Catégories
Art & Cinéma

Mal rythmé mais émotionnellement profond

Évaluation:

7/10

Jeter:

Dixie Egerickx comme Mary Lennox

Colin Firth comme Archibald Craven

Julie Walters comme Mme Medlock

Edan Hayhurst comme Colin Craven

Amir Wilson comme Dickon

Isis Davis comme Martha

Maeve Dermody comme Alice

Réalisé par Marc Munden; Écrit par Jack Thorne

Cliquez ici pour louer la dernière adaptation du roman de Frances Hodgson Burnett!

La revue Secret Garden:

Le roman classique de Frances Hodgson Burnett Le jardin secret a été une propriété préférée de l'industrie du cinéma et de la télévision pour donner vie à l'écran depuis plusieurs générations depuis sa publication en 1911 et, bien que la plupart aient reçu beaucoup de réception positive, aucune n'a vraiment cherché à se séparer du matériel source ou à offrir des variantes uniques de itérations précédentes et bien que celle de Marc Munden ne soit pas nécessairement révolutionnaire, elle s'avère être une belle tournure de l'histoire.

Basé sur le roman classique du même nom écrit par Burnett, l'histoire se déroule en Angleterre pendant une nouvelle période en 1947 et suit Mary Lennox, une fille anglaise élevée en Inde qui, après la mort de ses parents des suites d'une maladie, vivre avec son oncle sur une lande isolée. Initialement désemparée par la perte de ses parents, le changement de mode de vie et les gardiens stricts, Mary découvre un jardin magique sur le domaine de son oncle qui apporte une lumière vive à la maison sombre.

L'une des plus belles choses à propos de la dernière adaptation du roman de Burnett est que, bien qu'elle modifie un certain nombre de points de l'intrigue de son histoire, ils restent tous non seulement dans l'esprit de l'œuvre source, mais contribuent également à élever certains de ses thèmes de perte. , croissance et grandir. L'évolution de Mary et son lien avec le lieu titulaire est racontée de manière relativement convaincante grâce à un mélange époustouflant de flashback et de dialogue actuel qui se croisent un peu comme celui de Mike Flanagan Oculus. Bien que cela puisse s'avérer un peu compliqué pour certains téléspectateurs plus jeunes, cette structure d'histoire semble vraiment être une façon beaucoup plus imaginative de raconter l'histoire qu'une simple adaptation et est encore renforcée par la belle direction de Munden. Avec une combinaison de montage astucieux, de palettes de couleurs exquises et d'assez bonne CGI, chaque plan de ce film est certainement une œuvre d'art à voir.

Alors que Mary court dans les couloirs déprimants du manoir délabré et des vastes terres qui l'entourent, le script de Thorne trouve un moyen de rester quelque peu fidèle au matériel source en la voyant être une terreur gâtée et obstinée sur la lande, mais il fournit également deux des les défauts majeurs du film: son rythme et ses écarts frustrants par rapport au roman. L'un des aspects les plus importants du roman était l'amitié de Mary avec son cousin maladif Colin et le garçon du village Dickon et la façon dont ils s'entraident à évoluer au cours de l'histoire, mais le film prend son temps, même en laissant le public et Mary savoir que ceux-ci deux existent dans le monde et lorsque nous rencontrons le premier, il est assez différent de son origine littéraire.

Une grande partie du développement de Colin se sent trop en ligne avec celui de Mary à l'écran par rapport à celui du roman qui, bien que pouvant fonctionner pour la version différente de l'histoire à l'écran, semble un peu trop terne et formulé pour le genre de passage à l'âge adulte. . Les deux étant décrits comme des enfants de bonne humeur qui n'ont besoin que d'un point lumineux dans leur vie pour surmonter leur solitude et leur chagrin plutôt que des êtres réellement imparfaits qui apprennent à changer en passant du temps les uns avec les autres et dans le jardin, cela devient un peu trop familier. d'une histoire et perd une partie du travail émotionnel plus profond qui était présent dans le roman.

Mais, avec tout cela étant dit, le développement émotionnel vu à l'écran s'avère toujours remarquablement efficace, principalement grâce à l'incroyable performance du jeune Dixie Egerickx dans le rôle principal ainsi qu'aux solides performances de Colin Firth, Amir Wilson et Edan Hayhurst. Egerickx donne vie à cette vision différente de Mary à merveille, trouvant un moyen de passer brillamment de la nature émotionnellement endurcie et amère de son personnage à son côté imaginatif et plein d'espoir.

Bien que son rythme se révèle souvent terriblement tiède, en particulier compte tenu de son autonomie de 100 minutes, et que certains de ses écarts par rapport au matériau source se révèlent être des bêtises étranges et formelles, Le jardin secret affine encore une grande partie de l’esprit du roman emblématique de Burnett et se révèle être une adaptation émouvante et charmante avec quelques rebondissements dans ses manches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *