Collective Avis critique du film & résumé du film (2020)

Tout a commencé le 30 octobre 2015 dans la célèbre discothèque Colectiv de Bucarest. Goodbye to Gravity, un groupe de metalcore, a terminé son set avec un petit spectacle pyrotechnique, qui a très vite bondi jusqu'aux murs des coulisses, avant d'enflammer le plafond. Le club entier a été englouti en quelques secondes, capturé sur une vidéo horrible sur téléphone portable. Un pandémonium de masse s'est ensuivi (le club n'avait pas de sortie de secours). Vingt-sept personnes ont été tuées cette nuit-là et 180 blessées. Trente-sept brûlés sont morts à l'hôpital au cours des mois suivants, non pas de leurs brûlures, mais d'infections contractées pendant leur séjour à l'hôpital. Des déclarations de représentants du gouvernement ont été données dans un "newspeak" orwellien: "Actuellement, tous les besoins médicaux sont satisfaits." Le public a été rassuré qu'il n'y avait aucune raison de transférer des patients en Allemagne, avec ses centres de traumatologie des brûlures ultramodernes. Le département de la Santé a doublé le mensonge selon lequel les victimes étaient bien prises en charge. Les Roumains sont descendus dans les rues pour manifester, si véhémente et si soutenue que cela a conduit à la chute de tout le gouvernement. Après la démission du premier ministre, un nouveau gouvernement a été installé et a reçu un mandat d'un an pour démêler la toile de ce qui n'allait pas. Mais comment un système peut-il s'auto-enquêter si le système lui-même est pourri? «Collectif» documente ce processus épineux et difficile. Nauna était là-dessus depuis le début.

Journaliste Catalin Tolontan, rédacteur en chef du quotidien sportif Gazeta Sporturilor, est un personnage clé. Vu très tôt lors d'un briefing donné par le ministre de la Santé, où les mensonges et les platitudes du podium sont si évidents qu'ils créent presque leur propre atmosphère, Tolontan et son équipe squelette de journalistes couvrent l'histoire. Ce qui semble à première vue être une histoire classique d'incompétence gouvernementale se révèle comme quelque chose de bien plus sinistre. Les journalistes découvrent que les désinfectants fournis aux hôpitaux par une société pharmaceutique ont été dilués, les rendant inutiles. Cette révélation fait la une des journaux depuis des mois alors que cette petite équipe de journalistes traque le qui, quoi, pourquoi de tout cela. Si les désinfectants sont dilués, cela signifie qu'aucun roumain n'est en sécurité à l'hôpital. Il y a beaucoup de résistance aux rapports de Tolontan. Un animateur de talk-show hostile demande à Tolontan de discuter de l'affaire, lui disant avec agressivité: "Tout ce que vous écrivez sur le système de santé est terrifiant. Quel est votre objectif?" Regardez la phraséologie orwellienne, comment elle positionne le Tolontan comme un irritant, un problème. Tolontan garde son sang-froid en disant: "Nous avons aveuglément fait confiance aux autorités. Moi-même, en tant que journaliste. Quand la presse s'incline devant les autorités, les autorités maltraitent les citoyens." Nicolae Ceaușescu n'est jamais évoqué, mais sa présence se fait toujours sentir, tout comme le souvenir d'avoir vécu sous ce régime totalitaire, le plus étouffant de toute l'Europe de l'Est.

Les désinfectants dilués ne sont que le début. «Collectif» est incroyablement fluide, et le récit ne cesse de changer, lorsque l'attention passe à la cible suivante: de la société pharmaceutique aux laboratoires «accrédités» en passant par la caste mafieuse des «directeurs d'hôpitaux» … l'ensemble du système est pourri. Le tout repose sur des pots-de-vin. Même les patients y participent. "Collective" est un excellent film sur la façon dont une presse libre et indépendante tient le pouvoir de rendre des comptes et dénonce l'hypocrisie et la vénalité. Il est révélateur qu'un quotidien sportif dirige cette enquête, et non un média grand public.

Vous pourriez également aimer...