Catégories
Art & Cinéma

Criterion diffuse gratuitement des films classiques de cinéastes noirs

Criterion diffuse gratuitement des films classiques de cinéastes noirs

Criterion diffuse gratuitement des films classiques de cinéastes noirs

En réponse à la lutte universelle contre le racisme systématique et les injustices sociales, la Criterion Collection a annoncé qu'un certain nombre de films classiques de cinéastes noirs, qui ont été les pionniers du début du cinéma afro-américain, seront désormais officiellement diffusés gratuitement sur Criterion Channel. C’est l’une des manières de la société de soutenir le Black Lives Matter mouvement suite à la mort illégale d'Ahmaud Arbery, George Floyd, Breonna Taylor et d'innombrables vies innocentes qui ont mis le monde entier en colère et en désespoir de cause. Pour cette raison, les gens du monde entier sont descendus dans la rue pour protester et dénoncer la brutalité policière et le racisme profondément enraciné aux États-Unis.

CONNEXES: AMC Networks s'assombrit en hommage à George Floyd pendant le service commémoratif

En outre, Criterion a également promis une contribution de 25 000 $ et un engagement mensuel de 5 000 $ qui bénéficieront aux organisations luttant contre le racisme en Amérique, notamment: «Des fonds de cautionnement, des organisations communautaires, des fonds de défense légale et des groupes de défense qui s'occupent de la réforme policière.

«Black Lives Matter. L'angoisse et la fureur déchaînées à travers le pays sont enracinées dans des siècles de déshumanisation et de mort », Criterion a déclaré dans une déclaration que vous pouvez consulter ci-dessous. «Ce modèle doit cesser. Nous soutenons les manifestants qui sont descendus dans la rue pour demander justice et nous partageons leurs espoirs. Nous sommes déterminés à lutter contre le racisme systémique. »

CONNEXES: Michael B. Jordan's Just Mercy en streaming gratuit ce mois-ci

Voici la liste complète des films classiques qui seront disponibles gratuitement sans abonnement, qui comprendra également deux films des cinéastes modernes Khalik Allah et Leilah Weinraub ainsi que des portraits documentaires de l'expérience noire par les cinéastes blancs Les Blank et Shirley Clarke:

Corps et âme – Réalisé par le légendaire cinéaste afro-américain Oscar Micheaux, est une critique directe de la puissance du tissu, faisant de Robeson un double rôle de prédicateur jackleg et d'inventeur bien intentionné.

Dans le delta -Le seul film réalisé par l'écrivain, poète et activiste emblématique Maya Angelou est une célébration chaleureuse et richement évocatrice de la famille et de la résilience des Noirs du Sud. Alfre Woodard offre une brillante performance en tant que mère toxicomane en déroute vivant à Chicago dont la propre mère l'envoie chez un oncle (Al Freeman Jr.) dans le delta du Mississippi, où elle renoue progressivement avec son héritage et découvre de la force en elle les racines.

Filles de la poussière – La vision ravissante de Julie Dash de la féminité noire et des modes de vie en voie de disparition dans le Sud du tournant du siècle a été le premier film réalisé par une femme afro-américaine à recevoir une large diffusion. En 1902, une famille multigénérationnelle de la communauté Gullah sur les îles de la mer au large de la Caroline du Sud – d'anciens esclaves ouest-africains qui perpétuaient bon nombre des traditions yoruba de leurs ancêtres – peinent à maintenir leur patrimoine culturel et folklorique tout en envisageant une migration vers le continent, encore plus loin de leurs racines.

Symbiopsychotaxiplasm Take One – Dans son hybride fiction / documentaire unique SYMBIOPSYCHOTAXIPLASM TAKE ONE, le réalisateur William Greaves préside une équipe de tournage assiégée à Central Park à New York, les laissant pour essayer de comprendre quel genre de film ils font. Un couple décrète un scénario de rupture encore et encore, une équipe documentaire filme une équipe en train de filmer l'équipage, les habitants errent avec désinvolture dans le cadre: le projet défie la description facile

Perdre du terrain – L'un des premiers longs métrages réalisés par une femme afro-américaine, LOSING GROUND de Kathleen Collins raconte l'histoire d'un mariage entre deux personnes remarquables, toutes deux à la croisée des chemins de leur vie. Sara Rogers (Seret Scott), un professeur noir de philosophie, se lance dans une quête intellectuelle pour comprendre «l'extase» au moment où son mari peintre, Victor (Bill Gunn), se lance dans une exploration plus terrestre de la joie.

La femme pastèque – Réalisé par Cheryl Dune, il s'agit d'un premier long métrage un peu drôle et profondément personnel qui constitue un point de repère sur l'expérience des lesbiennes noires. La réalisatrice elle-même incarne Cheryl, une lesbienne d'une vingtaine d'années qui a du mal à réaliser un documentaire sur Fae Richards, une belle et insaisissable actrice noire des années 1930 connue sous le nom de Watermelon Woman.

Le mariage de mon frère – Le deuxième long métrage de Charles Burnett est une révélation révélatrice: sage, drôle, déchirant et intemporel. Pierce Mundy travaille chez les parents des nettoyeurs à sec du centre-sud sans aucune perspective d'avenir et ses copains d'enfance en prison ou morts. Avec son meilleur ami sortant de prison et son frère occupé à planifier un mariage avec une femme noire de la classe moyenne supérieure arrogante, Pierce navigue dans ses obligations contradictoires tout en essayant de comprendre ce qu'il veut vraiment dans la vie.

La cicatrice de la honte – Réalisée par Frank Perugini, lorsqu'une jeune femme (Lucia Moses) s'échappe de son père abusif (William E. Pettus), elle est sauvée par un aspirant compositeur (Harry Henderson), mais rencontre l'opposition de sa mère consciente des classes.

Suzanne, Suzanne – L'un des nombreux films que Camille Billops et James Hatch a réalisé en se concentrant sur la famille de Billops, SUZANNE, SUZANNE présente un portrait dévastateur de la nièce de l'artiste, hantée par les sévices qu'elle a subis lorsqu'elle était enfant et la passivité des membres de la famille qui l'ont autorisée à continuer.

Panthères noires – Agnès Varda tourne son appareil photo lors d'une manifestation à Oakland contre l'emprisonnement de la militante et cofondatrice des Black Panthers Huey P. Newton. En plus de démontrer la fascination de Varda pour son environnement adopté et son empathie, ce court métrage perceptif est également une puissante déclaration politique.

Cane River – Écrit, produit et réalisé par le regretté metteur en scène Horace B. Jenkins et conçu par une distribution et une équipe entièrement afro-américaine, ce point de repère lumineux récemment redécouvert du cinéma indépendant américain est un ensemble d'histoire d'amour joliment décontracté et socialement incisif. au coeur de la Louisiane. C’est là qu’une romance interdite entre un écrivain en herbe (Richard Romain) et une femme ambitieuse et liée (Tommye Myrick) met à nu les tensions entre deux communautés noires: les riches créoles et les descendants d’esclaves de la classe ouvrière. »

Et quand je mourrai, je ne resterai pas mort – Le premier long métrage de Billy Woodberry depuis son monument de LA Rebellion de 1983, BLESS THEIR LITTLE HEARTS, est peut-être le plus proche que nous puissions connaître l'homme et son temps. À la fois dense et agile dans son assemblage de séquences d'archives et de photos, d'entretiens avec des contemporains et de lectures de Ruby Dee et Ossie Davis, ET QUAND JE MOURIS revient sur une époque familière avec de nouveaux yeux, grâce en grande partie à la évaluation honnête fournie par de nombreuses figures de la génération Beat de New York, un demi-siècle plus tard. »

Mère noire– Réalisé par Khalik Allah, en partie film, en partie baptême, BLACK MOTHER nous emmène dans un voyage spirituel à travers la Jamaïque. Imprégnant de ses métropoles animées et de sa campagne paisible, le réalisateur Khalik Allah nous présente une succession d'âmes aux couleurs vives qui habitent cette île.

Lit de fortune – Réalisant le parcours de huit ans de Shakedown, un club de strip-tease lesbien noir péripatéticien à Los Angeles, la réalisatrice Leilah Weinraub tente de «dépeindre l’avant et l’après d’un moment utopique.

Une vie bien dépensée – Réalisé par Les Blank, un hommage profondément émouvant au chanteur texan, Mance Lipscomb, considéré par beaucoup comme le plus grand guitariste de tous les temps.

Portrait de Jason – Dans la nuit du 2 décembre 1966, Shirley Clarke et une minuscule équipe se sont réunis dans son appartement à l'hôtel Chelsea pour faire un film. Pendant douze heures consécutives, ils ont filmé le seul et unique Jason Holliday alors qu'il tournait des contes, chantait, enfilait des costumes et se remémorait les bons moments et les mauvais comportements en tant que bruyant gay et aspirant interprète de cabaret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *