Assez unique, drôle et doux pour compenser la familiarité

Évaluation:

8/10

Jeter:

Katherine Langford comme Mara Carlyle

Charlie Plummer comme Dylan Hovemeyer

Hayley Law comme Tess McNulty

Piper Perabo comme Angela Carlyle

Rob Huebel comme Charlie Carlyle

Yvonne Orji comme agent Carla Rosetti

Laine MacNeil comme Jenna Dalton

Écrit et réalisé par Brian Duffield

Cliquez ici pour louer ou acheter Spontané!

Examen spontané:

Qu'il s'agisse d'Hollywood qui essaie de sortir du genre lui-même ou de puiser dans un nouveau groupe étrange toujours présent dans le public, le sous-genre «romance d'adolescents mourants» est un sous-genre qui est presque épuisé car d'innombrables films utilisent la configuration à des degrés divers de succès et d'échecs. Mais maintenant, l'adaptation de Brian Duffield de Aaron Starmer Spontané est venu et a offert une nouvelle tournure unique et sombre et hilarante à la formule que même lorsqu'elle semble familière ou prévisible, l'expérience dans son ensemble s'avère être une course joyeuse et énergique pour compenser ses qualités négatives.

C’est la dernière année pour Mara et Dylan, deux adolescents qui se connaissent mais qui ont passé peu de temps ensemble, et leur vie est bouleversée alors que des membres aléatoires du corps des étudiants seniors explosent spontanément et le gouvernement n’a aucune explication. Leur monde étant désormais un monde dans lequel chaque moment peut être le dernier, ils trouvent une connexion les uns avec les autres et se rapprochent de plus en plus en se demandant s'il y a même un avenir pour eux.

La romance au lycée n'est jamais quelque chose qui s'est nécessairement éteint, mais plutôt une formule qui revient lentement de manière de qualité avec des succès tels que celui de Netflix À tous les garçons que j'ai aimés avant films et Spontané trouve sans doute la nouvelle route la plus unique et la plus convaincante du genre. Bien qu'il y ait encore une partie de l'angoisse des adolescents à se demander quoi faire de leur avenir et de leur statut social à l'école, cela ne constitue pas la majorité de l'histoire ou du dialogue et permet plutôt aux téléspectateurs de savoir à qui se soucier à travers son prémisse centrale explosive.

Comment un cinéaste gère-t-il l'explosion aléatoire d'adolescents dans une école d'élèves en apparence généreux? Est-ce que quelqu'un établit de vrais méchants et leur donne une mort juste, l'aborde-t-on avec un certain niveau d'humour ou le traite-t-il comme la situation horrible que c'est? Entre les mains de Brian Duffield, qui a tout livré au public, du thriller de survie aquatique lovecraftien Sous-marin à l'action western Jane a un pistolet, l'histoire est donnée une approche de John Hughes pleine d'humour noir et de narration ironique hors écran de son protagoniste qui fait des merveilles pour le film. Bien qu'une vision plus horrible de ce concept puisse s'avérer tout aussi amusante et excitante à regarder, un ton et une approche strictement sérieux auraient été tellement décevants et traînants qui auraient rendu le film trop sombre pour une montre, mais Duffield trouve le bon équilibre entre exprimer un sens de l'humour tout au long du film tout en permettant à certains de ses moments les plus sérieux de résonner avec le cœur du public.

Les seuls vrais problèmes du film résident dans la nature assez répétitive de son gadget et la nature prévisible de son histoire globale, en particulier la romance croissante entre Mara et Dylan. C'est bien pour une fois de voir un couple de lycée dans le film ne pas s'engager sur un chemin rocheux en raison de leur position sociale et de leurs tropes d'adolescents stupides, mais plutôt agir comme des personnes principalement matures dont la seule menace réelle pour leur relation est la bombe à retardement littérale à l'intérieur de beaucoup d'eux. Il offre une romance strictement optimiste et chaleureuse qui est agréable à regarder, même si le déroulement de chaque étape devient clair. Bien qu'il le gère principalement avec humour, ainsi qu'un montage de feu rapide palpitant de morts, les explosions spontanées d'étudiants commencent à perdre de leur éclat à mesure qu'il devient clair qui va mourir et quand cela ne semble pas aussi imprévisible que le premier tiers du film.

L'un des seuls autres problèmes majeurs du film vient de certains de ses dialogues douteux et étranges pour ses personnages adolescents, à savoir ses blagues et conversations plus sexuellement motivées. Il faudrait soit ne jamais être allé dans un lycée public ou avoir vécu sous un rocher pendant qu'il était là pour éviter les propos sexuels et les blasphèmes de la part des étudiants, et les films sont certainement autorisés à le décrire pour garder un niveau d'authenticité dans son monde mais la façon dont certains élèves parlent semble beaucoup plus forcée ou à la limite effrayante plutôt que drôle ou réelle. Qu'il s'agisse d'une fille disant qu'elle «dominerait» à la fois l'un de ses camarades de classe, hommes et femmes, à un couple qui parle de leur passé sexuel avec un langage loufoque, certains de ces moments ressemblent beaucoup moins à Méchantes filles et bien plus comme un grossier Bruyères.

Quelques problèmes de dialogue et de familiarité mis à part, Brian Duffield continue de montrer une bonne emprise sur la mode de mélange de genres avec Spontané alors qu'il livre une interprétation drôle, unique et passionnante du genre de la romance pour adolescents qui montre également le potentiel de ses talents de réalisateur ainsi que de son écriture.

Vous pourriez également aimer...