Julia Louis-Dreyfus et Will Ferrell ne peuvent pas sauver un remake médiocre

"L'imitation est la forme de flatterie la plus sincère que la médiocrité puisse payer à la grandeur." La citation éloquente d'Oscar Wilde résume ma réaction à Une descente; le remake américain du film suédois primé de 2014, Force majeure. L'interaction brillante des personnages et le dialogue mordant de l'original se perdent dans la traduction. Les grands comédiens Julia Louis-Dreyfus et Will Ferrell ont l'air en bois dans leurs performances. Ils suscitent quelques rires, mais ne parviennent pas à captiver globalement. Leur manque de chimie se transforme Une descente dans un récit lent et sec.

Billie (Julia Louis-Dreyfus) et Pete (Will Ferrell) Staunton emmènent leurs deux jeunes fils skier dans les Alpes autrichiennes. Pete les a par erreur réservés dans un complexe destiné aux adultes. Ce qu'ils apprennent rapidement après avoir rencontré la concierge provocatrice (Miranda Otto). L'envie de Pete pour l'aventure et l'excitation sur les pistes n'est pas partagée par sa famille. Le lendemain matin au petit-déjeuner, un événement inattendu, et la réaction de Pete à celui-ci, amène la tension à un point critique.

La situation empire avec l'arrivée du jeune collègue de Pete (Zach Woods) et de sa nouvelle petite amie insouciante (Zoë Chao). Un dîner de groupe devient moche quand Billie raconte le comportement de Pete. Un fossé entre Pete, sa femme et ses enfants grandit au lendemain. Le couple marié doit faire le point sur leur relation. Et décidez si elle est suffisamment forte pour surmonter ce qui s'est passé.

Le film a une grande prémisse. Des vacances en famille apparemment ordinaires sont aveuglées par le hasard. Forcer toutes les personnes impliquées à faire le point sur leurs vérités personnelles. Le drame brûlant et l'humour noir de Force majeure est seulement entrevu Une descente. Bien que l'intrigue soit assez similaire, l'écriture et l'exécution par les acteurs ne sont pas dans la même ligue. C'est une grosse surprise quand on considère le talent devant et derrière la caméra. Une descente est écrit et réalisé par Nat Faxon et Jim Rash. Ils ont remporté l'Oscar de scénarisation pour Les déscendants et a également dirigé Le chemin, le chemin du retour. La paire semble être un excellent choix pour amener le matériel source suédois à Hollywood. Ils ratent étrangement ici. Leur rythme, leur script et leur casting ne sont pas cohérents. Une descente chemine malgré un temps d'exécution inférieur à quatre-vingt-dix minutes.

Julia Louis-Dreyfus et Will Ferrell devaient être déchaînés. Ils sont trop modérés au sein des personnages. Une descente aurait bénéficié de leurs talents d'improviste. Faxon et Rash ont probablement été domptés par leur conception. Le film a des thèmes sérieux, d'où l'idée de museler les pistes sujettes à l'hyperbole. Cela a du sens en principe, mais défigure un casting formidable. C'est pourquoi les rires sont rares. Deux grands comédiens mettent leur énergie en bouteille. Ferrell en particulier semble hors de propos. Une descente avait besoin de plus d'une étincelle avec un acteur principal de pétard.

Mirando Otto est méconnaissable en tant que guide hôtelier hédoniste. Elle vole chaque scène de ses célèbres co-stars. Son accent autrichien et sa livraison impasse sont les points forts du film. Difficile de croire que Julia-Louis Dreyfus et Will Ferrell sont les personnages les moins humoristiques. Je considérerai Une descente une aberration et non leur nouvelle normalité. Une descente est une production de Filmhaus et d'histoires probables distribuée par Searchlight Pictures.

Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

Julian Roman à Movieweb

Vous pourriez également aimer...