Catégories
Art & Cinéma

Un drame de passage à l'âge adulte visuellement époustouflant

Une rencontre inattendue oblige un veuf endeuillé à se souvenir d'un été fatidique avec son père. Voler des chevaux saisit avec éclat la transition de l'adolescence innocente à l'âge adulte endurci. Adapté du roman primé de l'auteur norvégien Per Petterson, Voler des chevaux est un drame de la majorité profondément spirituel, magnifiquement tourné. Il examine comment des événements tragiques brisent irrémédiablement les liens qui nous sont chers et modifient le cours de nos vies.

Le film s'ouvre sur un chalet enneigé près d'un village rural norvégien. Nous sommes en novembre 1999, un mois avant le nouveau millénaire. Trond (Stellan Skarsgård) n'a aucun intérêt à faire la fête. Son seul désir est d'être laissé seul. Il est hanté par l'accident de voiture qui a tué sa femme. Le sommeil trouble de Trond est interrompu par des cris. Il sort dans la nuit glaciale pour trouver un homme (Bjørn Floberg) à la recherche de son chien perdu. Le voisin se présente comme Lars. Trond recule avec étonnement. Il a déjà rencontré cet homme … il y a longtemps.

CONNEXES: L'apparence télévisée finale de Naya Rivera est maintenant diffusée sur Netflix dans Sugar Rush

Voler des chevaux puis revient à l'été 1948. Trond (Jon Ranes) est un jeune garçon de quinze ans qui passe l'été avec son père (Tobias Santelmann) dans une cabane isolée. Réservé et minuscule, Trond idolâtre son beau et robuste père. Ils ont laissé sa mère et sa sœur derrière eux pour un «moment de calme» loin des filles. Trond se rend vite compte que l'exclusion ne s'applique pas à toutes les femmes.

Trond reçoit la visite d'un garçon plus âgé, Jon (Sjur Vatne Brean). Ils avaient passé leur temps libre à se disputer des chevaux locaux pour s'amuser. Jon est visiblement désemparé. Trond ne sait pas pourquoi. Il a secrètement nourri un béguin pour la mère de Jon (Danica Curcic). Trond éprouve une attirance sexuelle pour la première fois. Ce serait aussi la dernière fois que Trond verra Jon. Le lendemain, le père de Trond a expliqué ce qui s'était passé. Un horrible accident a rouvert de vieilles blessures et des secrets de longue date. La perception de Trond de son père commence à s'assombrir. Dans le présent, Trond se demande si Lars le reconnaît après cinquante ans.

Voler des chevaux était la soumission de la Norvège aux Oscars 2019 pour le meilleur long métrage international. Cela mérite cet honneur. Écrit et réalisé par Hans Petter Moland (Aberdeen, Poursuite froide), le film aborde des thèmes difficiles avec une floraison artistique. Les pensées de Trond sont entendues alors qu'il raconte l'histoire à travers plusieurs chronologies. Ses sentiments les plus intimes d'amour, de colère et d'abandon sont juxtaposés aux environnements scandinaves luxuriants. Moland utilise différents indices visuels et auditifs pour déclencher des réponses émotionnelles. Voler des chevaux a une qualité absorbante et onirique. Il est stylistiquement similaire aux œuvres de Terrence Malick.

La déception chez un parent peut être déchirante pour un enfant. Le monde devient un endroit différent après. Voler des chevaux est un rappel que le prix de la maturité peut être sévère et impitoyable. La manière dont nous réagissons à cette compréhension définit la nature de notre caractère. Devrions-nous être rongés par la colère? Enterrez la douleur dans le regret? Ou essayez de faire la paix avec les torts qui ne peuvent jamais être corrigés? Le voyage de Trond est relatable à tous égards. Ses choix vous surprendront. Voler des chevaux est une production norvégienne sous-titrée en anglais. Il sera disponible le 7 août sur demande auprès de Magnolia Pictures.

Sujets: Streaming

Les opinions et opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

Julian Roman chez Movieweb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *