack garde les débats légers et insouciants et presse ses principales stars pour toute leur valeur, mais Greg Kinnear vole la vedette dans un tour de star en tant que frère libre d’esprit de Ford.

Le mariage de mon meilleur ami (1997)

Bien qu’il ne s’agisse pas de la meilleure entrée sur le CV estimé de Julia Roberts, Le mariage de mon meilleur ami est néanmoins un mélodrame à l’ancienne sur un morveux qui tente de bouleverser le mariage de son ami de longue date après avoir réalisé ses sentiments pour l’homme. Étonnamment, Roberts est le méchant de l’histoire et (aidé par Rupert Everett) doit apprendre à mettre de côté ses désirs égoïstes. Cameron Diaz brille comme la mariée.

Bruce tout-puissant (2003)

ringard et sentimental, Bruce tout-puissant se délecte en tant que véhicule permettant à Jim Carrey de fléchir ses côtelettes comiques. Son Bruce hérite des pouvoirs de Dieu (Morgan Freeman), voyez-vous, et utilise ses nouveaux dons pour… progresser dans sa carrière de journaliste. Ne pensez pas trop à l’intrigue, mais appréciez les bouffonneries de Carrey et le parcours de Bruce d’un imbécile égoïste à un type décent.

★★★★★

A lire également